Extension Factory Builder

Pétrole : Momar Nguer, un Sénégalais qui fait le plein chez Total

14/05/2012 à 18:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Il veut faire de la major Il veut faire de la major © Gladieu Stephan/Total

Né au Sénégal, Momar Nguer, le directeur marketing et distribution pour l'Afrique et le Moyen-Orient, est le premier Africain à accéder à un tel niveau de responsabilité au sein du groupe français Total.

Dans le célèbre quartier des affaires de Paris-la Défense, il occupe désormais un bureau au sixième étage de la tour Michelet, plus haute que toutes celles qui auraient pu l'accueillir à Dakar. Depuis le 1er janvier, Momar Nguer, Franco-Sénégalais de 55 ans né à Thiès, est le nouveau directeur de la branche marketing et distribution pour l'Afrique et le Moyen-Orient de la valeur numéro un du CAC 40, Total. C'est la première fois que la compagnie pétrolière (12 milliards d'euros de bénéfices en 2011) nomme un Africain à un tel niveau de responsabilité : 4 400 stations-service (dont 3 500 en Afrique) et 7 400 salariés sont sous son commandement.

Entré dans le groupe en 1984 après avoir passé deux années comme trésorier devises chez Hewlett-Packard France, Momar Nguer avait, à l'époque, longtemps hésité. L'environnement « compassé » de l'ancien siège de Total Afrique, rue de la Pépinière à Paris, et de ses occupants tranchait avec l'univers des nouvelles technologies dans lequel il gravitait. On lui a assuré qu'il prendrait rapidement des responsabilités en Afrique. « Lorsque j'ai entendu la joie de mes parents, au Sénégal [où son père était parlementaire, NDLR], j'ai compris que je ne pouvais pas refuser ! » lâche-t-il.

Moins de un an après son arrivée, il fait ses armes au sein de la filiale camerounaise. Un test qui le conduira bientôt à Dakar pour prendre la direction commerciale de Total Sénégal. « Bien plus tard, en lisant mon dossier, j'ai compris que la direction n'était pas sûre de mon succès. Il était écrit : "Saura-t-il vivre en Afrique ?" C'est extraordinaire ! » Les craintes sont vite écartées, il s'impose facilement. « Je parle wolof sans accent. Je m'en suis servi dès la première réunion, ce qui a mis tout le monde d'accord. » Ses attaches lui permettent même d'aborder certains sujets (notamment avec les autorités) que son directeur général, Français expatrié, ne pouvait évoquer. « Et puis j'ai senti une vraie solidarité : tous avaient finalement envie de m'aider à réussir. »

De retour au siège, à Paris, en 1991, il est pressenti en 1994 pour prendre la direction du réseau en Afrique du Sud, au crépuscule de l'apartheid... « Nous nous attendions à ce que les syndicats blancs y soient opposés. Mais nous étions loin d'imaginer que les syndicats noirs le seraient aussi ! » Leur argument : si Total nomme un Noir, pourquoi pas un Sud-Africain ? Le groupe recule, et Momar Nguer retrouve la filiale Cameroun, dont il prend la direction générale en 1995.

 Anicroches

Les a-priori ne le quitteront que rarement. Au Kenya, où il est propulsé deux ans plus tard, on le considère comme un « West African », sous-entendu : un Nigérian, origine guère appréciée dans cette partie du continent. Ce binational connaîtra aussi quelques anicroches lors de ses fréquents déplacements depuis Paris, lorsqu'il prend la direction marketing et raffinage de la zone Afrique de l'Est et océan Indien en 2000 : « Au Zimbabwe, je me suis retrouvé bloqué à l'aéroport parce que j'avais mon passeport sénégalais et pas de visa... Mon passeport français m'aurait facilité l'accès, à cette époque ! » explique-t-il.

Ses ambitions aujourd'hui ? Poursuivre le développement du groupe, bien sûr (Égypte, Algérie et Arabie saoudite notamment), mais surtout « faire de Total l'une des trois entreprises préférées des jeunes diplômés africains ». Mise en place d'un régime de retraite attractif et offre d'opportunités mondiales sont notamment les arguments qu'il compte développer. Il nourrit aussi un rêve : apporter la lumière à 3 millions d'Africains dans les zones rurales d'ici à 2020. Comment ? En profitant du maillage de Total pour faire parvenir de petites lampes solaires bon marché (entre 10 et 15 euros). « Nous sommes un groupe énergétique, on gagne de l'argent. Si nous montrons la voie, peut-être que d'autres nous suivront. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de "Charlie Hebdo", en seulement trois mois

Comme une ONG sérieuse, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a publié un rapport trimestriel de ses activités, incluant notamment l'attaque en France contre le journal "Charlie[...]

France : le corps d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, rapatrié à Paris

Le corps du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité en septembre par des jihadistes algériens, a été rapatrié en France, onze jours après sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers