Extension Factory Builder

Niger : la démocratie, un rempart contre les fanatismes

04/05/2012 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Colonel Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix. Colonel Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix. © DR

Président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix

Le coup d'État au Mali montre la fragilité des institutions démocratiques dans nos pays. C'est une constante dans l'Histoire : les guerres et les rébellions ramènent sur le devant de la scène des acteurs qui, pour gérer les problèmes de la cité, préfèrent la violence au débat politique. Présentant nombre de similitudes avec le Mali et craignant les pires conséquences de la guerre en Libye, le Niger a donc engagé deux types d'actions complémentaires.

Il fallait d'abord empêcher les groupes armés fuyant la Libye de créer une base. En s'installant, ils auraient pu acquérir un avantage tactique décisif et devenir difficiles à déloger. Cet objectif a été atteint par la mise en place de patrouilles fréquentes dans le désert. Composées de petites unités très mobiles capables de fixer l'ennemi le temps de recevoir du renfort, secondées par l'observation aérienne et le renseignement humain, elles ont obligé les bandes armées déjà éprouvées par des combats meurtriers en Libye à chercher refuge hors du territoire.

Très tôt également, avec la redynamisation de la Haute Autorité à la consolidation de la paix, structure chargée de maintenir le contact avec les ex-combattants, l'État a engagé le dialogue avec les communautés du nord et de l'est du pays susceptibles d'être influencées par la situation. Ce dialogue a été relayé par les conseils régionaux et municipaux, composés en grande partie d'ex-rebelles reconvertis dans l'action politique.

Ces deux actions n'auraient pas été possibles sans certaines conditions historiques et politiques. L'armée nigérienne a toujours conduit ses opérations de police dans le Nord avec professionnalisme, ce qui lui a valu le soutien de la population. Il n'y a donc pas eu de départs massifs entraînant la création d'une génération de réfugiés susceptible de constituer une bombe à retardement, comme on l'a vu au Mali avec la génération du colonel Najim.

Par ailleurs, grâce aux différents accords auxquels le gouvernement nigérien a souscrit en 1995 et 1998, les ex-combattants intégrés dans les forces de défense et de sécurité l'ont été dans toutes les unités, sur l'ensemble du territoire, avec le même régime que leurs collègues. Il n'a jamais été question de stationner des troupes essentiellement composées d'ex-rebelles dans certaines zones, comme cela semble avoir été le cas au Mali.

La situation même du peuplement touareg au Niger ne rend pas crédible la revendication identitaire : il y a des Touaregs dans chacune des huit régions, 70 % à 80 % d'entre eux vivant dans la bande centrale du pays (et non dans le Nord), qu'ils partagent avec les autres groupes ethniques.

Enfin, dans le long combat politique pour la démocratie, les intellectuels touaregs engagés ont toujours perçu la rébellion comme susceptible de les maintenir dans le rôle étriqué de représentants d'une ethnie plutôt que dans celui de leaders de dimension nationale auquel ils étaient naturellement en droit d'aspirer.Notre cheminement démocratique a été difficile, mais, à y regarder de près, c'est cette difficulté même qui fait la solidité de la démocratie nigérienne. Depuis 1990, l'essentiel du combat pour la démocratie a été mené par une génération d'hommes venant de la gauche de l'échiquier et ayant derrière eux les expériences des luttes estudiantines puis syndicales. Ils ont poursuivi ce combat sans relâche. L'idéal démocratique s'est ainsi imposé au reste de la société et les représentants de l'ex-parti unique s'en sont accommodés, jusqu'à l'expérience malheureuse du Tazartché.

L'histoire des coups d'État au Niger, en lien avec l'actualité politique et visant le rétablissement de l'ordre républicain, montre que l'idéal démocratique a fini par pénétrer les secteurs traditionnellement autoritaristes des forces armées. La courte aventure d'Ibrahim Baré Maïnassara montre qu'aucun pouvoir militaire ne peut survivre s'il ne correspond à une réelle demande politique de régulation. Le contraste est net avec le putsch militaire au Mali, qui est survenu à contre-courant et à quelques semaines des élections générales.

Dans ce Niger démocratique, il n'y a pas de place pour la violence. La démocratie est un rempart contre les fanatismes, et donc un excellent outil de résolution pacifique des conflits. Nul ne peut totalement exclure la contagion, surtout si le Mali ne parvient pas à remettre sa maison en ordre, mais nous faisons le pari de disposer des atouts supplémentaires pour gérer au mieux et éteindre sans trop de dégâts toute éventuelle poussée de revendications identitaires. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Ensemble, abolissons la peine de mort en Afrique

Forum-Tribunes Article précédent :
Les deux piliers de la sécurité alimentaire

Réagir à cet article

Niger

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Le groupe Al-Mourabitoune de Belmokhtar annonce son allégeance à l'EI

"Le mouvement Al-Mourabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Baqr al-Baghdadi", a affirmé jeudi dans un enregistrement audio un responsable du mouvement armé terroriste.[...]

Nouvelle frontière Burkina Faso-Niger : 18 communes changeront de pays

Après des années de litige, le tracé de la frontière entre le Burkina Faso et le Niger, issu de la colonisation, va être modifié d'ici 2016. La justice internationale a tranché, et[...]

Photographie : radioscopie nigérienne

Une exposition de jeunes photographes nigériens se tient au Centre culturel franco-nigérien de Niamey du 9 au 20 juin, sous la houlette de Philippe Guionie et en hommage à Philippe Koudjina Ayi.[...]

Boko Haram : au moins 25 000 réfugiés du lac Tchad tentent de survivre au Niger

Au moins 25 000 habitants des îles nigériennes du lac Tchad, évacués par crainte de nouvelles attaques de Boko Haram, vivent dans des conditions dramatiques dans plusieurs sites du sud-est du Niger.[...]

Rien n'arrête la locomotive Bolloré

Deux ans après avoir raflé le deuxième terminal à conteneurs du port d'Abidjan, le groupe français double la concurrence et décroche le futur chemin de fer reliant Lomé[...]

Célibataires africaines et fières de l'être !

Rencontre avec des femmes qui, malgré la pression de sociétés globalement conservatrices, ont décidé que mieux valait être seule que mal accompagnée.[...]

Comment Boko Haram a infligé à l'armée nigérienne l'un de ses plus sanglants revers

Boko Haram a lancé samedi un assaut contre une position de l'armée nigérienne sur le lac Tchad. 46 soldats et 28 civils ont été tués, selon le dernier bilan officiel communiqué[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers