Extension Factory Builder

Drones

04/06/2012 à 11:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L'affable Jacques Attali se réjouit à l'avance de les voir en action au Nord-Mali, pulvérisant les Katibas d'Al-Qaïda au Maghreb islamique et les « forces maléfiques » avant qu'elles ne transforment les arpents de sable du Ténéré en bastion inexpugnable du terrorisme international. L'épatant Bernard-Henri Lévy rêve de les lancer au-dessus de Houla, de Homs et de Damas, à l'assaut des chars assassins d'Assad le petit. Ils sont l'arme favorite de la « guerre juste », cet habillage chrétien et passablement hypocrite imaginé par saint Thomas et théorisé par le philosophe américain Michael Walzer dans le but de justifier les guerres « humanitaires ». Ils ont l'avantage d'être irresponsables au regard du droit et des conventions internationales, avec cela mortellement efficaces. Des opérateurs anonymes les commandent à distance depuis un QG souterrain, et nul n'est plus fan de ces tueurs sans ADN qu'un certain Barack Obama, Prix Nobel de la paix. C'est dire si les drones sont furieusement tendance.

Une récente et passionnante enquête du New York Times révèle ainsi à quel point ce président américain, qui continue de passer pour un négociateur modéré, se sera en réalité comporté durant son (premier ?) mandat comme un véritable chef de guerre. Non seulement Obama aura été engagé dans six conflits à l'intérieur de six pays, tous musulmans (Afghanistan, Irak, Pakistan, Yémen, Libye, Somalie), mais l'utilisation des drones pour les opérations homicides contre les combattants d'Al-Qaïda est devenue chez lui un réflexe quasi compulsif ; 294 frappes en quatre ans, cinq fois plus que sous George W. Bush ! À guerre juste, arme juste : ces Predator et autres Reaper (en attendant le Neuron français de chez Dassault) seraient, nous dit-on, d'une précision telle qu'ils ne feraient aucune victime collatérale. De quoi soulager enfin les démocrates américains de leur syndrome du Vietnam, tout en préservant leur bonne conscience. Là encore, pourtant, l'enquête du NYT se révèle impitoyable. La méthode de calcul des victimes des tirs de drones secrètement adoptée par l'armée et avalisée par Obama est en effet la suivante : tout adulte se trouvant dans une zone de frappe est considéré comme un terroriste en puissance. Bavure impossible.

Pas de civils innocents tués sur le front de cette guerre hygiénique, donc, ni de prisonniers encombrants. Le drone, c'est le glaive du bien contre le mal, le carnage clean, le crime parfait accoucheur de démocraties, l'épée de Damoclès à laquelle nulle Cour pénale internationale ne s'intéressera jamais, puisqu'elle n'élimine que les méchants et exclusivement les méchants musulmans. C'est l'arme absolue de la guerre préemptive (on a les preuves qu'un massacre est programmé et on l'arrête avant qu'il ne soit mis en oeuvre en tuant ses initiateurs), concept déjà utilisé par le général Aussaresses pendant la bataille d'Alger et remis à la mode boulevard Saint-Germain. Vous avez aimé les drones au Waziristan, à Tripoli, au Yémen et dans l'Ogaden ? Vous les adorerez à Tombouctou, Alep et, demain, qui sait, dans le ciel iranien. Encore un effort, et le jury du Nobel leur décernera, à eux aussi, son prix. On ne saurait trop récompenser ce qui permet aux fauteurs de guerres justes de garder les mains propres. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Yémen : des troupes de la coalition arabe bientôt au sol ?

Y aura-t-il bientôt des troupes de la coalition arabe au sol au Yémen ? C'est ce que suggère le chef de la diplomatie yéménite, Ryad Yassine, réfugié à Ryad, selon lui pour [...]

Mercenaires sud-africains, les soldats perdus de l'apartheid

Ils ont appris à se faire discrets : officiellement, Pretoria interdit le mercenariat. Mais d'anciens militaires formés du temps du régime ségrégationniste vendent encore leurs services a[...]

Côte d'Ivoire : Abidjan se rêve en capitale africaine du reggae

Abidjan, nouvelle "Zion City" ? C'est ce que souhaite le ministre d'État Moussa Dosso, qui lance en avril un festival de musique doublé d'un colloque international entièrement dédiés au[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative co[...]

Afrique du Sud : le patron de la Cosatu, Zwelinzima Vavi, démis de ses fonctions

Après des années de luttes internes, le patron de la Cosatu a été démis de ses fonctions lundi. L'expulsion de Zwelinzima Vavi, à la tête de la plus puissante centrale syndicale depu[...]

Bénin, qu'as-tu fait de ta démocratie ?

Le Bénin fait figure de modèle en Afrique de l'Ouest. Pourtant, entre la versatilité de la classe politique, un affairisme endémique et des grèves à répétition, le ma[...]

Nigeria : les armées du Niger et du Tchad reprennent Malam Fatori, stratégique pour Boko Haram

Les armées du Tchad et du Niger ont repris mardi aux islamistes de Boko Haram la localité stratégique de Malam Fatori, dernier bastion de la secte islamiste dans le nord-est du Nigeria.[...]

Nigeria : retour en images sur la victoire de Muhammadu Buhari à la présidentielle

Les résultats officiels de la présidentielle nigériane ont été proclamés mardi par la commission électorale. Pour la première fois dans le pays, le candidat de l’opposi[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche l’avènem[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces