Extension Factory Builder

Maroc : Larbi Belarbi, autoptimiste

30/04/2012 à 16:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dirigeant éclectique, Larbie Belarbi était jadis à la tête de la chaîne de TV 2M. Dirigeant éclectique, Larbie Belarbi était jadis à la tête de la chaîne de TV 2M. © Hassan Ouazzani pour J.A.

À la tête de l'association des équipementiers, Larbi Belarbi milite pour que l'usine Renault de Tanger fasse appel à plus de fournisseurs locaux.

Président de l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (Amica), Larbi Belarbi est fier du chemin parcouru par le secteur : « Nous exportons pour plus de 2 milliards de dollars [plus de 1,5 milliard d'euros, NDLR] de pièces automobiles, contre 200 millions de dollars en 2002. » Jadis directeur général de la chaîne de télévision 2M, ce patron éclectique a dirigé avec succès l'usine de la Société marocaine de construction automobile (Somaca) pour Renault et PSA de 2003 à 2008 : sous sa houlette, la production est passée de 20 000 à plus de 45 000 véhicules par an.

Larbi Belarbi attend beaucoup de la grande usine low cost de Renault Tanger Med. Inaugurée le 9 février, elle a déjà fabriqué 2 500 mono­spaces Lodgy. « Le chiffre d'affaires des équipementiers marocains connaît une croissance annuelle de 25 %. Dorénavant, grâce à Renault Tanger, nous progresserons de 35 % par an ! » pronostique ce Casablancais, par ailleurs conseiller de Jean-Christophe Kugler, directeur chargé de la région Euromed chez le constructeur au losange.

65 000 : c'était le nombre de salariés dans le secteur automobile au Maroc. La profession espère que l'usine Renault générera à terme 30 000 autres emplois.

Pourtant, deux mois après la sortie des premiers véhicules des chaînes tangéroises, la déception se fait sentir chez les industriels locaux. Seules deux sociétés à capitaux marocains, Socafix et Tuyauto, ont été sélectionnées pour approvisionner directement l'usine. Si Renault annonce 50 % d'achats en provenance du Maroc, ce sont surtout quinze filiales locales de multinationales (dont dix nouvelles dans le royaume) qui lui fournissent ses pièces : Valeo fabrique les phares, Saint-Gobain les vitres, Vizza les structures de siège...

Accompagnement

Ce recours limité au savoir-faire local n'est pas inéluctable, estime Larbi Belarbi. « Les constructeurs automobiles sont des gens prudents, on ne devient pas fournisseur de Renault du jour au lendemain. Les équipementiers marocains ont donc besoin d'être accompagnés, par l'État et par des partenaires, pour être au niveau sur le plan tant humain qu'industriel et logistique », assure-t-il. Il rappelle au passage qu'une vingtaine de fournisseurs secondaires travaillent déjà grâce à Renault Tanger. À terme, le président de l'Amica se montre confiant. « Nous pouvons devenir une plaque tournante de l'automobile pour les constructeurs européens, à l'instar de la Turquie et de la Roumanie. Mais, comme pour eux, cela prendra du temps », convient-il.

________

Par Christophe Le Bec, envoyé spécial à Casablanca

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était tr&egr[...]

France-Maroc : Salaheddine Mezouar reporte sa visite à Paris

Prévue vendredi prochain, la visite en France du ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, censée débloquer la crise diplomatique entre Paris et Rabat, a été[...]

Six ans de prison requis en France à l'encontre d'un "cyberjihadiste" marocain

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le procureur a requis mardi six ans de prison et une interdiction définitive du territoire français à l'encontre de Fahd Jobrani, un "cyberjihadiste"[...]

Pour Carlos Ghosn, le "Nigeria est le Brésil de demain"

Pour Carlos Ghosn, le décollage du marché automobile nigérian n'est qu'une question de temps. Et l'alliance Renault-Nissan dont il est le patron se positionne déjà pour être[...]

Mezouar à Paris : réconciliation en vue entre le Maroc et la France ?

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, sera à Paris vendredi 23 janvier. Objectif : "Surmonter définitivement et durablement les obstacles qui entravent la[...]

Le Maroc répond à l'appel du large

Le littoral marocain, c'est 3 500 km de côtes cernées par le désert et les montagnes. Un espace stratégique pour le royaume, qui, en développant la pêche et le commerce[...]

Laurent Fabius ira à Rabat pour tenter de résoudre la crise diplomatique franco-marocaine

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a déclaré jeudi qu'il se rendrait "prochainement" à Rabat. Objectif : tenter d'apaiser les relations[...]

Sahara occidental : les offensives diplomatiques du Polisario

Près de quarante ans après la Marche verte, les partisans de la RASD se replient sur le terrain militant en jouant à fond la carte des droits de l'homme. Mais le Maroc n'entend pas se laisser faire.[...]

Maroc : Touria El Glaoui, fondatrice de la foire 1:54

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Maroc : Ghislane Guedira, la finance et les phosphates

Cette femme discrète est "une workaholic, passionnée d'ingénierie financière", disent ses collègues. Diplômée de l'ESCP Europe en 1992, Ghislane Guedira a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers