Extension Factory Builder

Présidentielle française : autant en emporte le vent

01/05/2012 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« En connaissant le sens du vent, on obtient une indication quant à l'évolution du temps à venir. » Jamais démentie, cette évidence physique vulgarisée dans les années 1930 par l'abbé Moreux, météorologue de son état, s'est même déplacée vers des domaines très éloignés de la circulation des masses d'air.

Ainsi, en politique, et plus particulièrement à l'approche des rendez-vous électoraux, le vent des sondages emporte souvent avec lui son lot de personnalités volatiles qui, comme les hirondelles, annoncent le printemps. À condition de n'être pas seules. Dans la semaine qui a précédé le 22 avril, premier tour de la présidentielle, le candidat socialiste, François Hollande, a rallié de nombreux soutiens. En appliquant le précepte de l'abbé Moreux, on pourrait donc en tirer quelques conclusions sur l'identité du vainqueur de l'élection.

Retour de bâton de la politique dite « d'ouverture », pratiquée en 2007 sans modération par l'actuel locataire de l'Élysée, deux des principaux oiseaux ont effectué un retour à la gauche du nid. Fadela Amara, secrétaire d'État chargée de la Politique de la ville de 2007 à 2010, a rappelé que son coeur avait toujours battu pour les socialistes. Martin Hirsch, haut-­commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse jusqu'en 2010, a, lui aussi, déclaré que son bulletin n'irait pas à Sarkozy. Voilà pour les moineaux égarés qui veulent se rappeler au bon souvenir de leurs anciens amis.

Les autres girouettes, pourtant notoirement de droite celles-là, semblent avoir surtout profité des alizés socialistes pour régler leurs comptes. C'est le cas des proches de Dominique de Villepin - ennemi intime de Sarkozy. Brigitte Girardin, ministre déléguée à la Coopération de 2005 à 2007, et Azouz Begag, ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances dans le même gouvernement, ont fait publiquement le pari de l'antisarkozysme. Ainsi également du clan de Jacques Chirac, qui comme un seul homme (ou presque, puisque sa femme Bernadette soutient encore Sarkozy) s'est prononcé en faveur de l'ami corrézien. Parmi les proches de l'ex-chef de l'État, Hugues Renson, l'un de ses conseillers, et Jean-Jacques Aillagon, son ancien ministre de la Culture, ont fait des apparitions remarquées lors du meeting de Hollande à Vincennes, le 15 avril.

En France comme ailleurs, les sirènes du pouvoir - pour de bonnes raisons (vouloir agir quel que soit celui qui tient la barre) ou de mauvaises (chercher à en toucher les dividendes) - ne perdront jamais de leur attrait. « Est-ce parfaitement élégant ? » interrogeait Nicolas Sarkozy au lendemain du lâchage de Martin Hirsch. Quand c'était à sa poupe que le vent soufflait, il ne s'embarrassait pas de telles interrogations morales... En effet, en 2007, la transhumance s'était effectuée dans le sens inverse - qui était déjà à l'époque celui du vent, notez bien. Éric Besson, devenu ce que l'on sait, avait lâché avec fracas la candidate de son parti. Cinq ans plus tard, il déclare rester fidèle à celui qui l'a fait ministre. Dans le camp socialiste, il y a fort à parier qu'il n'aurait pas été reçu à bras ouverts. Pas fou, l'oiseau !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Le glaive et la balance

Editorial précédent :
Niger : l'avenir en rose ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers