Extension Factory Builder

Paul Giniès : "L'offre de formation doit tenir compte de la demande du secteur privé"

03/05/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. Paul Giniès est aussi directeur général de 2iE. © 2iE

Think-tank basé à Ouagadougou, l'Institut d'Afrique confrontera les insuffisances des filières existantes aux attentes des employeurs. Interview de son président, Paul Giniès.

D'un côté, quelque 10 millions d'Africains arrivent chaque année sur le marché du travail. De l'autre, les entreprises peinent à recruter. Sur fond de croissance économique, cette situation absurde constitue le point de départ d'une initiative conjointe de l'Institut international d'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE, à Ouagadougou), de HEC Executive Education et du Medef international : l'Institut d'Afrique.

Jeune Afrique : Quelle réflexion sous-tend la création de l'Institut d'Afrique, lancé en septembre ?

Paul Giniès : Le décalage grandit entre l'aspiration de la jeunesse à avoir un emploi et une économie qui ne trouve pas les ressources nécessaires. Il faut remodeler les formations en fonction de la demande du privé. L'idée est de faire évoluer des compétences existantes et de les ouvrir sur leur environnement socioéconomique. Le rendez-vous du patronat africain, « Business Africa », en septembre à Abidjan, constituera une étape décisive dans la formalisation de notre projet.

Sur quels outils repose ce dispositif ?

L'Observatoire des compétences et de l'emploi va se développer peu à peu pour analyser les évolutions du marché de l'emploi sur une base régionale et sectorielle. À plus long terme s'y ajoutera une fonction de prospective. En parallèle, un portail internet sera effectif d'ici à 2013 : il proposera la liste des formations existant en Afrique et un catalogue des données concernant les filières économiques les plus porteuses.

Sur quelles filières et quels niveaux d'études l'Institut d'Afrique concentrera-t-il ses travaux ?

Les secteurs prioritaires sont l'énergie, l'électricité, les mines, les BTP, l'eau et l'assainissement. Concernant les niveaux de formation, l'un de nos objectifs est justement de casser les barrières entre secondaire et supérieur, de reconstituer une sorte de continuum. On s'aperçoit que les besoins les plus grands sont compris entre les niveaux bac-3 et bac+3.

Il s'agit de tirer le système vers le haut.

Qui sont vos partenaires ?

Les premiers organismes de formation rassemblés sont HEC, 2iE, l'association Codifor, l'Union française de l'enseignement technique privé, le Centre international d'études pédagogiques et le groupe français Cesi. Côté entreprises, citons la Confédération panafricaine des employeurs, le Medef international, EDF et Veolia Environnement, mais des discussions sont engagées avec plusieurs grands groupes qui investissent en Afrique.

Quelles ont été les premières actions mises en oeuvre ?

Le 27 janvier, un protocole d'accord a été signé entre le gouvernement ivoirien, le secteur privé ivoirien et l'Institut d'Afrique pour que ce dernier apporte sa compétence à la rénovation de l'Institut polytechnique Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro. Pour la suite, nous n'avons pas d'action programmée à court terme. L'enjeu, c'est d'être capable de montrer dans l'année qui vient notre valeur ajoutée et de nous enrichir en termes de partenariats, puis de concrétiser notre projet d'observatoire.

Comptez-vous mettre en place une labellisation des formations ?

Oui, car il s'agit de tirer le système vers le haut, que les compétences acquises soient reconnues de tous. L'expertise de l'Institut d'Afrique sera le complément indispensable des organismes de formation pour garantir l'emploi à la sortie des études.

________

Propos recueillis par Fanny Rey

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

Énergie : l'Afrique à l'heure des centrales... décentralisées

Pour fournir de l'énergie aux zones rurales, les industriels misent de plus en plus sur des unités de production autonomes. EDF, Schneider, Bolloré font figure de pionniers dans ce domaine.[...]

"Ebola se propage dans une ville d'1,3 million d'habitants : Monrovia", s'alarme MSF

ONG et sociétés de Croix-Rouge insistaient vendredi sur la nécessité de se mobiliser davantage face à une épidémie de fièvre hémorragique Ebola "largement[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

Démographie : le 21e siècle sera-t-il africain ?

À en croire les prévisions statistiques, l’Afrique pourrait devenir le nouveau moteur économique du monde. Mais l’Unicef, rabat-joie, rappelle qu’en matière de démographie,[...]

Plus de 900 migrants africains secourus en un jour au large de l'Espagne

C'est un fait inédit : plus de 900 migrants subsahariens ont été secourus mardi dans le détroit de Gibraltar par les secours maritimes. En quatre jours, ce sont ainsi près de 1 300 personnes[...]

Le Texas, terre d'accueil des réfugiés africains aux États-Unis

Le Texas, État américain de 26 millions d'habitants, est le 3e en terme d'accueil de réfugiés aux États-Unis. Parmi ces derniers, les Africains sont de plus en plus nombreux, en particulier les[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

Biodiversité : de la "part du lion" à l'"extinction" ?

L'Afrique est-elle en train de perdre un de ses symboles ? La "part du lion", malgré l'adage, ne cesse en effet de se réduire sur le continent. La famille du roi des animaux ne compterait plus [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers