Extension Factory Builder

Bruno de Cessole : "Le nihilisme fait le lit du terrorisme actuel"

12/04/2012 à 18:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bruno de Cessole, écrivain et critique littéraire. Bruno de Cessole, écrivain et critique littéraire. © Vincent Fournier/J.A

Dans un ouvrage pour le moins percutant, Bruno de Cessole, spécialiste des belles-lettres féru de philosophie, analyse les ressorts cachés du djihadisme.

Personnage incontournable de la petite république des lettres françaises, éminente personnalité d'un émirat littéraire appelé Saint-Germain-des-Prés, Bruno de Cessole est surtout connu comme écrivain - il a obtenu en 2009 le prix des Deux Magots pour son roman L'Heure de la fermeture dans les jardins d'Occident - et comme critique littéraire à la Revue des deux mondes, à L'Express, aux Lettres françaises et aujourd'hui à Valeurs actuelles, dont il dirige les pages culturelles.

Pour le faire sortir de sa réserve de spécialiste des belles-lettres, il a fallu une succession de chocs de grande ampleur : l'effondrement du communisme et sa lointaine réplique - c'est du moins ainsi qu'il l'analyse -, l'attentat du 11 Septembre. Dans un petit essai percutant, dont le style impeccable rappelle constamment qu'il est l'oeuvre d'un écrivain, et non d'un politologue - et encore moins d'un politicien -, Bruno de Cessole prononce une étrange oraison funèbre à Ben Laden. L'homme qui a inventé Al-Qaïda, demande-t-il, n'a-t-il pas été lui-même fabriqué par l'Occident ? Cette question nous a donné envie de lui en poser d'autres.

Jeune Afrique : Vous paraissez soutenir l'idée que si Ben Laden n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer.

Bruno de Cessole : Vous connaissez, bien sûr, la théorie léniniste sur les « idiots utiles » qui, persuadés d'oeuvrer pour la bonne cause, servent inconsciemment les desseins d'une idéologie ou d'une puissance qui ont su les manipuler ou les intoxiquer à leurs fins. Sous un certain angle, Oussama Ben Laden a été « l'idiot utile » des États-Unis et de l'Occident, en souffrance d'une « croisade » depuis l'effondrement de l'empire soviétique et qui cherchaient un ennemi emblématique contre lequel réaffirmer leurs valeurs et défendre leurs intérêts. Bien que ses visées aient été exactement contraires, le chef d'Al-Qaïda, à son corps défendant, a fourni aux Occidentaux un bouc émissaire rêvé. De manière assez provocante, je soutiens que Ben Laden a représenté une chance de salut pour les Occidentaux, chance qu'ils ont à un moment suscitée mais que, malheureusement pour eux, ils n'ont pas su exploiter à bon escient ni durablement.

Vous semblez interpréter l'émergence d'Al-Qaïda, la montée du terrorisme, non point comme le résultat d'un fanatisme religieux, mais plutôt comme une manifestation nihiliste.

Notre époque a vu croître une montée globale de la violence, dont le terrorisme n'est qu'une composante, la plus spectaculaire. À l'origine du terrorisme, je pointe le phénomène du ressentiment, mis en évidence par Nietzsche et bien analysé par Max Scheler. Cette forme de pathologie, qui culmine dans la négation de l'existence de l'autre, doit trouver un exutoire pour éviter l'infection du refoulement. Pour les tenants du djihadisme, le terrorisme, cette arme des faibles et des humiliés, représente l'exutoire le plus efficace, le plus facile aussi. Mais, à l'arrière-plan du terrorisme, gît ce « mal du siècle » contemporain : le nihilisme. Perte du sens moral et effacement de la frontière entre le bien et le mal, aspiration à la destruction de tout, autant par haine de l'autre que par dégoût de soi, détournement de l'énergie vitale vers une pulsion de mort, attraction du vertige du néant, ces éléments constitutifs du nihilisme sont discernables dans le terrorisme actuel, dont les promoteurs sinon les exécutants savent, au tréfonds d'eux-mêmes, qu'il ne saurait être, à plus ou moins long terme, qu'une stratégie de perdants.

Vous vous référez plus souvent à Nietzsche qu'à Bush père ou fils, et faites davantage appel à Plutarque qu'à Obama. À mêler ainsi philosophie et politique, ne craignez-vous pas d'être atteint du syndrome BHL ?

Ce petit livre n'est pas un essai géopolitique conjoncturel, mais se veut une réflexion historique et philosophique sur l'affrontement de deux formes de ressentiment et de nihilisme à l'oeuvre dans cette période de l'Histoire. Il était donc normal que je fasse davantage référence à Nietzsche et à Heidegger, à Max Scheler et à René Girard, à Plutarque et à Georges Sorel, sans oublier Hegel et Dostoïevski, qu'à Bush père et fils et à Barack Obama. Est-ce là témoigner d'un syndrome BHL ? J'ai la faiblesse de ne pas le penser. 

____

Propos recueillis par Jean-Louis Gouraud.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Trophyme - 30/03/2013 à 15h:03

Excellent, merci.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Moyen-Orient

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à c[...]

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de [...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

L'Occident et "les autres"

La croissance économique y est désormais plus faible que dans le reste du monde et il peine à sortir de la crise qui l'a frappé en 2008. Mais il continue de tenir le volant et de diriger la[...]

Kurdistan Irakien : Daesh, l'ennemi utile

Partenaire privilégié des Occidentaux dans leur guerre contre l'État islamique, le gouvernement autonome kurde n'en manoeuvre pas moins habilement pour tirer son épingle du jeu. Reportage.[...]

Finance : Dubaï est de retour !

Cinq ans après avoir frôlé la faillite, le petit émirat enchaîne les opérations boursières. Son ambition : devenir une passerelle vers l'Afrique et les pays émergents.[...]

Gaza : la communauté internationale paiera mais exige des négociations de paix

La communauté internationale a commencé à promettre dimanche au Caire des millions de dollars pour reconstruire Gaza mais, au diapason des États-Unis, elle exige des Israéliens et des[...]

Égypte : les donateurs se penchent au Caire sur la reconstruction de Gaza

La communauté internationale va tenter dimanche au Caire de réunir quatre milliards de dollars réclamés par l'Autorité palestinienne pour la reconstruction de la bande de Gaza, alors que[...]

Égypte : Kerry va plaider au Caire la relance du processus de paix israélo-palestinien

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry va plaider dimanche pour une relance du processus de paix israélo-palestinien stoppé depuis avril, au cours d'une conférence internationale au Caire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers