Extension Factory Builder

Paul Giniès : "L'offre de formation doit tenir compte de la demande du secteur privé"

03/05/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. © 2iE

Think-tank basé à Ouagadougou, l'Institut d'Afrique confrontera les insuffisances des filières existantes aux attentes des employeurs. Interview de son président, Paul Giniès.

D'un côté, quelque 10 millions d'Africains arrivent chaque année sur le marché du travail. De l'autre, les entreprises peinent à recruter. Sur fond de croissance économique, cette situation absurde constitue le point de départ d'une initiative conjointe de l'Institut international d'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE, à Ouagadougou), de HEC Executive Education et du Medef international : l'Institut d'Afrique.

Jeune Afrique : Quelle réflexion sous-tend la création de l'Institut d'Afrique, lancé en septembre ?

Paul Giniès : Le décalage grandit entre l'aspiration de la jeunesse à avoir un emploi et une économie qui ne trouve pas les ressources nécessaires. Il faut remodeler les formations en fonction de la demande du privé. L'idée est de faire évoluer des compétences existantes et de les ouvrir sur leur environnement socioéconomique. Le rendez-vous du patronat africain, « Business Africa », en septembre à Abidjan, constituera une étape décisive dans la formalisation de notre projet.

Sur quels outils repose ce dispositif ?

L'Observatoire des compétences et de l'emploi va se développer peu à peu pour analyser les évolutions du marché de l'emploi sur une base régionale et sectorielle. À plus long terme s'y ajoutera une fonction de prospective. En parallèle, un portail internet sera effectif d'ici à 2013 : il proposera la liste des formations existant en Afrique et un catalogue des données concernant les filières économiques les plus porteuses.

Sur quelles filières et quels niveaux d'études l'Institut d'Afrique concentrera-t-il ses travaux ?

Les secteurs prioritaires sont l'énergie, l'électricité, les mines, les BTP, l'eau et l'assainissement. Concernant les niveaux de formation, l'un de nos objectifs est justement de casser les barrières entre secondaire et supérieur, de reconstituer une sorte de continuum. On s'aperçoit que les besoins les plus grands sont compris entre les niveaux bac-3 et bac+3.

Il s'agit de tirer le système vers le haut.

Qui sont vos partenaires ?

Les premiers organismes de formation rassemblés sont HEC, 2iE, l'association Codifor, l'Union française de l'enseignement technique privé, le Centre international d'études pédagogiques et le groupe français Cesi. Côté entreprises, citons la Confédération panafricaine des employeurs, le Medef international, EDF et Veolia Environnement, mais des discussions sont engagées avec plusieurs grands groupes qui investissent en Afrique.

Quelles ont été les premières actions mises en oeuvre ?

Le 27 janvier, un protocole d'accord a été signé entre le gouvernement ivoirien, le secteur privé ivoirien et l'Institut d'Afrique pour que ce dernier apporte sa compétence à la rénovation de l'Institut polytechnique Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro. Pour la suite, nous n'avons pas d'action programmée à court terme. L'enjeu, c'est d'être capable de montrer dans l'année qui vient notre valeur ajoutée et de nous enrichir en termes de partenariats, puis de concrétiser notre projet d'observatoire.

Comptez-vous mettre en place une labellisation des formations ?

Oui, car il s'agit de tirer le système vers le haut, que les compétences acquises soient reconnues de tous. L'expertise de l'Institut d'Afrique sera le complément indispensable des organismes de formation pour garantir l'emploi à la sortie des études.

________

Propos recueillis par Fanny Rey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Ebola : la situation reste "extrêmement préoccupante"

Malgré une nette baisse du nombre de personnes affectées par le virus Ebola, la situation reste "extrêmement préoccupante" en Afrique de l'ouest, a prévenu vendredi l'Organisation[...]

Diaporama : les plus grandes (et belles) églises d'Afrique

Le christianisme est la religion dominante en Afrique avec une part de fidèles estimée à plus de 60% en 2014. Jeune Afrique revisite pour vous la richesse architecturale de lieux de culte chrétiens sur[...]

Escrocs et charlatans

Chaque année, rituellement, je consacre mon premier "PS" aux voyantes, aux soi-disant extralucides, aux horoscopes, à tous ces escrocs et charlatans qui prétendent pouvoir prévoir[...]

Quatre-vingts ans de négritude

Au mois de mai prochain, le mouvement de la négritude aura 80 ans. Le mot est en effet apparu en 1935 sous la plume d'Aimé Césaire dans " L'Étudiant noir", journal mensuel de[...]

CAN 2015 : Bifouma, Aboubakar, Mahrez, Bolasie... meilleurs espoirs masculins

Ils ne sont pas les plus jeunes, certains fréquentent même le niveau international depuis quelques années sans pour autant avoir fait parler d'eux. Et si c'était pour cette fois-ci ?[...]

C.A.N. : Coupe de l'Apathie Nationale...

Si la déprime de nouvelle année engourdit les employés dans des bureaux qui tournent au ralenti, l'événement qui la console ne contribue pas à "booster" l'efficacité[...]

Économie africaine : 2015, l'année de tous les défis

En 2014, les espoirs de prospérité de l’Afrique ont été éprouvés par des crises économiques, sécuritaires et sanitaires. Et si elle trouvait, au coeur même de ces[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers