Extension Factory Builder

Être bien soigné, c'est un droit !

14/06/2012 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« L'appareil était en panne », « c'était trop cher », « le médecin n'était pas là »... Nombreux sont les malades déçus ou en colère en revenant de l'hôpital ou du dispensaire. Et pourtant, depuis une vingtaine d'années, on a construit des établissements, les équipements sont plus modernes et le personnel plus nombreux. Bref, en dehors des périodes de conflits, la situation aurait dû s'améliorer. Or ce n'est pas vraiment le cas, notamment en zones rurales.

Est-ce parce que les moyens sont insuffisants ? On est loin, en effet, des 15 % du budget que les États s'étaient engagés à verser à Abuja en 2001. En outre, le paiement des soins préconisé par l'Initiative de Bamako, en 1987, se heurte à la pauvreté de nombreux malades et à la rareté des personnes bénéficiant d'un système de remboursement. C'est pour cela qu'on ne peut pas soumettre à un paiement préalable les urgences mortelles : ce serait condamner certains patients à ne pas être soignés. Ces urgences menaçant la vie devraient être prises en charge sans conditions (avec paiement différé éventuellement). Peut-être faut-il aussi rétablir des médecins et chirurgiens « résidents » expérimentés, habitant l'hôpital et disponibles la nuit (contre des avantages de logement et de salaire), capables de gérer au mieux ces situations difficiles.

En raison des insuffisances du système de santé publique et des salaires des médecins fonctionnaires, ceux-ci ont développé des cliniques privées - en conservant parfois leurs fonctions hospitalières. Ainsi les malades « riches » sont-ils mieux pris en charge au détriment parfois des hôpitaux publics.

Qu'en est-il de l'aide internationale, publique ou privée ? Elle s'est élevée, en 2008, à environ 12 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros), selon le professeur Hubert Balique. Des maladies « prioritaires » en ont bénéficié (sida, paludisme et tuberculose entre autres). Mais cette aide n'a pas contribué à l'amélioration du fonctionnement des structures publiques de santé auxquelles s'adresse l'immense majorité des malades atteints d'affections non prioritaires mais cependant mortelles.

L'aide internationale est le plus souvent « verticale », c'est-à-dire ciblée sur une ou deux affections prises en charge depuis la capitale jusqu'aux villages, à l'aide d'un budget suffisant, de 4x4 et de personnels mieux payés. Ces actions répondent parfois à des priorités « médiatiques » (susceptibles d'attirer des dons), voire à des conceptions d'experts occidentaux. Ces équipes ignorent souvent le travail quotidien, difficile et modeste des médecins des structures publiques de « terrain », privées de moyens et qui voient passer les équipes « riches » peu coopératives... Et pourtant, quatre-vingt-onze pays ont signé la déclaration de Paris (2005) soulignant la nécessité d'intégrer l'aide internationale dans les politiques de santé nationales qui doivent conserver la maîtrise de leur organisation sanitaire.

Des améliorations sont-elles possibles ? Évidemment. À mon sens, le premier objectif national et international devrait être non pas telle ou telle maladie, mais l'amélioration des structures, et de leur fonctionnement dans leur ensemble, afin qu'elles répondent mieux aux besoins de la majorité des malades et permettent des progrès dans TOUS les domaines. Une instance de coopération sanitaire régionale de haut niveau technique serait utile pour évaluer objectivement et de façon indépendante les actions entreprises - ce qui n'est presque jamais fait. Ces instances pourraient mettre en place des centrales d'achat et de maintenance. Enfin, elles pourraient aider et équiper des pôles d'excellence régionaux dans les spécialités qui ne peuvent se développer dans un cadre national trop étroit.

* Doyen honoraire de la faculté de médecine d'Abidjan, membre correspondant de l'Académie française de médecine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
À quand un cinéma africain ?

Forum-Tribunes Article précédent :
L'exception tunisienne... malgré tout

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

La justice sud-africaine enquête sur des cadeaux présumés de l'ANC aux électeurs

La médiatrice de la République sud-africaine a ouvert mardi des investigations préliminaires après différentes plaintes dénonçant des cadeaux de l'ANC, le parti au pouvoir, pour s[...]

Zimbabwe : Mugabe assure avoir réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars (environ 2 800 euros) en raison de la crise économique qui touche son pays.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À l'or[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les lé[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne &agra[...]

Nigeria : au moins 77 lycéennes toujours détenues par leurs ravisseurs

Une semaine après l'enlèvement d'une centaine de lycéennes par Boko Haram, l'armée et des milices pro-gouvernementales poursuivent la traque des islamistes. Si certaines des jeunes victimes ont pu s'enf[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Soudan du Sud : les rebelles commettent des massacres à caractère ethnique, selon l'ONU

Les rebelles sud-soudanais, partisans de l'ancien vice-président Riek Machar ont été accusés lundi par les Nations unies d'avoir massacré de "centaines de civils" sur des bases ethniq[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces