Extension Factory Builder

Ory Okolloh : "Google Afrique est à un tournant"

28/05/2012 à 16:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ory Okolloh milite pour le développement de contenus africains. Ory Okolloh milite pour le développement de contenus africains. © Gemma Ware pou T.A.

Entretien avec Ory Okolloh, directrice de la stratégie de Google Afrique. Pour cette ancienne cyberactiviste kényane, l'Afrique est à un tournant. Les revenus publicitaires générés par les contenus en ligne augmentent, les demandes des internautes se diversifient. À Google d'y répondre.

Au Kenya, elle s'est fait connaître en tant que cyberactiviste et blogueuse. Ory Okolloh, 35 ans, a rejoint Johannesburg et intégré Google Afrique en 2011. Sa principale mission au sein du géant américain : développer le potentiel africain en matière de création de contenus en ligne.

Jeune Afrique : Google milite pour le développement de contenus africains sur internet. Est-ce que cela marche ?

Ory Okolloh : Oui, nous sommes partis de tellement loin ! Entre 1 % et 2 % seulement des contenus en ligne dans le monde proviennent d'Afrique. Mais regardez ce que nous avons été capables de faire avec nos cartes et l'utilisation de langues locales. Nous sommes à un tournant.

Concrètement, quels services développez-vous pour l'Afrique ?

Quand on regarde les requêtes des internautes, que cherchent-ils ? Avoir accès aux informations, se distraire et trouver un travail. Mais aussi : où puis-je obtenir un certificat de naissance, un passeport ?... C'est sur ce type d'informations que nous avons commencé à travailler au Kenya avec le projet Open Government. Qu'il s'agisse du recensement, des dépenses publiques pour le développement, de la performance des écoles, toutes ces informations sont maintenant disponibles grâce à un outil appelé Google Public Data Explorer. Toujours au Kenya, l'an dernier, nous avons numérisé et indexé la transcription des débats parlementaires depuis 1905, désormais accessibles en ligne. Au Ghana, nous faisons la même chose avec les décisions des plus hautes juridictions.

Quid du marché publicitaire ?

La monétisation du marché monte en puissance. De plus en plus de chaînes sur YouTube dépassent 1 million de vues, ce qui est énorme. En Afrique du Sud, un bodybuilder a appelé son programme Six Pack Factory [« l'usine à abdominaux », NDLR] et gagne sa vie en le diffusant sur YouTube. Le point de départ pour vendre de la pub, c'est un bon contenu pour accrocher les gens.

La connectivité du continent va s'améliorer grâce à l'arrivée de câbles sous-marins, mais les Africains vont-ils en profiter ?

Le vrai challenge, c'est la connexion du dernier kilomètre. Apporter le haut débit aux Africains est encore trop long. Il y a beaucoup d'autorisations à obtenir pour poser de la fibre optique, et cela a un impact sur les coûts. L'autre problème, c'est le vandalisme, notamment au Nigeria l'an dernier.

En janvier, la start-up Mocality, qui a mis en ligne un répertoire d'entreprises au Kenya, a accusé Google d'avoir accédé illégalement à sa base de données...

Cela a été une énorme déception. Au Kenya, les équipes ont été très secouées, et en interne, nous avons pris la chose très au sérieux. Nous avons pris des mesures importantes pour régler ce problème et faire en sorte que cela ne se reproduise pas.

Intégrer Google après avoir créé le site Ushahidi, c'est un grand changement...?

C'était parfait, car je voulais être moins visible : dans un grand groupe, l'attention est davantage portée sur mon travail que sur moi-même. Le plus important est que la marque et les ressources de la compagnie m'ont vraiment donné les moyens de défendre mes priorités. Je ne le mesure pas très bien, mais je pense que grâce à Google mon travail a plus d'impact.

___

Propos recueillis à Johannesburg par Gemma Ware

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste 'Do they know it's Christmas ?'

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste "Do they know it's Christmas ?"

Après le désastreux "Do they know it’s Christmas ?" du collectif Band Aid (Bob Geldof, Bono), Carla Bruni, Joey Starr et d'autres artistes français s'apprêtent à leur emboît[...]

Une pêche durable est essentielle pour la sécurité alimentaire en Afrique

Catherine Novelli est sous-secrétaire d'État américaine pour la Croissance économique, l'Énergie et l'Environnement.[...]

Ces avocats qui ont marqué 2014

 Pour la troisième année consécutive, "Jeune Afrique" dresse la liste des avocats d'affaires qui ont marqué l'actualité économique récente en Afrique francophone.[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

L'Afrique, cible prioritaire de l'industrie des biens de consommation européenne

L'Afrique sera d'ici à 2017 le deuxième marché prioritaire pour l'industrie des biens de consommation européenne, selon une étude du cabinet Deloitte. Le continent devrait enregistrer une hausse[...]

BAD : un tiers des Africains font-ils réellement partie de la classe moyenne ?

L'Afrique avance, bien sûr, et se consolide de l'intérieur. Mais de là à affirmer qu'une personne sur trois appartient désormais à la classe moyenne, il y a un pas... que la BAD[...]

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est[...]

Développement : pourquoi l'Afrique doit réussir sa transition démographique

L'Afrique subsaharienne va-t-elle enfin entrer dans une ère de transition démographique ? Selon le rapport du Fonds des Nations unies pour la population, publié ce 18 novembre, sa population commence[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers