Extension Factory Builder

J.A., les Fangs et les autres

11/06/2012 à 10:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Plusieurs semaines après sa publication, notre enquête consacrée à la communauté fang en Afrique centrale (voir J.A. no 2680) n'en finit plus de provoquer des remous, de susciter commentaires et réactions, parfois très virulents, surtout au Gabon. Jeune Afrique en prend pour son grade dans la presse locale. Tout y passe : volonté d'attiser les tensions, ou de régler des comptes (lesquels ? Mystère...), soutien masqué à André Mba Obame, l'ex-« frère » du chef de l'État, Ali Bongo Ondimba, devenu son pire ennemi, quête bassement mercantile de sensationnalisme...

Plumitifs aux ordres de certains collaborateurs zélés du président qui ont cru bon de prouver ainsi leur « utilité » au patron (pourtant l'un des rares à avoir gardé son calme au Palais du bord de mer), ou, au contraire, gratte-papiers pyromanes d'une certaine opposition qui a sauté sur l'occasion pour récupérer politiquement le sujet développé dans nos colonnes et attaquer le gouvernement, tous s'en sont donné à coeur joie. Des réactions tous azimuts, souvent irrationnelles - quelques-uns sont allés jusqu'à comparer J.A. à la tristement célèbre Radio Mille Collines... -, qui en disent long, n'en déplaise à certains, sur le caractère hélas toujours épidermique du sujet au Gabon et sur le manque de maturité d'une partie de sa classe politique, qui s'est réfugiée dans le déni ou, pis, l'invective. Reprocherait-on, par exemple, à un journal français de publier une enquête sur les Corses ou sur les Basques ? 

Certains lecteurs ont exprimé auprès de nous, disons de manière plus pondérée et sans nous prêter de quelconques arrière-pensées, leurs interrogations sur l'utilité de ce type d'enquêtes, diffusées dans des pays « pas toujours prêts » pour ce genre de sujets et où « certains politiques de tout bord prennent un malin plaisir à envenimer des situations déjà passablement tendues ». Argument objectif que nous ne pouvons balayer d'un revers de main : nous sommes conscients de la responsabilité qui est la nôtre. D'autres, peu nombreux, soyons honnête, nous ont, au contraire, remerciés : « Crever l'abcès est souvent source de douleurs immédiates intenses, mais favorise, à terme, la guérison. »

Que les choses soient claires. Nous n'avions d'autre objectif que journalistique : informer, susciter le débat, interpeller. Comme nous l'avions déjà fait en nous intéressant à d'autres communautés - ce qui ne dénote en rien une volonté d'exacerber les communautarismes ! -, à l'instar des Berbères en Afrique du Nord, des Bamilékés et des anglophones au Cameroun, ou des Katangais en République démocratique du Congo. Et comme nous continuerons de le faire pour contribuer à l'évolution des mentalités. Plus d'un demi-siècle après les indépendances, le chemin vers une véritable conscience nationale est encore long... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Drones

Editorial précédent :
Winnie et Valérie

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Le musée du Bardo de Tunis réouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les atte[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du cin[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le même jour où la coalition menée par Ryad commença[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Israël : Bibi repetita

Déjouant tous les pronostics, Benyamin Netanyahou est sorti vainqueur des législatives anticipées du 17 mars, accentuant même l'emprise de son parti, le Likoud.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne suvient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas retrouver les virements de salaires sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les [...]

Nigeria : Remi Sonaiya, une seule femme candidate dans le pays le plus peuplé du continent

Remi Sonaiya est la première femme dans l’histoire du Nigeria à se porter candidate à une élection présidentielle.  Bien que sa candidature fasse figure de poids plume, elle souhaite [...]

Terrorisme : les shebab menacent-ils l'Ouganda ?

Selon les informations obtenues par l'ambassade des États-Unis à Kampal, un attentat pourrait avoir lieu prochainement à Kampala.[...]

Nigeria : Goodluck et Buhari promettent de respecter le résultat de la présidentielle

Les deux principaux candidats à l'élection présidentielle, Goodluck Jonathan et Muhammadu Buhari, se sont engagés jeudi à respecter le résultat du scrutin.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers