Extension Factory Builder

Drones

04/06/2012 à 11:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L'affable Jacques Attali se réjouit à l'avance de les voir en action au Nord-Mali, pulvérisant les Katibas d'Al-Qaïda au Maghreb islamique et les « forces maléfiques » avant qu'elles ne transforment les arpents de sable du Ténéré en bastion inexpugnable du terrorisme international. L'épatant Bernard-Henri Lévy rêve de les lancer au-dessus de Houla, de Homs et de Damas, à l'assaut des chars assassins d'Assad le petit. Ils sont l'arme favorite de la « guerre juste », cet habillage chrétien et passablement hypocrite imaginé par saint Thomas et théorisé par le philosophe américain Michael Walzer dans le but de justifier les guerres « humanitaires ». Ils ont l'avantage d'être irresponsables au regard du droit et des conventions internationales, avec cela mortellement efficaces. Des opérateurs anonymes les commandent à distance depuis un QG souterrain, et nul n'est plus fan de ces tueurs sans ADN qu'un certain Barack Obama, Prix Nobel de la paix. C'est dire si les drones sont furieusement tendance.

Une récente et passionnante enquête du New York Times révèle ainsi à quel point ce président américain, qui continue de passer pour un négociateur modéré, se sera en réalité comporté durant son (premier ?) mandat comme un véritable chef de guerre. Non seulement Obama aura été engagé dans six conflits à l'intérieur de six pays, tous musulmans (Afghanistan, Irak, Pakistan, Yémen, Libye, Somalie), mais l'utilisation des drones pour les opérations homicides contre les combattants d'Al-Qaïda est devenue chez lui un réflexe quasi compulsif ; 294 frappes en quatre ans, cinq fois plus que sous George W. Bush ! À guerre juste, arme juste : ces Predator et autres Reaper (en attendant le Neuron français de chez Dassault) seraient, nous dit-on, d'une précision telle qu'ils ne feraient aucune victime collatérale. De quoi soulager enfin les démocrates américains de leur syndrome du Vietnam, tout en préservant leur bonne conscience. Là encore, pourtant, l'enquête du NYT se révèle impitoyable. La méthode de calcul des victimes des tirs de drones secrètement adoptée par l'armée et avalisée par Obama est en effet la suivante : tout adulte se trouvant dans une zone de frappe est considéré comme un terroriste en puissance. Bavure impossible.

Pas de civils innocents tués sur le front de cette guerre hygiénique, donc, ni de prisonniers encombrants. Le drone, c'est le glaive du bien contre le mal, le carnage clean, le crime parfait accoucheur de démocraties, l'épée de Damoclès à laquelle nulle Cour pénale internationale ne s'intéressera jamais, puisqu'elle n'élimine que les méchants et exclusivement les méchants musulmans. C'est l'arme absolue de la guerre préemptive (on a les preuves qu'un massacre est programmé et on l'arrête avant qu'il ne soit mis en oeuvre en tuant ses initiateurs), concept déjà utilisé par le général Aussaresses pendant la bataille d'Alger et remis à la mode boulevard Saint-Germain. Vous avez aimé les drones au Waziristan, à Tripoli, au Yémen et dans l'Ogaden ? Vous les adorerez à Tombouctou, Alep et, demain, qui sait, dans le ciel iranien. Encore un effort, et le jury du Nobel leur décernera, à eux aussi, son prix. On ne saurait trop récompenser ce qui permet aux fauteurs de guerres justes de garder les mains propres. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Le convoi braqué à Paris était celui du fils 'favori' de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les[...]

Congo Brazzaville : quand les patrons passent à l'action

Afin de dynamiser le secteur privé, l'État a créé une agence pour aider les futurs entrepreneurs et attirer les fonds étrangers. Reste à changer les mentalités.[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

Birmanie : le thanakha et la guerre des cosmétiques

Produit de beauté naturel et traditionnel, le thanakha subit la concurrence pas très loyale des produits chinois et occidentaux.[...]

Ebola : Ellen Johnson-Sirleaf décrète le couvre-feu au Liberia

La présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, a décrété mardi un couvre-feu général à partir de mercredi soir et la mise en quarantaine de deux quartiers urbains, dont un dans [...]

Irak : l'État islamique revendique la décapitation d'un journaliste américain

L'État islamique (EI), un groupe de jihadistes extrémistes, a affirmé mardi avoir décapité le journaliste américain James Foley et menacé d'en tuer un autre en représailles a[...]

Gaza : les frappes israéliennes se poursuivent, le bilan s'alourdit

L'espoir d'une trêve durable entre l'armée israélienne et le Hamas s'est à nouveau brisé mardi avec la reprise des hostilités de part et d'autre de la bande de Gaza. Au total dix Palestinie[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick Amad[...]

Nigeria : des avions de surveillance maritime dernier cri contre la piraterie

Pour mieux lutter contre la piraterie sur ses côtes, le Nigeria a doté mardi son armée de sept avions dernier cri. Mais le prix de ces engins n'a pas été dévoilé.[...]

Centrafrique : le choix du nouveau Premier ministre, Mahamat Kamoun, fait encore débat

La désignation d'un gouvernement n'est pas encore d'actualité en Centrafrique. Mardi, le président du parlement provisoire, Alexandre Ferdinand Nguendet, a demandé d'y "surseoir", estimant q[...]

Islam : #ISpeakOutBecause, l'opération "Indignez-vous" des musulmans américains sur Twitter

L’influente association américaine Muslim Public Affairs Council (le Conseil musulman des affaires publiques) a lancé une grande campagne sur les réseaux sociaux, le 6 août dernier, pour appeler [...]

RDC : le dernier rapatriement de réfugiés angolais a commencé

Le rapatriement des réfugiés angolais en RDC touche à sa fin. La dernière opération de retour a débuté mardi à Kinshasa.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers