Extension Factory Builder

Être bien soigné, c'est un droit !

14/06/2012 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« L'appareil était en panne », « c'était trop cher », « le médecin n'était pas là »... Nombreux sont les malades déçus ou en colère en revenant de l'hôpital ou du dispensaire. Et pourtant, depuis une vingtaine d'années, on a construit des établissements, les équipements sont plus modernes et le personnel plus nombreux. Bref, en dehors des périodes de conflits, la situation aurait dû s'améliorer. Or ce n'est pas vraiment le cas, notamment en zones rurales.

Est-ce parce que les moyens sont insuffisants ? On est loin, en effet, des 15 % du budget que les États s'étaient engagés à verser à Abuja en 2001. En outre, le paiement des soins préconisé par l'Initiative de Bamako, en 1987, se heurte à la pauvreté de nombreux malades et à la rareté des personnes bénéficiant d'un système de remboursement. C'est pour cela qu'on ne peut pas soumettre à un paiement préalable les urgences mortelles : ce serait condamner certains patients à ne pas être soignés. Ces urgences menaçant la vie devraient être prises en charge sans conditions (avec paiement différé éventuellement). Peut-être faut-il aussi rétablir des médecins et chirurgiens « résidents » expérimentés, habitant l'hôpital et disponibles la nuit (contre des avantages de logement et de salaire), capables de gérer au mieux ces situations difficiles.

En raison des insuffisances du système de santé publique et des salaires des médecins fonctionnaires, ceux-ci ont développé des cliniques privées - en conservant parfois leurs fonctions hospitalières. Ainsi les malades « riches » sont-ils mieux pris en charge au détriment parfois des hôpitaux publics.

Qu'en est-il de l'aide internationale, publique ou privée ? Elle s'est élevée, en 2008, à environ 12 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros), selon le professeur Hubert Balique. Des maladies « prioritaires » en ont bénéficié (sida, paludisme et tuberculose entre autres). Mais cette aide n'a pas contribué à l'amélioration du fonctionnement des structures publiques de santé auxquelles s'adresse l'immense majorité des malades atteints d'affections non prioritaires mais cependant mortelles.

L'aide internationale est le plus souvent « verticale », c'est-à-dire ciblée sur une ou deux affections prises en charge depuis la capitale jusqu'aux villages, à l'aide d'un budget suffisant, de 4x4 et de personnels mieux payés. Ces actions répondent parfois à des priorités « médiatiques » (susceptibles d'attirer des dons), voire à des conceptions d'experts occidentaux. Ces équipes ignorent souvent le travail quotidien, difficile et modeste des médecins des structures publiques de « terrain », privées de moyens et qui voient passer les équipes « riches » peu coopératives... Et pourtant, quatre-vingt-onze pays ont signé la déclaration de Paris (2005) soulignant la nécessité d'intégrer l'aide internationale dans les politiques de santé nationales qui doivent conserver la maîtrise de leur organisation sanitaire.

Des améliorations sont-elles possibles ? Évidemment. À mon sens, le premier objectif national et international devrait être non pas telle ou telle maladie, mais l'amélioration des structures, et de leur fonctionnement dans leur ensemble, afin qu'elles répondent mieux aux besoins de la majorité des malades et permettent des progrès dans TOUS les domaines. Une instance de coopération sanitaire régionale de haut niveau technique serait utile pour évaluer objectivement et de façon indépendante les actions entreprises - ce qui n'est presque jamais fait. Ces instances pourraient mettre en place des centrales d'achat et de maintenance. Enfin, elles pourraient aider et équiper des pôles d'excellence régionaux dans les spécialités qui ne peuvent se développer dans un cadre national trop étroit.

* Doyen honoraire de la faculté de médecine d'Abidjan, membre correspondant de l'Académie française de médecine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
À quand un cinéma africain ?

Forum-Tribunes Article précédent :
L'exception tunisienne... malgré tout

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Soudan : Omar el-Béchir candidat à sa réélection en 2015

Le président soudanais Omar el-Béchir est candidat à sa réélection pour la présidentielle prévue pour avril 2015. Il a été réélu mardi chef du Parti du C[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain de groupe français. [...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Burkina Faso : le gouvernement adopte un projet de loi révisant la Constitution

Réuni en conseil des ministres extraordinaire mardi, le gouvernement burkinabè a décidé de soumettre à l'Assemblée nationale un projet de loi visant à modifier la Constitution, un[...]

Mondial de l'alimentation : quelle malbouffe pour l'Afrique ?

Le Mondial de l'alimentation consacre-t-il l’occidentalisation des habitudes alimentaires des Africains ? Il y a loin de la coupe de l’agrobusiness aux lèvres de la majorité des habitants du continent [...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de b[...]

"Les Nègres" : farce noire de Jean Genet à l'Odéon

Le metteur en scène américain Robert Wilson créé la pièce de Jean Genet "Les Nègres" au théâtre parisien l'Odéon. Une oeuvre qui parle de racisme, de repr[...]

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

 Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets &agr[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meutre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois [...]

Christophe de Margerie, PDG de Total, meurt dans un accident d'avion en Russie

Christophe de Margerie, 63 ans, patron du groupe pétrolier français Total, est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Russie dans le crash d'un avion privé à l'aér[...]

Centrafrique : au moins sept personnes tuées par des milices rivales

Des miliciens anti-balaka et ex-Séléka ont tué au moins sept personnes ces derniers jours dans le centre de la Centrafrique. Selon la gendarmerie, les victimes étaient accusées de collaborer av[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers