Extension Factory Builder

La leçon de Riace

09/05/2012 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Connaissez-vous Riace ? Mieux vaut tard que jamais. C'est un tout petit village (16,05 km²) de la province Reggio di Calabria, en Calabre, dans l'extrême sud-est de l'Italie, à 514 km de Rome. Au dernier recensement (2010), Riace comptait 1 977 habitants. Ce petit bout de terre, que baigne la mer Ionienne, n'est pas un paradis, loin s'en faut. À la fin du XXe siècle, il n'était plus que l'ombre de lui-même. Les jeunes, rongés par le chômage et le spleen, avaient décidé d'aller chercher le mieux-être ailleurs, dans le nord de la péninsule, plus prospère, ou à l'étranger. Il ne restait plus que les vieillards, sans espoir, et les retraités qui voyaient, chaque jour, Riace mourir à petit feu. Les énormes maisons, abandonnées par leurs propriétaires, tombaient en ruine. L'école du village, faute d'enfants, avait fermé ses portes (en 2000).

Le réveil de Riace a commencé en 1998. Cette année-là, une embarcation transportant des réfugiés kurdes échoue au village. Pour les responsables de la commune, c'est une chance inouïe. Plutôt que de les rejeter à la mer, ils accueillent les Kurdes à bras ouverts. Non pas, comme on peut le croire, pour leurs beaux yeux. Mais tout simplement parce qu'ils ont compris que ces gens venus d'ailleurs vont contribuer à la renaissance de la commune. Qu'ils représentent une bouée de sauvetage, un moyen de revaloriser les ressources locales. Hospitalité contre travail, voilà le deal.

Quatorze ans plus tard, le pari est gagné. Éthiopiens, Érythréens, Afghans, Kurdes et d'autres étrangers vivent à Riace. Ils ont restauré les vieilles maisons, fait revivre les savoir-faire traditionnels qui disparaissaient. Ils ont relancé l'artisanat et la production agricole, au point de devenir un centre du commerce équitable. L'école a rouvert ses portes. Des autochtones sans travail ont retrouvé un emploi. Les prix des loyers ont grimpé à tel point que des Italiens fortunés viennent du Nord pour se reposer à Riace, prenant souvent des locations à l'année. Grâce à l'immigration, le village s'est donné un surnom : Città Futura, Ville du futur.

Personne n'est le maître de la terre, notre bien commun. Il n'y a pas de pays sans étrangers.

Je tire plusieurs leçons de cette expérience. Un : quand Riace était sur le point de rendre l'âme, ce n'était pas la faute des étrangers venus manger le pain des Italiens. Deux : c'est grâce aux étrangers que la commune a trouvé les bras qui lui manquaient pour repartir. Trois : il n'y a rien pour rien, que l'on soit de Riace ou d'ailleurs. Cela me ramène à la campagne électorale française durant laquelle, sans vergogne, une partie de la classe politique a distillé un discours de haine visant les étrangers, source de tous les malheurs. Le pouvoir est-il, en fin de compte, un nectar qu'il faut boire à n'importe quel prix, dont celui du mensonge ? Mes convictions sont simples : chaque homme a un pays, une nation, une culture, des racines, des valeurs. Personne n'est le maître de la terre, notre bien commun. Il n'y a pas de pays sans étrangers. Quant aux frontières, elles n'existent que dans la tête de petits esprits. Qui oublient qu'en hiver les oiseaux du Nord, pour ne pas mourir de froid, émigrent dans le Sud. Le maire centre gauche de Riace, Domeunico Lucano, qui a vu débarquer chez lui des hommes en détresse, a compris la vie : « Nous avons découvert un monde fait d'injustices, de guerres, de violences, de drames », a-t-il déclaré. C'est ainsi depuis la nuit des temps. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Qui garde les gardiens ?

POST-Sriptum Article précédent :
C'est quoi, cette salade grecque ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Nigeria : Boko Haram attaque une école à Kano, au moins 13 morts

Nigeria : Boko Haram attaque une école à Kano, au moins 13 morts

L'attaque d'un campus de Kano, dans le nord du Nigeria, mercredi par des éléments présumés de Boko Hram a fait au moins 13 morts et 34 blessés.[...]

Côte d'Ivoire : Bédié annonce son ralliement à Ouattara pour la présidentielle de 2015

Le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) Henri Konan Bédié a annoncé ce mercredi lors d’un meeting tenu dans son fief à Daoukro le ralliement de sa formation &agr[...]

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Pour la banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "r&[...]

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

Scandale de surfacturation, ingérence de l'État, explosion des coûts... Rien ne va plus dans la grande entreprise minière publique du Katanga, qui attend la nomination d'un nouveau dirigeant.[...]

Cameroun : Baileys, l'alcool qui peut vous envoyer en prison

Au Cameroun, mieux vaut faire attention à la boisson que l'on commande. Si une Guiness ne déclenchera que des regards approbateurs, un Baileys pourrait vous valoir une dénonciation pour homosexualité.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention direct[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous [...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à [...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des populati[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des r&eacu[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex