Extension Factory Builder

Paul Giniès : "L'offre de formation doit tenir compte de la demande du secteur privé"

03/05/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. © 2iE

Think-tank basé à Ouagadougou, l'Institut d'Afrique confrontera les insuffisances des filières existantes aux attentes des employeurs. Interview de son président, Paul Giniès.

D'un côté, quelque 10 millions d'Africains arrivent chaque année sur le marché du travail. De l'autre, les entreprises peinent à recruter. Sur fond de croissance économique, cette situation absurde constitue le point de départ d'une initiative conjointe de l'Institut international d'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE, à Ouagadougou), de HEC Executive Education et du Medef international : l'Institut d'Afrique.

Jeune Afrique : Quelle réflexion sous-tend la création de l'Institut d'Afrique, lancé en septembre ?

Paul Giniès : Le décalage grandit entre l'aspiration de la jeunesse à avoir un emploi et une économie qui ne trouve pas les ressources nécessaires. Il faut remodeler les formations en fonction de la demande du privé. L'idée est de faire évoluer des compétences existantes et de les ouvrir sur leur environnement socioéconomique. Le rendez-vous du patronat africain, « Business Africa », en septembre à Abidjan, constituera une étape décisive dans la formalisation de notre projet.

Sur quels outils repose ce dispositif ?

L'Observatoire des compétences et de l'emploi va se développer peu à peu pour analyser les évolutions du marché de l'emploi sur une base régionale et sectorielle. À plus long terme s'y ajoutera une fonction de prospective. En parallèle, un portail internet sera effectif d'ici à 2013 : il proposera la liste des formations existant en Afrique et un catalogue des données concernant les filières économiques les plus porteuses.

Sur quelles filières et quels niveaux d'études l'Institut d'Afrique concentrera-t-il ses travaux ?

Les secteurs prioritaires sont l'énergie, l'électricité, les mines, les BTP, l'eau et l'assainissement. Concernant les niveaux de formation, l'un de nos objectifs est justement de casser les barrières entre secondaire et supérieur, de reconstituer une sorte de continuum. On s'aperçoit que les besoins les plus grands sont compris entre les niveaux bac-3 et bac+3.

Il s'agit de tirer le système vers le haut.

Qui sont vos partenaires ?

Les premiers organismes de formation rassemblés sont HEC, 2iE, l'association Codifor, l'Union française de l'enseignement technique privé, le Centre international d'études pédagogiques et le groupe français Cesi. Côté entreprises, citons la Confédération panafricaine des employeurs, le Medef international, EDF et Veolia Environnement, mais des discussions sont engagées avec plusieurs grands groupes qui investissent en Afrique.

Quelles ont été les premières actions mises en oeuvre ?

Le 27 janvier, un protocole d'accord a été signé entre le gouvernement ivoirien, le secteur privé ivoirien et l'Institut d'Afrique pour que ce dernier apporte sa compétence à la rénovation de l'Institut polytechnique Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro. Pour la suite, nous n'avons pas d'action programmée à court terme. L'enjeu, c'est d'être capable de montrer dans l'année qui vient notre valeur ajoutée et de nous enrichir en termes de partenariats, puis de concrétiser notre projet d'observatoire.

Comptez-vous mettre en place une labellisation des formations ?

Oui, car il s'agit de tirer le système vers le haut, que les compétences acquises soient reconnues de tous. L'expertise de l'Institut d'Afrique sera le complément indispensable des organismes de formation pour garantir l'emploi à la sortie des études.

________

Propos recueillis par Fanny Rey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

OGM : les pays africains les plus avancés

OGM : les pays africains les plus avancés

 Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la BAD, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adopti[...]

La danse des popotins

La danse des popotins "Nous sommes les hommes de la danse dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur." Ce vers, vous vous en êtes rendu compte, n'est pas de moi, mais bien de Léopold[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers