Extension Factory Builder

La leçon de Riace

09/05/2012 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Connaissez-vous Riace ? Mieux vaut tard que jamais. C'est un tout petit village (16,05 km²) de la province Reggio di Calabria, en Calabre, dans l'extrême sud-est de l'Italie, à 514 km de Rome. Au dernier recensement (2010), Riace comptait 1 977 habitants. Ce petit bout de terre, que baigne la mer Ionienne, n'est pas un paradis, loin s'en faut. À la fin du XXe siècle, il n'était plus que l'ombre de lui-même. Les jeunes, rongés par le chômage et le spleen, avaient décidé d'aller chercher le mieux-être ailleurs, dans le nord de la péninsule, plus prospère, ou à l'étranger. Il ne restait plus que les vieillards, sans espoir, et les retraités qui voyaient, chaque jour, Riace mourir à petit feu. Les énormes maisons, abandonnées par leurs propriétaires, tombaient en ruine. L'école du village, faute d'enfants, avait fermé ses portes (en 2000).

Le réveil de Riace a commencé en 1998. Cette année-là, une embarcation transportant des réfugiés kurdes échoue au village. Pour les responsables de la commune, c'est une chance inouïe. Plutôt que de les rejeter à la mer, ils accueillent les Kurdes à bras ouverts. Non pas, comme on peut le croire, pour leurs beaux yeux. Mais tout simplement parce qu'ils ont compris que ces gens venus d'ailleurs vont contribuer à la renaissance de la commune. Qu'ils représentent une bouée de sauvetage, un moyen de revaloriser les ressources locales. Hospitalité contre travail, voilà le deal.

Quatorze ans plus tard, le pari est gagné. Éthiopiens, Érythréens, Afghans, Kurdes et d'autres étrangers vivent à Riace. Ils ont restauré les vieilles maisons, fait revivre les savoir-faire traditionnels qui disparaissaient. Ils ont relancé l'artisanat et la production agricole, au point de devenir un centre du commerce équitable. L'école a rouvert ses portes. Des autochtones sans travail ont retrouvé un emploi. Les prix des loyers ont grimpé à tel point que des Italiens fortunés viennent du Nord pour se reposer à Riace, prenant souvent des locations à l'année. Grâce à l'immigration, le village s'est donné un surnom : Città Futura, Ville du futur.

Personne n'est le maître de la terre, notre bien commun. Il n'y a pas de pays sans étrangers.

Je tire plusieurs leçons de cette expérience. Un : quand Riace était sur le point de rendre l'âme, ce n'était pas la faute des étrangers venus manger le pain des Italiens. Deux : c'est grâce aux étrangers que la commune a trouvé les bras qui lui manquaient pour repartir. Trois : il n'y a rien pour rien, que l'on soit de Riace ou d'ailleurs. Cela me ramène à la campagne électorale française durant laquelle, sans vergogne, une partie de la classe politique a distillé un discours de haine visant les étrangers, source de tous les malheurs. Le pouvoir est-il, en fin de compte, un nectar qu'il faut boire à n'importe quel prix, dont celui du mensonge ? Mes convictions sont simples : chaque homme a un pays, une nation, une culture, des racines, des valeurs. Personne n'est le maître de la terre, notre bien commun. Il n'y a pas de pays sans étrangers. Quant aux frontières, elles n'existent que dans la tête de petits esprits. Qui oublient qu'en hiver les oiseaux du Nord, pour ne pas mourir de froid, émigrent dans le Sud. Le maire centre gauche de Riace, Domeunico Lucano, qui a vu débarquer chez lui des hommes en détresse, a compris la vie : « Nous avons découvert un monde fait d'injustices, de guerres, de violences, de drames », a-t-il déclaré. C'est ainsi depuis la nuit des temps. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Qui garde les gardiens ?

POST-Sriptum Article précédent :
C'est quoi, cette salade grecque ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de[...]

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, ministre de la Commun[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Côte d'Ivoire - Christian Bouquet : "Certains n'ont pas tiré de leçons du passé"

Selon Christian Bouquet, spécialiste français de la Côte d'Ivoire et auteur du "Désespoir de Kourouma", des symptômes inquiétants pour la démocratie subsistent.[...]

Cameroun : Samuel Eto'o peut-il revenir jouer avec les Lions indomptables ?

Samuel Eto’o a annoncé la fin de sa carrière internationale, le 29 août, alors qu’il venait de s’engager avec Everton FC (Angleterre, Premier League). L’épilogue d’une his[...]

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Centrafrique : la Séléka exclut ses membres entrés au gouvernement

L'ex-rébellion Séléka a annoncé lundi qu'elle excluait les ministres du nouveau gouvernement issus de ses rangs. Les leaders de l'ex-coalition qui contestent la composition du gouvernement formé [...]

Libye : le gouvernement admet avoir perdu le contrôle de Tripoli

Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l’Est, a reconnu dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi ne plus contrôler les ministères et services de l&[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Niger : un nouvel avion présidentiel à 30 millions d'euros

Niamey a acheté un nouvel avion présidentiel pour la somme de 30 millions d'euros. Cette aquisition onéreuse a provoqué la levée de boucliers de l'opposition qui critique une "dépense[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex