Extension Factory Builder

France-Afrique : Hollande ne nous connaît pas ? Tant mieux !

16/05/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mamadou Diouf est professeur d'histoire sénégalais à l'université Columbia de New York

Chaque élection présidentielle française est un moment important, car elle permet d'entrevoir ce que pourraient être les relations entre la France et son ancien empire. Mais vient ensuite le catalogue des promesses non tenues. François Mitterrand n'a pas mis en acte la rupture, car il est retourné à ses anciens réseaux après l'éviction de son ministre de la Coopération Jean-Pierre Cot. Jacques Chirac a maintenu des relations classiques entre Paris et son pré carré, car il s'inscrivait dans une tradition gaulliste. Nicolas Sarkozy n'avait pas d'histoire africaine, mais il a été rattrapé par la défense d'intérêts économiques. Au final, il s'est enfoncé dans le marécage africain.

Et François Hollande ? Il connaît très peu l'Afrique et peut donc s'affranchir des réseaux. Ses urgences sont avant tout françaises et européennes, il n'a pas le temps d'entretenir des relations particulières et singulières - faites d'amitié et de protection - avec des dirigeants africains. Troisièmement, comme la France n'est plus seule sur le continent avec l'arrivée de la Chine, les leviers politiques ne suffisent plus pour défendre ses intérêts économiques. Dernier atout, François Hollande croit à la solidarité francophone et à la création d'un espace plus large dans lequel la France et l'Afrique ne sont plus les seuls acteurs. Ces deux partenaires ont besoin de cela. Pour toutes ces raisons, nous pouvons espérer des relations « normales ».

Cette nouvelle donne est une opportunité. Il faut utiliser cette distance entre Hollande et l'Afrique pour que la France sorte du bourbier africain et que les Africains s'occupent enfin de leurs propres affaires sans se lier à Paris, qui n'a d'ailleurs plus les ressources politiques et économiques nécessaires à l'ingérence. Pour autant, cette normalisation ne sera pas une gentillesse française. Cette nouvelle période doit permettre l'examen des intérêts propres aux deux parties. L'émergence de nouveaux acteurs africains politiques et économiques, capables de définir des logiques de développement endogènes, va dans le bons sens. Si Hollande tient parole, si les Africains prennent leurs responsabilités et si toutes les cartes sont sur la table, une refondation est possible. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège, Ca[...]

Migration clandestine : manège en absurdie

Venu d'Afrique, le flux de bateaux de fortune tentant de rallier l'Europe ne faiblit pas. À son bord, des migrants aimantés par le fantasme de l’Occident et manipulés par des marchands de morts. Alors[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

France - Mériam Rhaiem : "Ma fille est une otage" en Syrie

Fin 2013, sa fille de 24 mois a été enlevée par son père, parti faire le jihad en Syrie. Après avoir créé un collectif nommé "Jamais sans Assia", Mériam[...]

Présidentielle américaine : Hillary Clinton toujours d'attaque

Ex-First Lady, ex-secrétaire d'État et ex-rivale d'Obama, Hillary Clinton est loin d'avoir fait une croix sur la présidence. Son staff de campagne est déjà en place et piaffe[...]

Les Algériens de France aux urnes : "Bouteflika, je sais qu'il va gagner..."

Quelque 815 000 Algériens de France ont commencé à voter samedi pour élire leur président, soit cinq jours avant le scrutin en Algérie, prévu jeudi 17 avril. Reportage en[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Michael Jackson : un deuxième album posthume bientôt dans les bacs

"Sony", la maison de disque historique de Michael Jackson, présente le deuxième album posthume de l'artiste, baptisé "Xscape". Celui-ci sera disponible en France le 13 mai.[...]

Présidentielle algérienne : les Algériens de France votent dès samedi

Quelque 815 000 Algériens votent en France à partir de samedi pour élire leur futur président, soit cinq jours avant le scrutin en Algérie, prévu le jeudi 17 avril.[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers