Extension Factory Builder

Paul Giniès : "L'offre de formation doit tenir compte de la demande du secteur privé"

03/05/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. © 2iE

Think-tank basé à Ouagadougou, l'Institut d'Afrique confrontera les insuffisances des filières existantes aux attentes des employeurs. Interview de son président, Paul Giniès.

D'un côté, quelque 10 millions d'Africains arrivent chaque année sur le marché du travail. De l'autre, les entreprises peinent à recruter. Sur fond de croissance économique, cette situation absurde constitue le point de départ d'une initiative conjointe de l'Institut international d'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE, à Ouagadougou), de HEC Executive Education et du Medef international : l'Institut d'Afrique.

Jeune Afrique : Quelle réflexion sous-tend la création de l'Institut d'Afrique, lancé en septembre ?

Paul Giniès : Le décalage grandit entre l'aspiration de la jeunesse à avoir un emploi et une économie qui ne trouve pas les ressources nécessaires. Il faut remodeler les formations en fonction de la demande du privé. L'idée est de faire évoluer des compétences existantes et de les ouvrir sur leur environnement socioéconomique. Le rendez-vous du patronat africain, « Business Africa », en septembre à Abidjan, constituera une étape décisive dans la formalisation de notre projet.

Sur quels outils repose ce dispositif ?

L'Observatoire des compétences et de l'emploi va se développer peu à peu pour analyser les évolutions du marché de l'emploi sur une base régionale et sectorielle. À plus long terme s'y ajoutera une fonction de prospective. En parallèle, un portail internet sera effectif d'ici à 2013 : il proposera la liste des formations existant en Afrique et un catalogue des données concernant les filières économiques les plus porteuses.

Sur quelles filières et quels niveaux d'études l'Institut d'Afrique concentrera-t-il ses travaux ?

Les secteurs prioritaires sont l'énergie, l'électricité, les mines, les BTP, l'eau et l'assainissement. Concernant les niveaux de formation, l'un de nos objectifs est justement de casser les barrières entre secondaire et supérieur, de reconstituer une sorte de continuum. On s'aperçoit que les besoins les plus grands sont compris entre les niveaux bac-3 et bac+3.

Il s'agit de tirer le système vers le haut.

Qui sont vos partenaires ?

Les premiers organismes de formation rassemblés sont HEC, 2iE, l'association Codifor, l'Union française de l'enseignement technique privé, le Centre international d'études pédagogiques et le groupe français Cesi. Côté entreprises, citons la Confédération panafricaine des employeurs, le Medef international, EDF et Veolia Environnement, mais des discussions sont engagées avec plusieurs grands groupes qui investissent en Afrique.

Quelles ont été les premières actions mises en oeuvre ?

Le 27 janvier, un protocole d'accord a été signé entre le gouvernement ivoirien, le secteur privé ivoirien et l'Institut d'Afrique pour que ce dernier apporte sa compétence à la rénovation de l'Institut polytechnique Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro. Pour la suite, nous n'avons pas d'action programmée à court terme. L'enjeu, c'est d'être capable de montrer dans l'année qui vient notre valeur ajoutée et de nous enrichir en termes de partenariats, puis de concrétiser notre projet d'observatoire.

Comptez-vous mettre en place une labellisation des formations ?

Oui, car il s'agit de tirer le système vers le haut, que les compétences acquises soient reconnues de tous. L'expertise de l'Institut d'Afrique sera le complément indispensable des organismes de formation pour garantir l'emploi à la sortie des études.

________

Propos recueillis par Fanny Rey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar se déroulera en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en janvi[...]

Technologies : la drague 3.0 débarque en Afrique

Internet a largement modifié les comportements sociaux dans le monde. Et l’Afrique n’est pas épargnée par ce vent technologique venu du Nord. Ainsi, après l'euphorie des rencontres 2.0[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Braconnage : l'éléphant d'Afrique menacé de disparaître d'ici vingt ans

L'éléphant d'Afrique est menacé de disparition à l'état sauvage d'ici vingt ans, ont prévenu des experts réunis dans le cadre d'un sommet depuis lundi au Botswana afin de sauver[...]

Tendances : un PIB pour les coiffures

Selon de récentes estimations, les Africaines dépenseraient, chaque année, 7 milliards de dollars pour l’entretien de leur identité capillaire. Un budget qui pourrait davantage participer au[...]

En Afrique, Pernod Ricard mise sur l'alcool local

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux Pernod Ricard veut produire localement sur le continent africain. Selon nos informations, des tests ont déjà été lancés dans plusieurs pays.[...]

CAN 2015 des moins de 20 ans : le Nigeria l'emporte face au Sénégal avec un but magique

L’équipe nigériane de football des moins de 20 ans a battu dimanche, à Dakar, le Sénégal en finale du 19e Championnat d’Afrique des nations junior. Une victoire obtenue grâce[...]

Africa CEO Forum 2015 : des deals et des débats au sommet du business africain

Coorganisé par le Groupe Jeune Afrique, le Africa CEO Forum a rassemblé plus de 800 décideurs économiques les 16 et 17 mars. L'occasion de se pencher sur l'avenir du continent, mais[...]

Que cherche Jean-Louis Borloo en Afrique ?

Retiré de la politique active, l'ancien ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy lance un "plan Marshall" censé aboutir à l'électrification de tout le continent. Mais il se montre fort[...]

Météo : mieux vaut prévenir que guérir

Bien sûr, cela suppose de penser sur le long terme, mais les pays du continent auraient tout à gagner à investir dans la recherche sur les aléas climatiques. L'enjeu, économique notamment,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers