Extension Factory Builder

Qui garde les gardiens ?

09/05/2012 à 10:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Voici une histoire dont je ne sais s'il faut en pleurer ou en rire - du coup, je vous la refile, comme une patate chaude... Il s'agit d'un jeune Marocain des environs de Tilburg, aux Pays-Bas, qui fait les 400 coups pendant son adolescence - de petits larcins, par-ci par-là... -, puis qui passe à la délinquance sérieuse, puis, carrément, aux braquages. Il est très habile et jamais la police ne réussit à l'arrêter. Son signalement est diffusé à chaque fois que des caméras de surveillance arrivent à capturer son visage lors d'un de ses méfaits, mais lesdites caméras ne sont pas en haute définition - ce que (soit dit entre parenthèses) je ne comprends pas : dans le moindre appareil photo à dix balles on a une qualité parfaite de définition, genre un milliard de pixels. Les caméras de surveillance donnent des images dignes des films super-8 de contrebande ? Mais bon, revenons à nos moutons, c'est-à-dire à Abderrahim - appelons-le ainsi. Toutes les brigades de police sont à ses trousses, mais en vain.

Et puis, un jour, miracle, Abderrahim rencontre une jeune et douce Lamia, il tombe amoureux, elle aussi, les deux tourtereaux décident de se marier et de fonder une famille. Abderrahim dit adieu à sa carrière de brigand et le voici en quête d'un métier honnête. Le problème, c'est qu'il a le niveau bac moins 4 et qu'à part ses muscles et sa débrouillardise il n'a pas beaucoup d'atouts pour entrer chez Philips ou AkzoNobel.

Finalement, ô joie, ô bonheur, Abderrahim trouve dans le journal l'annonce providentielle. C'est un métier stable et honnête : gardien de prison. Problème : il est, répétons-le, recherché par toutes les polices du royaume. No problemo, se dit notre ami : il prend les papiers de son frère, passe les entretiens d'embauche ainsi que les tests physiques, et le voici promu gardien de prison dans la bonne ville de Breda - où tous les flics sont à ses trousses. Et c'est ainsi qu'il passe cinq ans de tranquillité absolue, vêtu de son bel uniforme de maton d'élite.

Entre nous, le dernier endroit où la police irait chercher un malfrat en cavale, c'est en taule, non ? Deux mignonnes petites filles naissent au foyer d'Abderrahim et de Lamia, Dieu est grand, le ciel est bleu, il pleut des nounours.

Et puis, ce qui devait arriver arriva : un des bandits sur lesquels veillait Abderrahim le reconnut et se souvint qu'ils avaient braqué ensemble quelques banques, du temps de leur jeunesse folle. Il le fit chanter : tu m'aides à m'évader ou j'te dénonce, mon z'ami ! Abderrahim, la mort dans l'âme, se résolut à se dénoncer à la police. Il couche maintenant dans une cellule de sa propre prison en attendant de passer en jugement.

Espérons que la justice tiendra compte des années où il a été son fidèle auxiliaire. Et méditons la morale de cet apologue : entre un honnête homme et un forban, il n'y a parfois que l'épaisseur d'un uniforme...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Celles par qui les scandales arrivent

POST-Sriptum Article précédent :
La leçon de Riace

Réagir à cet article

AUTRES

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il revie[...]

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces