Extension Factory Builder

UA - Maite Nkoana-Mashabane : "Chacun son tour !"

21/06/2012 à 12:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Février 2012. La chef de la diplomatie (à dr.) mène campagne pour Nkosazana Dlamini-Zuma (à g.). Février 2012. La chef de la diplomatie (à dr.) mène campagne pour Nkosazana Dlamini-Zuma (à g.). © AFP

Pour la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane, il serait juste que la candidate de l'Afrique australe - la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma - succède à Jean Ping à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA), en juillet.

Pretoria et Libreville campent sur leurs positions. Fin janvier, ni la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma ni le Gabonais Jean Ping n'est parvenu à se faire élire à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA). Les rencontres plus ou moins formelles organisées en mars puis en mai à Cotonou (le Bénin dirige l'UA) n'y ont rien fait. En juillet pourtant, les États membres devront à nouveau voter. De passage à Paris, Maite Nkoana-Mashabane, la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, se dit convaincue qu'une solution sera trouvée au sommet de Lilongwe (Malawi).

Jeune Afrique : L'Afrique du Sud maintiendra-t-elle jusqu'au bout sa candidature à la présidence de la Commission de l'Union africaine ?

Maite Nkoana-Mashabane : Il faut bien comprendre que Nkosazana Dlamini-Zuma [la ministre sud-africaine de l'Intérieur, NDLR] n'est pas la candidate d'un pays, mais de toute une sous-région. En août 2011, les chefs d'État de la SADC [Communauté de développement de l'Afrique australe] lui ont apporté leur soutien à l'unanimité. Aucun autre nom n'avait été évoqué à l'époque, aucun autre nom n'a été proposé depuis.

À Addis-Abeba, l'UA a échoué à départager Jean Ping et Nkosazana Dlamini-Zuma. Ne risque-t-on pas de se retrouver dans la même situation de blocage en juillet ?

Ne parlons pas d'échec. Toutes les règles ont été respectées, à l'exception d'une seule d'ailleurs, puisque Jean Ping a été maintenu dans ses fonctions pour quelques mois supplémentaires. En temps normal, n'ayant pas réussi à remporter la majorité des deux tiers à l'issue du quatrième tour du vote, il aurait dû laisser la place à son vice-président, qui aurait assuré l'intérim jusqu'au prochain sommet. Les chefs d'État, dans leur grande sagesse, en ont décidé autrement.

Il n'y a pas eu de blocage à Addis-Abeba. Seulement de la démocratie.

Mais le fait est que l'on s'est retrouvé dans une impasse !

Pourquoi parler d'impasse ou de crise alors que, si cela s'était passé en Europe ou ailleurs, on aurait parlé de démocratie ? C'est exactement ce que nous avons eu à Addis-Abeba : de la démocratie. Personne ne peut le regretter. En outre, jamais une femme n'a occupé ce poste. Jamais non plus la fonction n'est allée à l'Afrique australe - ni à l'Afrique du Nord, mais elle n'a pas présenté de candidat. Le principe de rotation régionale n'est remis en question par personne, mais il doit maintenant être appliqué.

C'est effectivement une règle tacite. Une autre règle tacite veut qu'aucun grand pays ne préside la Commission de l'UA...

Je fais une différence claire entre les principes établis et les rumeurs que les gens se racontent en dehors des réunions. J'ai lu à plusieurs reprises les statuts de l'UA et je peux vous dire que je n'ai jamais rien lu concernant ces « grands pays » dont vous parlez.

Mais cela pourrait être une tradition ?

Nous sommes une organisation régie par des règles, pas par des traditions.

Nous sommes une organisation régie par des règles, pas par des traditions. Et si vous allez par là, souvenez-vous que quand l'UA était encore l'OUA [Organisation de l'unité africaine], un de ses secrétaires généraux avait été un Nigérian. Le Nigeria n'est-il pas un « grand pays » ? Quant au principe de rotation régionale, ce n'est pas une tradition, j'insiste sur ce point. La preuve, c'est qu'à plusieurs reprises on nous a demandé à nous, l'Afrique australe, de présenter un candidat.

Ne faudrait-il pas au moins changer les règles du vote et instituer une majorité simple, au quatrième tour par exemple, pour éviter un nouveau blocage ?

Les règles sont là, et nous devons les respecter.

L'UA aurait besoin d'être forte et unie pour faire face aux crises majeures que connaît le continent, au Mali par exemple...

Elle n'est pas affaiblie. Je ne laisserai personne dire que cette démocratie pour laquelle nos pères fondateurs se sont battus et pour laquelle ils sont morts peut nous affaiblir. En 2013, l'UA aura 50 ans. Ce qui devrait nous préoccuper aujourd'hui, ce n'est pas cette élection, mais le renforcement de nos capacités.

________

Propos recueillis par Anne Kappès-Grangé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces