Extension Factory Builder

Mali : Sadio Lamine Sow fait le grand écart

05/06/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sadio Lamine Sow, le 16 mai à Bamako. Sadio Lamine Sow, le 16 mai à Bamako. © Emmanuel Dabou Bakary pour J.A.

Longtemps proche conseiller du président burkinabè Blaise Compaoré, Sadio Lamine Sow a créé la surprise en acceptant, fin avril, le portefeuille de la diplomatie malienne.

Sadio Lamine Sow est, aux dires d'un de ses proches, « un homme courtois » mais « extrêmement discret ». Confirmation à Ouagadougou, où il a posé ses valises il y a trente ans, et où l'on ne sait pas grand-chose de lui, si ce n'est qu'il est marié à une femme du pays, qu'il a trois enfants, qu'il ne s'est jamais mêlé de politique intérieure et qu'il ne court pas les mondanités. Pourquoi alors avoir troqué, fin avril, la confortable obscurité que lui conférait le titre de conseiller spécial du président burkinabè pour celui, brûlant, de ministre d'État en charge des Affaires étrangères au Mali, le rang le plus exposé d'un gouvernement suspendu aux décisions d'une junte erratique ? Quête d'un nouveau défi ? Élan patriotique ?

De fait, à Bamako comme à Ouaga, la nomination de cet ancien journaliste à Jeune Afrique au début des années 1980 a fait jaser. « Le Mali sous tutelle : un conseiller personnel de Blaise Compaoré ministre d'État », a titré un journal bamakois. Sow, qui ne vivait plus au Mali depuis longtemps, est perçu comme « un pion » que Compaoré aurait placé auprès de son ami Cheick Modibo Diarra, le Premier ministre, pour diriger en sous-main la transition. C'est tout le contraire, affirme-t-on à Ouaga. « Blaise ne s'y attendait pas. C'est Diarra qui l'a appelé pour lui dire qu'il avait besoin de Sadio. Les deux hommes sont amis depuis très longtemps », assure un conseiller du président burkinabè. Si ça le dérange ? « Non, mais dire que Blaise l'a imposé est faux. »

Proche aussi de Denis Sassou Nguesso

Il faut reconnaître que les mauvaises langues ont de quoi argumenter. Voilà des années que ce Peul né à Kayes (sud-ouest du Mali) il y a soixante ans fait figure d'intouchable auprès de Compaoré. Selon un ministre, « c'est son plus proche collaborateur ». C'est un ami aussi - « un des rares qui peuvent lui dire les choses sans prendre de gants » - à qui le président aurait confié la gestion de ses affaires personnelles et qui a fait le lien pendant des années avec l'Afrique centrale, où on le dit « très introduit » - Sow est un proche de Denis Sassou-Nguesso, tout comme il l'était de feu Omar Bongo Ondimba. Longtemps, il a aussi assuré la connexion avec certains réseaux français. « Il était très souvent hors du pays, et souvent à Paris », affirme un diplomate, qui précise que Sow a « de bons rapports » avec la France, un pays où il a suivi des études en lettres modernes.

Comme beaucoup de journalistes fascinés par la révolution burkinabè et la personnalité de Thomas Sankara, Sadio Lamine Sow est arrivé à Ouaga dans les années 1980.

Comme beaucoup de journalistes fascinés par la révolution burkinabè et la personnalité de Thomas Sankara, Sadio Lamine Sow est arrivé à Ouaga dans les années 1980. Un ancien collaborateur de Sankara se souvient de l'avoir croisé. « À l'époque, Thomas avait besoin de communicants. Il disait que les journalistes étrangers étaient plus efficaces que les burkinabè. »

Jamais vraiment éloigné du Mali

Sow restera, même après l'assassinat de Sankara. Dans un premier temps, il joue le rôle de conseiller en communication de Compaoré. Puis ce « gros bosseur » prend du galon. Bientôt, il dirige la diplomatie parallèle et le président le charge de dossiers bien particuliers. La rumeur l'a dit proche du Libyen Mouammar Kadhafi et du Libérien Charles Taylor - ce que lui-même et ses amis démentent.

Du Mali, son pays, il ne s'est jamais vraiment éloigné. Il y a dix ans, il a aidé Amadou Toumani Touré à retrouver le pouvoir. « Ils étaient très liés, affirme un proche. Il l'a convaincu de se présenter à la présidentielle et il a convaincu Blaise de le soutenir une fois élu. Ensuite, il s'en est rapidement démarqué. À la fin, ils ne se parlaient plus. » Est-il l'homme de la situation ? « Il est fait pour les Affaires étrangères », glisse un ministre burkinabè. Mais « il a peu de contacts avec le Nord », tempère un connaisseur de la région. Il est vrai que jamais la rébellion touarègue ou l'expansion d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) n'ont fait partie de ces dossiers sensibles que lui confiait Compaoré.

______

Rémi Carayol, envoyé spécial à Ouagadougou

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu [...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces