Extension Factory Builder

Mathias Eric Owona Nguini : "Les origines fangs sont disparates"

28/05/2012 à 19:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II © Baudoin Mouanda pour J.A

La nation pahouine est une construction symbolique et non un projet politique, selon ce politologue camerounais.

Qu'est-ce qu'être fang aujourd'hui ?

Le mythe de « la marche des enfants d'Afiri Kara » situe les origines fangs en Haute-Égypte. Cette légende a été inventée pour lier des groupes plus hétérogènes qu'ils ne le disent. Dans la matrice dite fang-betie, des groupes ont des origines anthropologiques diverses, mais se sont retrouvés à partir d'un même répertoire culturel. On retrouve des éléments strictement fangs, des éléments assimilés aux Fangs et des non-Fangs qui ont été acculturés. Les Betis du Cameroun, au sens strict, ne sont pas des Fangs. Moins nombreux, ils ont été « pahouinisés » et se sont fondus dans la communauté, au point d'en perdre leur langue. La langue ewondo [telle qu'elle est parlée à Yaoundé, NDLR], aujourd'hui, est une variante du fang et non pas de la langue betie, qui, elle, a disparu.

Quel est le rapport entre identité fang et revendications politiques ?

Dans les années 1990, la perspective d'une grande nation transethnique fang a resurgi dans un contexte où les luttes politiques comportaient aussi un élément identitaire. Il est vrai que les identifications géoethniques et anthropoethniques fangs existaient, surtout dans des pays où ces communautés étaient proches du pouvoir. Ainsi, entre les années 1960 et 1970, avec la présidence de Léon Mba au Gabon, puis de Macias Nguema en Guinée équatoriale, on a évoqué l'idée d'une hégémonie des Fangs. Au Cameroun, cette idée n'était pas absente, mais elle a pris un poids considérable avec l'accession de Paul Biya au pouvoir en 1982. Elle s'est particulièrement cristallisée dans les années 1990.

Faut-il prendre au sérieux l'idée d'un État fang ?

La fameuse nation pahouine est une construction symbolique, puisque le registre politique de ces différentes communautés n'a jamais été celui de la centralisation. Elles sont marquées par une forte organisation segmentée et décentralisée. Ce ne sont pas des sociétés sans chef, mais elles ont des patriarches dotés d'une autorité décentralisée. Il pourrait y avoir des conjonctures qui les amèneraient à se fédérer autour d'une espèce d'épouvantail sous-régional. Mais cela ne peut survenir que dans des conditions particulièrement traumatiques.

Ce n'est donc pas un ensemble homogène...

Il y a une variation identitaire selon les pays. Elle montre que nous avons affaire à une construction extrêmement complexe qui recèle cependant des points de partage entre les groupes. En Guinée équatoriale, il existe une tension entre les Fangs ntoumous et les Fangs okaks. Aujourd'hui, la communauté fang-betie partage la langue mais ne partage pas forcément les références généalogiques, malgré l'invention de mémoires unificatrices comme le mythe d'Afiri Kara. En réalité, les origines sont disparates.

_______

Propos recueillis par Georges Dougueli

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

Tunisie-Guinée équatoriale : pour la fédération tunisienne, la décision de l'arbitre est presque un 'viol'

Tunisie-Guinée équatoriale : pour la fédération tunisienne, la décision de l'arbitre est presque un "viol"

Le chef de la délégation tunisienne en Guinée équatoriale, Hichem Ben Omrane, a évoqué en des mots très dur l'arbitrage de la rencontre Guinée équatoriale-Tunisie (1-0[...]

CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Javier[...]

RDC-Congo : Claude Le Roy dénonce une énorme erreur d'arbitrage

Le Congo de Claude Le Roy, qui menait 2-0 à l'heure de jeu face à la RDC, s'est effondré en fin de match (2-4). L'entraîneur des Diables rouges pointe une faute d'arbitrage comme étant le tournant[...]

CAN 2015 : la RDC renverse le Congo en quarts au terme d'un derby de légende

Longtemps fermé et tendu, le derby du fleuve Congo a basculé dans la folie en deuxième période quand la RDC, menée deux buts à zéro à l'heure de jeu, s'est[...]

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour les demi-finales du tournoi. Le rapport de force face à la Tunisie paraît à son[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

Développement : quand Harvard planche sur la RD Congo

L'université américaine Harvard et la primature congolaise ont co-organisé un colloque économique à Kinshasa, consacré à la recherche de nouvelles pistes pour le[...]

CAN 2015 : une compétition moins bling-bling ?

La cérémonie d'ouverture samedi à Bata a été minimaliste. Un retour à plus de simplicité pour la CAN.[...]

CAN 2015 : Emilio Nsue, le héros de la Guinée équatoriale

La Guinée équatoriale a été tenue en échec lors du match d'ouverture de la CAN 2015 face au Congo (1-1), samedi à Bata. Le pays organisateur doit son salut à son attaquant Emilio[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers