Extension Factory Builder
02/05/2012 à 15:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Janvier Litse, vice-président chargé des opérations de la Banque africaine de développement (BAD), est formel : « La situation économique du Niger est globalement positive. » Les estimations du Fonds monétaire international (FMI) en décembre dernier le confirment : la croissance devrait y bondir de 3,8 % en 2011 à 14,1 % en 2012 sans que l'inflation s'emballe pour autant, puisqu'elle tombera de 3,4 % à 2 %.

Tous ses partenaires couvrent de fleurs le gouvernement pour la sagesse de sa gestion. Le déficit budgétaire primaire est contenu à 3 % ; les arriérés de la dette domestique seront soldés en 2017. La Constitution fait désormais obligation de publier les contrats miniers ainsi que les recettes attendues.

Le bon élève nigérien se voit même prédire un avenir très rose par le FMI, qui s'attend à une croissance moyenne annuelle de 6,7 % jusqu'en 2031 sans que l'inflation excède 2 % par an. La croissance moyenne de l'Inde et l'inflation moyenne de la France !

Il faut dire que le sous-sol est pour quelque chose dans cette prospérité annoncée. Les exportations minières et pétrolières nigériennes tripleront entre 2011 et 2016. Avec les gisements d'uranium d'Azelik, exploité par la China National Nuclear Corporation, et d'Imouraren, par le français Areva, le pays deviendra le deuxième producteur au monde de carburant nucléaire.

Côté pétrole, le pactole viendra d'Agadem, développé par les Chinois, qui alimentera la raffinerie de Zinder. Les 20 000 barils produits chaque jour excéderont une demande domestique de 7 000 barils et permettront des exportations supplémentaires.

Le gouvernement du président Issoufou a profité de ces atouts pour mener à bien plusieurs projets qui devraient accélérer la croissance. Le barrage de Kandadji assurera une production correspondant à une année de consommation électrique du pays et permettra l'irrigation de 45 000 ha. Ce qui facilitera la politique baptisée 3N (« les Nigériens nourrissent les Nigériens »), qui ambitionne de parvenir à l'autosuffisance alimentaire. On parle d'un réseau ferré Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan. On rêve de réduire, grâce au charbon, la dépendance énergétique à l'égard du voisin géant, le Nigeria.

Les Nigériens devront toutefois raison garder. Leur pays est abonné aux dernières places de l'indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), plus de 40 % de la population vit dans une extrême pauvreté avec moins de 1,25 dollar par jour, une pluviométrie erratique menace en permanence les récoltes et ce sont près de 690 000 tonnes de céréales qui ont fait défaut en 2010, année terrible.

Les bailleurs de fonds ont tenu compte de cette extrême vulnérabilité, mais aussi de la situation géopolitique du Niger, dont les voisins libyens, nigérians et maliens traversent une période d'instabilité qui pourrait se révéler contagieuse.

Le FMI n'a donc pas persisté dans son projet - moralisateur mais dangereux - d'obliger Niamey à créer, grâce au pétrole, un fonds pour les générations futures sur le modèle tchadien : les Nigériens sont trop pauvres pour se lancer dans ce genre d'épargne collective.

Tous les donateurs ont mis la main au portefeuille pour éviter un désespoir populaire qui pourrait être le terreau de l'islamisme ou de l'irrédentisme. En décembre, le FMI a promis par la voix de sa directrice générale, Christine Lagarde, une aide de 123 millions de dollars (92 millions d'euros) de 2012 à 2014.

La Banque mondiale, elle, y va de 15 millions de dollars d'appui budgétaire chaque année. La BAD n'est pas en reste, etc.

Le pays devra assumer sa part de réformes pour que sa bonne fortune minière et pétrolière se consolide en développement durable et équilibré. Citons deux domaines où il lui incombe de faire bouger les choses : la natalité et la corruption. Avec sept enfants par femme et la perspective d'accueillir sur son sol désertique 50 millions d'habitants en 2050, le Niger court à la catastrophe si rien n'est fait pour amorcer une modération démographique.

Si le classement de la Banque mondiale pour le climat des affaires situe le Niger au 173e rang sur 183 pays étudiés, c'est parce que les entreprises y vivent un parcours du combattant administratif qui favorise la corruption : 43 % d'entre elles reconnaissent avoir payé pour s'assurer un marché public ! De rudes chantiers en perspective.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Areva au Niger :  plan social d'envergure sur le site d'Imouraren

Areva au Niger : plan social d'envergure sur le site d'Imouraren

La grande majorité des salariés de la filiale nigérienne d'Areva ont appris la situation délicate de l'entreprise marquée par d'importantes pertes en 2014. Dans une lettre, signée du di[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Niger : Mohamed Bazoum quitte la diplomatie pour se rapprocher d'Issoufou

Mohamed Bazoum, le ministre nigérien des Affaires étrangères, a été promu mercredi ministre d'État à la présidence. Il est remplacé à la tête de la[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Pour Fabius, le Nigeria doit s'engager "pleinement" contre Boko Haram

Le Nigeria doit s'engager "pleinement" dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram, qui contrôlent de vastes territoires dans le nord-est du pays, a déclaré le ministre français des[...]

Attaque de Boko Haram au Niger : 7 soldats nigériens et 14 islamistes tués

Sept soldats nigériens et 14 combattants de Boko Haram sont morts vendredi soir lors de combats survenus dans un village du sud-est du Niger attaqué par le groupe islamiste armé, a-t-on appris samedi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces