Extension Factory Builder

Tunisie : Sarah Ben Hamadi, génération révolution

01/06/2012 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sarah Ben Hamadi, à Tunis, le 22 mars. Sarah Ben Hamadi, à Tunis, le 22 mars. © Heifel Ben Youssef pour J.A

Alors que la Tunisie traverse une période de transition démocratique, Sarah Ben Hamadi, la blogueuse au fort tempérament, milite pour un journalisme citoyen.

Réservée, c'est la première impression que laisse Sarah Ben Hamadi. Lors d'une séance photo dans les locaux de Jeune Afrique, l'auteure du blog Un oeil sur la planète, qui traite essentiellement de l'actualité tunisienne, semble un rien gênée. « Je n'aime pas beaucoup être photographiée », avoue-t-elle en riant.

Sarah Ben Hamadi n'est pas « une blogueuse de la dernière heure. Elle écrivait déjà sous Ben Ali », rappelle son compatriote Selim Kharrat, auteur du blog d'information Carpe diem. « Elle est très respectée au sein de la blogosphère tunisienne, c'est une observatrice éclairée de la scène politique et sociale. Et si elle est d'apparence calme, c'est quelqu'un qui a un fort tempérament », ajoute-t-il. Son entourage ne tarit pas d'éloges à son égard, mais Sarah Ben Hamadi sait rester modeste. « Les internautes n'ont pas eu un rôle si important qu'on veut bien le croire dans la révolution. Ils y ont participé, certes, mais comme tous les citoyens. Ce sont les jeunes des régions défavorisées qui ont vraiment fait cette révolution », explique la jeune femme de 27 ans. En vraie Méditerranéenne, elle parle avec les mains, avec force et conviction.

Tribune

Après une maîtrise à l'Institut supérieur de gestion de Tunis et un master de gestion touristique à l'Institut des hautes études commerciales de Carthage, c'est le monde des lettres qui l'a finalement attirée. Ancienne directrice commerciale chez Cérès Diffusion, Sarah Ben Hamadi travaille aujourd'hui pour Tekiano, un site internet dédié à la culture web. Mais son domaine de prédilection reste le journalisme citoyen. Elle écrit en français, le soir dans sa chambre, alors que tout est calme. Elle souhaiterait passer à l'arabe, mais craint de ne pas être « à la hauteur ». « Le blogging, c'est une tribune d'expression qui me permet de dire librement ce que je pense », affirme-t-elle, avant de souligner que « c'est aussi une manière de parler de ce que la presse traditionnelle n'aborde pas, comme la révolte du bassin minier de Gafsa, en 2008 ».

Ce sont les jeunes des régions défavorisées qui ont vraiment fait cette révolution.

La jeune femme a collaboré avec Arte. Entre septembre et décembre 2011, à l'occasion des élections, elle a publié ses analyses de la société tunisienne sur le site de la chaîne de télévision franco-allemande consacré aux révolutions arabes. La blogueuse fait également partie des Cahiers de la liberté, « une association de veille politique et de sensibilisation démocratique ». « Elle est tellement sérieuse que parfois on lui dit : "Arrête, Sarah, on a le droit de rigoler de temps en temps !" », indique sur un ton amusé Yasmine, une amie d'enfance. « Elle était la seule dans notre groupe d'amis à être politiquement impliquée, à avoir le courage de parler de politique au moment où on n'avait pas le droit d'en parler », précise-t-elle. Au départ, ses parents, avec qui elle habite dans la banlieue huppée de La Marsa, au nord de Tunis, avaient peur pour elle. « Ils me disaient de faire attention, mais, maintenant, ils me soutiennent », ajoute Sarah.

Sans concession

Quand elle s'emporte, contre Ennahdha, le principal parti islamiste tunisien actuellement au pouvoir, qu'elle juge « incompétent », ou les libéraux, qui « n'ont pas été assez présents sur le terrain durant les élections », sa parole s'accélère et son français se fait plus chantant. La blogueuse voit d'un mauvais oeil les liens qui se tissent actuellement entre son pays, le Qatar et l'Arabie saoudite. « Deux dictatures qui s'investissent dans des transitions démocratiques, cherchez l'erreur », ironise-t-elle. Et lorsqu'elle évoque la révolution, son ton est sans concession. « Les jeunes sont toujours au pied d'un mur à attendre un travail ou une moindre attention de la part de la société. On n'est pas à l'abri d'une seconde révolution, car ces gens-là, on les a oubliés », met-elle en garde. Sarah Ben Hamadi parle de la révolution « entre guillemets », car, pour elle, la révolution a été mise entre parenthèses. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Diaporama : 'Djerbahood', le street art s'invite en Tunisie

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de "street art" en Tunisie. [...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers