Extension Factory Builder

Être bien soigné, c'est un droit !

14/06/2012 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« L'appareil était en panne », « c'était trop cher », « le médecin n'était pas là »... Nombreux sont les malades déçus ou en colère en revenant de l'hôpital ou du dispensaire. Et pourtant, depuis une vingtaine d'années, on a construit des établissements, les équipements sont plus modernes et le personnel plus nombreux. Bref, en dehors des périodes de conflits, la situation aurait dû s'améliorer. Or ce n'est pas vraiment le cas, notamment en zones rurales.

Est-ce parce que les moyens sont insuffisants ? On est loin, en effet, des 15 % du budget que les États s'étaient engagés à verser à Abuja en 2001. En outre, le paiement des soins préconisé par l'Initiative de Bamako, en 1987, se heurte à la pauvreté de nombreux malades et à la rareté des personnes bénéficiant d'un système de remboursement. C'est pour cela qu'on ne peut pas soumettre à un paiement préalable les urgences mortelles : ce serait condamner certains patients à ne pas être soignés. Ces urgences menaçant la vie devraient être prises en charge sans conditions (avec paiement différé éventuellement). Peut-être faut-il aussi rétablir des médecins et chirurgiens « résidents » expérimentés, habitant l'hôpital et disponibles la nuit (contre des avantages de logement et de salaire), capables de gérer au mieux ces situations difficiles.

En raison des insuffisances du système de santé publique et des salaires des médecins fonctionnaires, ceux-ci ont développé des cliniques privées - en conservant parfois leurs fonctions hospitalières. Ainsi les malades « riches » sont-ils mieux pris en charge au détriment parfois des hôpitaux publics.

Qu'en est-il de l'aide internationale, publique ou privée ? Elle s'est élevée, en 2008, à environ 12 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros), selon le professeur Hubert Balique. Des maladies « prioritaires » en ont bénéficié (sida, paludisme et tuberculose entre autres). Mais cette aide n'a pas contribué à l'amélioration du fonctionnement des structures publiques de santé auxquelles s'adresse l'immense majorité des malades atteints d'affections non prioritaires mais cependant mortelles.

L'aide internationale est le plus souvent « verticale », c'est-à-dire ciblée sur une ou deux affections prises en charge depuis la capitale jusqu'aux villages, à l'aide d'un budget suffisant, de 4x4 et de personnels mieux payés. Ces actions répondent parfois à des priorités « médiatiques » (susceptibles d'attirer des dons), voire à des conceptions d'experts occidentaux. Ces équipes ignorent souvent le travail quotidien, difficile et modeste des médecins des structures publiques de « terrain », privées de moyens et qui voient passer les équipes « riches » peu coopératives... Et pourtant, quatre-vingt-onze pays ont signé la déclaration de Paris (2005) soulignant la nécessité d'intégrer l'aide internationale dans les politiques de santé nationales qui doivent conserver la maîtrise de leur organisation sanitaire.

Des améliorations sont-elles possibles ? Évidemment. À mon sens, le premier objectif national et international devrait être non pas telle ou telle maladie, mais l'amélioration des structures, et de leur fonctionnement dans leur ensemble, afin qu'elles répondent mieux aux besoins de la majorité des malades et permettent des progrès dans TOUS les domaines. Une instance de coopération sanitaire régionale de haut niveau technique serait utile pour évaluer objectivement et de façon indépendante les actions entreprises - ce qui n'est presque jamais fait. Ces instances pourraient mettre en place des centrales d'achat et de maintenance. Enfin, elles pourraient aider et équiper des pôles d'excellence régionaux dans les spécialités qui ne peuvent se développer dans un cadre national trop étroit.

* Doyen honoraire de la faculté de médecine d'Abidjan, membre correspondant de l'Académie française de médecine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
À quand un cinéma africain ?

Forum-Tribunes Article précédent :
L'exception tunisienne... malgré tout

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Nord du Cameroun : 15 personnes tuées et 12 enlevées, dont la femme du vice-Premier ministre

Nord du Cameroun : 15 personnes tuées et 12 enlevées, dont la femme du vice-Premier ministre

La double attaque perpétrée dimanche par des membres présumés du groupe armé Boko Haram dans le nord du Cameroun a fait au moins 15 morts, selon un dernier bilan. Douze personnes au moins[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la Centr[...]

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour "manquements graves"

 Ahmed Kalej Nkand a été démis de son poste d’administrateur directeur général de la Gécamines, en RD Congo, en raison "de manquements graves dans l’exercice de ses f[...]

Libye : l'incendie d'immenses réservoirs de carburant menace Tripoli

Un tir de roquette a provoqué dimanche l'incendie d'un immense réservoir de carburant près de Tripoli. Sur place, les pompiers ne parviennent pas à éteindre les flammes qui menacent la capitale l[...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son numér[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités lun[...]

Ebola : premier cas à Freetown, deux Américains contaminés au Liberia

Le premier cas confirmé de décès dû au virus Ebola a été enregistré dans la capitale de la Sierra Leone, tandis que deux citoyens américains, engagés dans la lutte cont[...]

Deux poids, deux mesures

Le conflit entre le Hamas et Israël a atteint un degré de violence inimaginable il y a seulement quelques semaines de cela. Un seul mot suffit à le définir : horreur. Or il n'est pas appréh[...]

Algérie : valse de patrons à la tête du groupe pétrolier Sonatrach

Le groupe pétrolier algérien Sonatrach a un nouveau PDG, le 9e en 15 ans, signe d’une instabilité chronique à la tête du plus grand groupe africain par le chiffre d’affaires, dé[...]

Gaza : Obama intervient personnellement pour un cessez-le-feu avant l'Aïd el-Fitr

Les combats ont cessé à Gaza depuis dimanche soir, après une intervention personnelle de Barack Obama appelant à un cessez-le-feu. Mais l'accalmie demeure très fragile.[...]

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Si le mois de ramadan était jusqu'ici utilisé par Abdelaziz Bouteflika pour examiner les performances de ses ministres, cette année ce sont ses conseillers qui ont été passés au cr[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers