Extension Factory Builder

Tunisie : Salah Sayel, sentinelle de la Bourse de Tunis

03/05/2012 à 14:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le nouvel objectif de Salah Sayel : doubler la capitalisation de la place financière. Le nouvel objectif de Salah Sayel : doubler la capitalisation de la place financière. © Heifel Ben Youssef pour JA

Figure historique de la Place de Tunis, Salah Sayel, le nouveau président du Conseil du marché financier, sera attentif à la transparence des opérations.

Nommé en mars à la tête du Conseil du marché financier (CMF), Salah Sayel, 51 ans, a fait toute sa carrière au sein du gendarme de la Bourse tunisienne. Titulaire d'un diplôme de l'Institut supérieur de gestion de Tunis, il participe dès 1987 au lancement de la place financière, avant de superviser, au début des années 1990, les nouvelles introductions sur le marché. Parallèlement, il intègre le comité technique de privatisation des entreprises publiques.

Une position privilégiée pour observer la dérive prédatrice de l'ancien régime, notamment lors de la cession de la Banque du Sud à Attijariwafa Bank en 2005, opération avant laquelle Sakhr el-Materi, gendre de l'ex-président, a profité d'un délit d'initié pour racheter une part minoritaire. « Mais, globalement, les incursions du clan au pouvoir dans la sphère financière ont été rares », estime Salah Sayel, qui, aujourd'hui, parle sans tabou et revendique une totale liberté d'action. « L'indépendance, c'est dans les textes et dans la tête », assure-t-il.

S'il ne renie pas les réalisations de son prédécesseur Férid Kobbi, le nouveau patron du CMF mesure le chemin à parcourir pour faire de la Bourse de Tunis une référence régionale. Au rang de ses ambitions figurent un meilleur encadrement du capital-investissement ou encore le renforcement des fonds propres à demander aux sociétés d'intermédiation quand elles gèrent de gros contrats.

 Enquête.

L'ancien chef des enquêtes et des plaintes (1997-2008) reste également attentif à la transparence des opérations. À preuve, la possible ouverture d'une enquête sur la compagnie Electrostar, dont l'action a grimpé de 115,5 % sans raison entre le 15 mars et le 5 avril. Il souhaite aussi qu'à l'avenir les sociétés améliorent la forme et les délais de la publication des informations réglementaires.

Salah Sayel sait enfin que l'attractivité de la Bourse de Tunis dépend en partie de la profondeur de son marché. « À terme, nous visons la cotation d'une centaine d'entreprises [contre 57 aujourd'hui, NDLR] et le doublement de la capitalisation [16 milliards de dinars actuellement, soit 8 milliards d'euros]. Dès cette année, nous espérons l'introduction sur le marché de trois ou quatre sociétés de l'immobilier ou de l'industrie », lâche-t-il sans plus de précisions. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers