Extension Factory Builder

Mathias Eric Owona Nguini : "Les origines fangs sont disparates"

28/05/2012 à 19:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II Mathias Eric Owona Nguini, enseignant à l'université de Yaoundé-II © Baudoin Mouanda pour J.A

La nation pahouine est une construction symbolique et non un projet politique, selon ce politologue camerounais.

Qu'est-ce qu'être fang aujourd'hui ?

Le mythe de « la marche des enfants d'Afiri Kara » situe les origines fangs en Haute-Égypte. Cette légende a été inventée pour lier des groupes plus hétérogènes qu'ils ne le disent. Dans la matrice dite fang-betie, des groupes ont des origines anthropologiques diverses, mais se sont retrouvés à partir d'un même répertoire culturel. On retrouve des éléments strictement fangs, des éléments assimilés aux Fangs et des non-Fangs qui ont été acculturés. Les Betis du Cameroun, au sens strict, ne sont pas des Fangs. Moins nombreux, ils ont été « pahouinisés » et se sont fondus dans la communauté, au point d'en perdre leur langue. La langue ewondo [telle qu'elle est parlée à Yaoundé, NDLR], aujourd'hui, est une variante du fang et non pas de la langue betie, qui, elle, a disparu.

Quel est le rapport entre identité fang et revendications politiques ?

Dans les années 1990, la perspective d'une grande nation transethnique fang a resurgi dans un contexte où les luttes politiques comportaient aussi un élément identitaire. Il est vrai que les identifications géoethniques et anthropoethniques fangs existaient, surtout dans des pays où ces communautés étaient proches du pouvoir. Ainsi, entre les années 1960 et 1970, avec la présidence de Léon Mba au Gabon, puis de Macias Nguema en Guinée équatoriale, on a évoqué l'idée d'une hégémonie des Fangs. Au Cameroun, cette idée n'était pas absente, mais elle a pris un poids considérable avec l'accession de Paul Biya au pouvoir en 1982. Elle s'est particulièrement cristallisée dans les années 1990.

Faut-il prendre au sérieux l'idée d'un État fang ?

La fameuse nation pahouine est une construction symbolique, puisque le registre politique de ces différentes communautés n'a jamais été celui de la centralisation. Elles sont marquées par une forte organisation segmentée et décentralisée. Ce ne sont pas des sociétés sans chef, mais elles ont des patriarches dotés d'une autorité décentralisée. Il pourrait y avoir des conjonctures qui les amèneraient à se fédérer autour d'une espèce d'épouvantail sous-régional. Mais cela ne peut survenir que dans des conditions particulièrement traumatiques.

Ce n'est donc pas un ensemble homogène...

Il y a une variation identitaire selon les pays. Elle montre que nous avons affaire à une construction extrêmement complexe qui recèle cependant des points de partage entre les groupes. En Guinée équatoriale, il existe une tension entre les Fangs ntoumous et les Fangs okaks. Aujourd'hui, la communauté fang-betie partage la langue mais ne partage pas forcément les références généalogiques, malgré l'invention de mémoires unificatrices comme le mythe d'Afiri Kara. En réalité, les origines sont disparates.

_______

Propos recueillis par Georges Dougueli

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à l[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Le Rwanda ou les secrets d'un bon élève

Dévasté par un génocide il y a vingt ans, le pays pauvre et enclavé réalise un spectaculaire redressement économique. Jeune Afrique analyse les ingrédients de cette[...]

Cemac : le "club des six" en état stationnaire

A priori, le club des six a tout pour réussir : une monnaie unique, une union douanière, des règles de convergence budgétaire... Et pourtant, ses échanges commerciaux restent faiblards.[...]

L'Afrique centrale mise sur la "promotion canopée"

Pour valoriser leur filière bois, des pays du bassin du Congo misent sur la transformation locale des grumes. Objectif : créer des emplois tout en protégeant l'environnement.[...]

Transfert d'argent : Express Union renforce sa position en Afrique centrale

Bientôt implantée dans tous les pays de la zone Cemac, la société camerounaise Express Union assoit sa position de leader sous-régional du transfert d'argent. Une réussite liée[...]

Le Cameroun met fin au gel des prix des carburants

Bloqués depuis six années, le prix du super, du gasoil et du gaz domestique ont été revus à la hausse à compter du 1er juillet au Cameroun. Le gouvernement envisage d’augmenter les[...]

Henri-Claude Oyima : "L'expansion de BGFI Bank passera par une série d'acquisitions"

Le patron gabonais énonce les principaux axes de son nouveau plan stratégique. De la banque de détail aux assurances, l'année 2014 promet son lot de surprises.[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Comment Bernard Fokou élargit son empire

En trente ans, le self-made-man a bâti un groupe ultra-diversifié présent jusqu'au Congo et au Gabon. Il s'attaque maintenant au minerai qui sera extrait de la frontière camerouno-congolaise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers