Extension Factory Builder

Adel Ben Khaled : "Les constructeurs allemands s'intéressent de plus en plus au Maroc"

10/05/2012 à 12:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Adel Ben Khaled, ingénieur de 47 ans, dirige Leoni Maroc depuis 2009. Adel Ben Khaled, ingénieur de 47 ans, dirige Leoni Maroc depuis 2009. © Leoni

Spécialiste des câbles électriques, le groupe de Nuremberg Leoni vient d'inaugurer sa huitième usine dans le royaume. Située à Berrechid, elle emploiera 2 500 salariés d'ici à 2014.

L'équipementier allemand Leoni continue son expansion en Afrique du Nord, où il compte 25 000 salariés (60 750 dans le monde). Implanté dès 1977 en Tunisie, le fabricant de câbles électriques, leader en Europe et quatrième dans le monde, mise aussi sur le Maroc, où il vient d'inaugurer sa huitième usine, pour fournir les usines automobiles de l'Europe du Sud-Ouest. Aujourd'hui, il profite du démarrage de Renault Tanger Med. Aux manettes depuis 2009, Adel Ben Khaled, ingénieur de 47 ans né à Zaghouan (Tunisie) et formé à Karlsruhe (Allemagne), veut faire progresser de 15 % les ventes de la filiale cette année.

Jeune Afrique : Quel est l'objectif de votre nouvelle usine de Berrechid, inaugurée le 19 avril ?

En Tunisie et en Égypte, le groupe n'a pas réduit la voilure, contrairement à certains concurrents.

Adel Ben Khaled : Cette implantation est entièrement destinée aux équipementiers, qui s'installent en nombre au Maroc et ont besoin de nos produits. Nous l'avons conçue comme un regroupement de mini-usines, chacune étant dévolue à un client spécifique : Siemens, Valeo, Faurecia, Plastic Omnium... D'ici à 2014, Berrechid devrait compter 2 500 salariés travaillant pour une dizaine d'équipementiers.

En Allemagne, comment sont perçues ces implantations à l'étranger ?

Il n'y a pas de polémique sur ce sujet : nos salariés allemands comprennent la nécessité d'une combinaison entre un service commercial et d'ingénierie en Allemagne et des centres de production compétitifs.

Leoni fournit le câblage du monospace Lodgy, le premier véhicule fabriqué par Renault Tanger Med. La compétition a-t-elle été rude ?

Nous sommes fiers d'avoir été sélectionnés, alors que le Maroc compte de grands concurrents comme Sumitomo, Yazaki ou Fujikura. Nous avons gagné ce marché d'abord en raison de notre expérience positive de fournisseur pour la Logan, tant à Casablanca qu'en Roumanie. Renault avait confiance dans notre capacité à respecter nos engagements. Les économies d'échelle nous ont permis d'être compétitifs sur le plan des coûts. C'est notre usine d'Aïn Sebaa qui est chargée de cette production.

L'année 2011 a été mouvementée en Afrique du Nord... Comment l'avez-vous vécu ?

En Tunisie et en Égypte, où Leoni compte respectivement 13 000 et 4 000 employés, le groupe n'a pas réduit la voilure, contrairement à certains concurrents. Malgré la crise, nous avons prouvé à nos clients européens que nous étions capables de livrer dans les temps, quitte à vendre parfois à perte pour garder leur confiance. Aujourd'hui, nous espérons que ces pays sortiront vite de ces situations politiques transitoires.

Le Maroc en a-t-il profité pour prendre des parts de marché à la Tunisie dans le secteur automobile ?

Même au sein de Leoni, les entités d'Afrique du Nord sont en concurrence. Mais à cause de l'approvisionnement en « juste à temps », la proximité géographique est essentielle. Pour cette raison, le Maroc fournit surtout l'Espagne, le Portugal et la France, tandis que la Tunisie vise davantage l'Allemagne et l'Europe orientale. Néanmoins, ces derniers mois, il y a un regain d'intérêt des constructeurs et équipementiers allemands pour le Maroc, notamment à cause du facteur politique. Certains d'entre eux songent à s'y installer. 

________

Propos recueillis par Christophe Le Bec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc face à la 'Daesh connection'

Le Maroc face à la "Daesh connection"

Plus d'un millier de Marocains ont décidé de rejoindre les rangs de l'État islamique. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment sont-ils recrutés ? Comment les autorités fon[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

GES 2014 : Marrakech se fait capitale mondiale de l'entrepreneuriat

 Chefs d'Etats, grands patrons, ministres, jeunes entrepreneurs... Ils sont tous venus à Marrakech pour participer à la cinquième édition du Sommet Global de entrepreneuriat, la première du[...]

Le marocain Saham s'implante au Nigeria

Saham a acquis 40% de la société nigériane d'assurance non-vie Unitrust Insurance. Pénétrant sur le troisième marché du continent et l'un des plus prometteurs.[...]

Un ressortissant français et sa fille retrouvés mort dans le centre du Maroc

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce double homicide remonte à une semaine et aurait été motivé par le vol. Trois suspects ont été arrêtés,[...]

Exclusif : le fonds souverain de la Norvège se tourne vers Casablanca

 Le fonds souverain norvégien, le plus grand du monde avec un total d'actif de 878 milliards de dollars, vient de placer le Maroc sur ses radars.[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Maroc : la BERD prête 100 millions d'euros à Banque centrale populaire

 La BERD a accordé une ligne de financement de 100 millions d'euros à Banque centrale populaire pour renforcer les prêts accordés des micro-entreprises et des PME marocaines.[...]

Vidéo - Maroc : le prince Moulay Rachid se marie, un événement haut en couleurs

Le Maroc célèbre sur trois jours le mariage du prince Moulay Rachid, frère du roi Mohammed VI et deuxième dans l'ordre de la succession monarchique. Un événement dans la vie de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers