Extension Factory Builder

Niger : la démocratie, un rempart contre les fanatismes

04/05/2012 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Colonel Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix. Colonel Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix. © DR

Président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix

Le coup d'État au Mali montre la fragilité des institutions démocratiques dans nos pays. C'est une constante dans l'Histoire : les guerres et les rébellions ramènent sur le devant de la scène des acteurs qui, pour gérer les problèmes de la cité, préfèrent la violence au débat politique. Présentant nombre de similitudes avec le Mali et craignant les pires conséquences de la guerre en Libye, le Niger a donc engagé deux types d'actions complémentaires.

Il fallait d'abord empêcher les groupes armés fuyant la Libye de créer une base. En s'installant, ils auraient pu acquérir un avantage tactique décisif et devenir difficiles à déloger. Cet objectif a été atteint par la mise en place de patrouilles fréquentes dans le désert. Composées de petites unités très mobiles capables de fixer l'ennemi le temps de recevoir du renfort, secondées par l'observation aérienne et le renseignement humain, elles ont obligé les bandes armées déjà éprouvées par des combats meurtriers en Libye à chercher refuge hors du territoire.

Très tôt également, avec la redynamisation de la Haute Autorité à la consolidation de la paix, structure chargée de maintenir le contact avec les ex-combattants, l'État a engagé le dialogue avec les communautés du nord et de l'est du pays susceptibles d'être influencées par la situation. Ce dialogue a été relayé par les conseils régionaux et municipaux, composés en grande partie d'ex-rebelles reconvertis dans l'action politique.

Ces deux actions n'auraient pas été possibles sans certaines conditions historiques et politiques. L'armée nigérienne a toujours conduit ses opérations de police dans le Nord avec professionnalisme, ce qui lui a valu le soutien de la population. Il n'y a donc pas eu de départs massifs entraînant la création d'une génération de réfugiés susceptible de constituer une bombe à retardement, comme on l'a vu au Mali avec la génération du colonel Najim.

Par ailleurs, grâce aux différents accords auxquels le gouvernement nigérien a souscrit en 1995 et 1998, les ex-combattants intégrés dans les forces de défense et de sécurité l'ont été dans toutes les unités, sur l'ensemble du territoire, avec le même régime que leurs collègues. Il n'a jamais été question de stationner des troupes essentiellement composées d'ex-rebelles dans certaines zones, comme cela semble avoir été le cas au Mali.

La situation même du peuplement touareg au Niger ne rend pas crédible la revendication identitaire : il y a des Touaregs dans chacune des huit régions, 70 % à 80 % d'entre eux vivant dans la bande centrale du pays (et non dans le Nord), qu'ils partagent avec les autres groupes ethniques.

Enfin, dans le long combat politique pour la démocratie, les intellectuels touaregs engagés ont toujours perçu la rébellion comme susceptible de les maintenir dans le rôle étriqué de représentants d'une ethnie plutôt que dans celui de leaders de dimension nationale auquel ils étaient naturellement en droit d'aspirer.Notre cheminement démocratique a été difficile, mais, à y regarder de près, c'est cette difficulté même qui fait la solidité de la démocratie nigérienne. Depuis 1990, l'essentiel du combat pour la démocratie a été mené par une génération d'hommes venant de la gauche de l'échiquier et ayant derrière eux les expériences des luttes estudiantines puis syndicales. Ils ont poursuivi ce combat sans relâche. L'idéal démocratique s'est ainsi imposé au reste de la société et les représentants de l'ex-parti unique s'en sont accommodés, jusqu'à l'expérience malheureuse du Tazartché.

L'histoire des coups d'État au Niger, en lien avec l'actualité politique et visant le rétablissement de l'ordre républicain, montre que l'idéal démocratique a fini par pénétrer les secteurs traditionnellement autoritaristes des forces armées. La courte aventure d'Ibrahim Baré Maïnassara montre qu'aucun pouvoir militaire ne peut survivre s'il ne correspond à une réelle demande politique de régulation. Le contraste est net avec le putsch militaire au Mali, qui est survenu à contre-courant et à quelques semaines des élections générales.

Dans ce Niger démocratique, il n'y a pas de place pour la violence. La démocratie est un rempart contre les fanatismes, et donc un excellent outil de résolution pacifique des conflits. Nul ne peut totalement exclure la contagion, surtout si le Mali ne parvient pas à remettre sa maison en ordre, mais nous faisons le pari de disposer des atouts supplémentaires pour gérer au mieux et éteindre sans trop de dégâts toute éventuelle poussée de revendications identitaires. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Ensemble, abolissons la peine de mort en Afrique

Forum-Tribunes Article précédent :
Les deux piliers de la sécurité alimentaire

Réagir à cet article

Niger

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Niger : deuil national de trois jours après les manifestations meurtrières anti-"Charlie Hebdo"

Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement nigérien à compter de ce lundi en mémoire des dix personnes tuées lors des manifestations des 16[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers