Extension Factory Builder

Automobile - Marc Ferreol : "CFAO doit garder une longueur d'avance"

23/05/2012 à 12:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le top 3 au plan des ventes : la Côte d'Ivoire, le Cameroun et la RDC. Le top 3 au plan des ventes : la Côte d'Ivoire, le Cameroun et la RDC. © Vincent Fournier/J.A.

Leader en Afrique subsaharienne francophone avec une part de marché de 40 %, le groupe français CFAO - distributeur d'automobiles numéro 1 dans la zone Afrique, Antille et océan indien - doit composer avec la fusion de ses deux principaux concurrents, le belge SDA et le marocain Optorg. Entretien avec Marc Ferrol, directeur général Afrique subsaharienne francophone de CFAO Automotive.

Jeune Afrique : Comment se porte le marché dans les pays subsahariens francophones ?

Marc Ferreol : Après une année 2009 difficile et un léger redémarrage en 2010, le marché est reparti en forte hausse. La crise en Côte d'Ivoire [pays qui représente 15 % des ventes de CFAO dans la région, NDLR], a pesé sur notre activité au premier semestre 2011. Mais globalement, nous avons réalisé de bons résultats l'an passé. Nos ventes en Afrique subsaharienne francophone ont progressé de 5,9 %, avec 16 500 véhicules, pour un chiffre d'affaires de 597,1 millions d'euros, soit 8,3 % de plus qu'en 2010. Aujourd'hui, nous gardons une position dominante de 40 % de part de marché, réalisée à environ 80 % avec des entreprises.

Quels pays vous paraissent particulièrement porteurs pour les distributeurs ?

Incontestablement, des pays miniers comme la RD Congo, le Congo, le Burkina Faso et la Guinée ont le vent en poupe. Leurs marchés sont dopés par la demande des grandes entreprises extractives et du BTP. Mais le top 3 au plan des ventes de CFAO Automotive reste la Côte d'Ivoire, le Cameroun et la RD Congo.

Quelle est votre stratégie pour coller au mieux aux attentes des conducteurs africains ?

Toyota reste la marque leader au sud du Sahara, et nous allons continuer notre partenariat avec le constructeur japonais. Ses modèles tout-terrain restent en tête des ventes. Nous poursuivrons aussi notre relation avec Peugeot, dont les véhicules utilitaires sont appréciés des entreprises. Nous cherchons toutefois à renforcer nos positions sur des créneaux où nous sommes moins présents, comme celui des véhicules de loisir [Sport Utility Vehicles, NDLR]. Nous voulons nous développer sur ce segment avec Suzuki et Mitsubishi. Nous collaborons aussi avec Kia, que nous représentons au Gabon. Enfin, nous souhaitons vendre des véhicules d'entrée de gamme, notamment chinois, prisés par la classe moyenne.

Vous misez aussi sur la vente de camions...

C'est un marché à fort potentiel, car il est encore dominé par l'informel au sud du Sahara. CFAO, avec son image de professionnalisme, est un distributeur de camions idéal pour les entreprises. Nous vendons déjà les marques Renault Trucks en Afrique centrale et DAF dans quelques pays subsahariens. Nous venons de signer un accord avec le chinois Dongfeng pour distribuer ses véhicules d'entrée de gamme. Pour le moment, les camions représentent une part insuffisante de notre chiffre d'affaires [15 %], mais nous voulons faire plus. Nous sommes en train de déployer pour cela un réseau spécifique.

Avec la fusion des filiales autos du marocain Optorg et du belge SDA, qui a donné naissance à Tractafric Motors Corporation, vous devez faire face à un concurrent sérieux...

Nous regardons avec attention l'alliance entre les numéros deux et trois du marché en Afrique francophone subsaharienne. Cela étant, CFAO vend dans cette zone trois fois plus de véhicules qu'eux deux réunis. Et nous allons continuer à ouvrir de nouvelles agences, tant dans des capitales en développement tels Kinshasa et Malabo que dans des villes de province comme Ngaoundéré [Cameroun], Kolwezi [RD Congo] et Bouaké [Côte d'Ivoire]. En nous concentrant sur la densification du réseau mais aussi sur l'amélioration de notre qualité de service, nous pourrons garder une longueur d'avance. 

___

Propos recueillis par Christophe Le Bec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin d'[...]

Gambie : Yahya Jammeh, président, guérisseur ou dictateur ?

Les homosexuels ? Des vermines. Le sida ? Guérissable par ses soins. Les journalistes ? Des opposants à museler. Les frasques du président gambien provoquent souvent des levées de bouclier de la part[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

Côte d'Ivoire - FPI : Michel Gbagbo, profession médiateur

Michel Gbagbo tente d'éteindre le feu au sein du FPI. Sans grand succès pour le moment.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "Bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Présidentielle burkinabè : tout sauf Blaise Compaoré

Plus nombreux et soudés face au projet de référendum visant à réformer la Constitution, les opposants au président burkinabè, Blaise Compaoré, maintiendront-ils longtemps[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers