Extension Factory Builder

Roland Bouiti-Viaudo : "Pointe-Noire fait preuve d'une réelle vitalité"

18/05/2012 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Roland Bouiti-Viaudo 'tout est réellement démocratique'. Roland Bouiti-Viaudo "tout est réellement démocratique". © Antonin Borgeaud pour JA

Réélu pour un second mandat en 2008, le député-maire de Pointe-Noire revient sur l'évolution, les projets de la commune et les enjeux auxquels elle est confrontée.

Jeune Afrique : Quel regard portez-vous sur votre ville, Pointe-Noire, quatre-vingt-dix ans après sa création ? Son extension ne pose-t-elle pas des problèmes ?

Roland Bouiti-Viaudo : Un long chemin a été parcouru, je pense. La population est passée de quelques centaines de milliers à environ 1 million d'habitants. La ville s'est étendue de façon spectaculaire. L'activité économique y est forte. C'est la preuve d'une réelle vitalité. Mais la commune, comme le département de Pointe-Noire, a des limites, définies par la loi. La pression foncière est très forte et, si elle persiste, le gouvernement devra créer de nouvelles villes dans le département voisin du Kouilou. Une étude est en cours pour voir comment en construire une à partir de la Louaya, en bord de mer, jusqu'au pont sur la Loemé. 

Comment expliquer la coexistence entre un centre-ville propre et équipé et des quartiers insalubres ?

Cette situation date de sa création, avec un centre-ville européen jusqu'au rond-point Lumumba et, au-delà, la cité africaine. Des efforts sont réalisés, tout particulièrement cette année, en matière d'assainissement. L'objectif est que la commune mobilise plus de ressources pour désenclaver et équiper les quartiers non viabilisés. Vous pouvez constater que la plupart des travaux en cours sont menés dans les quartiers périphériques.

L'objectif est de mobiliser plus de ressources pour équiper les quartiers non viabilisés.

Quels sont les principaux projets ?

Par ordre prioritaire, nous étudions la création d'une société, mixte ou privée, de gestion et de traitement des ordures ménagères et industrielles ; viennent ensuite la poursuite de l'assainissement de la ville et la prise en charge des services de base. Nous voulons avoir, demain, une ville très active dans les domaines de la santé, de la formation, de la culture et du tourisme.

Enfin, depuis que l'État congolais s'est retiré du secteur, nous n'avons plus de transports en commun adéquats. Les transporteurs privés ne sont pas bien organisés, et les services compétents en matière de contrôle n'ont pas pleinement pris en charge le secteur. Nous espérons mettre rapidement en place une plateforme avec toutes les parties concernées pour harmoniser les points de vue, qu'il s'agisse des tarifs ou de la fiabilité des véhicules.

Selon vos détracteurs, la ville souffre d'un déficit de démocratie participative. Que leur répondez-vous ?

Pointe-Noire est gérée par un conseil départemental et municipal dont les 75 membres, élus par la population, élisent à leur tour le bureau. Tout est donc parfaitement démocratique. Après mon élection, j'ai organisé une conférence des chefs de quartier, qui, pendant trois jours, ont exposé leurs problèmes. Nous en avons dressé l'inventaire, puis nous en avons fait une synthèse, par quartier et par arrondissement, et le conseil municipal a adopté un programme d'action triennal, sur lequel nous nous fondons depuis pour définir le plan d'investissement annuel. Après chaque session - il y en a trois par an) -, nous allons voir les habitants des quartiers pour faire le point et recueillir leur avis. Ce qui est tout à fait démocratique et participatif. 

Qu'apporte la coopération décentralisée ?

Auparavant, elle se manifestait simplement à travers les jumelages. Aujourd'hui, nous avons des échanges gagnant-gagnant avec nos jumelles portuaires. Pointe-Noire a développé des partenariats très actifs avec Le Havre, en France, et Ravenne, en Italie. Au Maroc, nous travaillons avec Laayoune sur la formation de nos agents municipaux. Enfin, nous attendons des entreprises de travaux publics de la ville chinoise de Dalian, qui vont examiner la faisabilité d'un projet de logements sociaux. 

___

Propos recueillis à Pointe-Noire par Tshitenge Lubabu M.K.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

Congo-Brazzaville : Juste Bernardin Gavet, la force est avec lui

Juste Bernardin Gavet, premier secrétaire du mouvement jeunesse du parti présidentiel, veut changer la manière de faire de la politique. Et en redonner le goût aux nouvelles[...]

Congo-Brazzaville : vers une révision de la Constitution avant la présidentielle de 2016 ?

Pour ou contre une révision ou un changement de la Constitution qui permettrait au chef de l'État congolais, Denis Sassou Nguesso, de se représenter en 2016 ? Le débat fait rage. Le principal[...]

Le temps des embusqués

Dieu écrit droit avec des lignes courbes, dit un proverbe portugais. Au point que, parfois, on s'y perd un peu. Ainsi en va-t-il de la stratégie de communication pour laquelle semblent avoir opté Denis[...]

Congo Brazzaville : ça va bétonner à tout-va

Limitée jusqu'alors par la faible capacité de la société nationale, la production de ciment va être décuplée avec l'arrivée de trois nouveaux opérateurs.[...]

RDC - Congo : Mbata ya bakolo, un retour fortement conseillé

Les ressortissants de RDC sont priés de se mettre en règle ou de quitter le pays. Une opération qui accentue les tensions entre les deux voisins.[...]

BantuHub et l'avant-garde du numérique à Brazzaville

 Vérone Mankou, patron de VMK, est aussi, depuis sa création en 2010, l'un des soutiens et des formateurs du BantuHub, une plateforme destinée à donner aux développeurs, webmasters et[...]

Congo Brazzaville : quand les patrons passent à l'action

Afin de dynamiser le secteur privé, l'État a créé une agence pour aider les futurs entrepreneurs et attirer les fonds étrangers. Reste à changer les mentalités.[...]

CAN 2015 : le Rwanda disqualifié, le Congo repêché

Qualifié sur le terrain face au Congo (0-2, 2-0 et 4-3 aux tirs au but) pour le dernier tour qualificatif de la CAN 2015, le Rwanda a été éliminé sur tapis vert par la CAF, à la suite de[...]

Me Malonga : "Le verdict du procès de Ntsourou pourrait être prononcé en septembre"

Me Ambroise Hervé Malonga, l'avocat du colonel Ntsourou, explique la stratégie de son client, jugé depuis début juillet à Brazzaville. Ce dernier est notamment poursuivi pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex