Extension Factory Builder

Bruno de Cessole : "Le nihilisme fait le lit du terrorisme actuel"

12/04/2012 à 18:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bruno de Cessole, écrivain et critique littéraire. Bruno de Cessole, écrivain et critique littéraire. © Vincent Fournier/J.A

Dans un ouvrage pour le moins percutant, Bruno de Cessole, spécialiste des belles-lettres féru de philosophie, analyse les ressorts cachés du djihadisme.

Personnage incontournable de la petite république des lettres françaises, éminente personnalité d'un émirat littéraire appelé Saint-Germain-des-Prés, Bruno de Cessole est surtout connu comme écrivain - il a obtenu en 2009 le prix des Deux Magots pour son roman L'Heure de la fermeture dans les jardins d'Occident - et comme critique littéraire à la Revue des deux mondes, à L'Express, aux Lettres françaises et aujourd'hui à Valeurs actuelles, dont il dirige les pages culturelles.

Pour le faire sortir de sa réserve de spécialiste des belles-lettres, il a fallu une succession de chocs de grande ampleur : l'effondrement du communisme et sa lointaine réplique - c'est du moins ainsi qu'il l'analyse -, l'attentat du 11 Septembre. Dans un petit essai percutant, dont le style impeccable rappelle constamment qu'il est l'oeuvre d'un écrivain, et non d'un politologue - et encore moins d'un politicien -, Bruno de Cessole prononce une étrange oraison funèbre à Ben Laden. L'homme qui a inventé Al-Qaïda, demande-t-il, n'a-t-il pas été lui-même fabriqué par l'Occident ? Cette question nous a donné envie de lui en poser d'autres.

Jeune Afrique : Vous paraissez soutenir l'idée que si Ben Laden n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer.

Bruno de Cessole : Vous connaissez, bien sûr, la théorie léniniste sur les « idiots utiles » qui, persuadés d'oeuvrer pour la bonne cause, servent inconsciemment les desseins d'une idéologie ou d'une puissance qui ont su les manipuler ou les intoxiquer à leurs fins. Sous un certain angle, Oussama Ben Laden a été « l'idiot utile » des États-Unis et de l'Occident, en souffrance d'une « croisade » depuis l'effondrement de l'empire soviétique et qui cherchaient un ennemi emblématique contre lequel réaffirmer leurs valeurs et défendre leurs intérêts. Bien que ses visées aient été exactement contraires, le chef d'Al-Qaïda, à son corps défendant, a fourni aux Occidentaux un bouc émissaire rêvé. De manière assez provocante, je soutiens que Ben Laden a représenté une chance de salut pour les Occidentaux, chance qu'ils ont à un moment suscitée mais que, malheureusement pour eux, ils n'ont pas su exploiter à bon escient ni durablement.

Vous semblez interpréter l'émergence d'Al-Qaïda, la montée du terrorisme, non point comme le résultat d'un fanatisme religieux, mais plutôt comme une manifestation nihiliste.

Notre époque a vu croître une montée globale de la violence, dont le terrorisme n'est qu'une composante, la plus spectaculaire. À l'origine du terrorisme, je pointe le phénomène du ressentiment, mis en évidence par Nietzsche et bien analysé par Max Scheler. Cette forme de pathologie, qui culmine dans la négation de l'existence de l'autre, doit trouver un exutoire pour éviter l'infection du refoulement. Pour les tenants du djihadisme, le terrorisme, cette arme des faibles et des humiliés, représente l'exutoire le plus efficace, le plus facile aussi. Mais, à l'arrière-plan du terrorisme, gît ce « mal du siècle » contemporain : le nihilisme. Perte du sens moral et effacement de la frontière entre le bien et le mal, aspiration à la destruction de tout, autant par haine de l'autre que par dégoût de soi, détournement de l'énergie vitale vers une pulsion de mort, attraction du vertige du néant, ces éléments constitutifs du nihilisme sont discernables dans le terrorisme actuel, dont les promoteurs sinon les exécutants savent, au tréfonds d'eux-mêmes, qu'il ne saurait être, à plus ou moins long terme, qu'une stratégie de perdants.

Vous vous référez plus souvent à Nietzsche qu'à Bush père ou fils, et faites davantage appel à Plutarque qu'à Obama. À mêler ainsi philosophie et politique, ne craignez-vous pas d'être atteint du syndrome BHL ?

Ce petit livre n'est pas un essai géopolitique conjoncturel, mais se veut une réflexion historique et philosophique sur l'affrontement de deux formes de ressentiment et de nihilisme à l'oeuvre dans cette période de l'Histoire. Il était donc normal que je fasse davantage référence à Nietzsche et à Heidegger, à Max Scheler et à René Girard, à Plutarque et à Georges Sorel, sans oublier Hegel et Dostoïevski, qu'à Bush père et fils et à Barack Obama. Est-ce là témoigner d'un syndrome BHL ? J'ai la faiblesse de ne pas le penser. 

____

Propos recueillis par Jean-Louis Gouraud.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Trophyme - 30/03/2013 à 15h:03

Excellent, merci.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

État islamique : Al-Baghdadi et le mythe du califat

Débarrassé de ses parts d'ombre, le califat rétabli par Baghdadi demeure une légende dans l'esprit de nombreux musulmans.[...]

Deux poids, deux mesures

Le conflit entre le Hamas et Israël a atteint un degré de violence inimaginable il y a seulement quelques semaines de cela. Un seul mot suffit à le définir : horreur. Or il n'est pas[...]

Gaza : Obama intervient personnellement pour un cessez-le-feu avant l'Aïd el-Fitr

Les combats ont cessé à Gaza depuis dimanche soir, après une intervention personnelle de Barack Obama appelant à un cessez-le-feu. Mais l'accalmie demeure très fragile.[...]

Gaza : jour de colère en Cisjordanie, 5 Palestiniens tués

Le dernier vendredi de Ramadan a été marqué par la mort de cinq Palestiniens en Cisjordanie, près d'Hébron (Sud) et à Naplouse (Nord).[...]

Gaza : 15 Palestiniens tués dans le bombardement d'une école de l'ONU par Israël

Le bombardement par Tsahal d'une école gérée par l'ONU à Beit Hanoun, jeudi, a fait au moins 15 morts et 200 blessés, dont de nombreux enfants. On compte désormais 804 Palestiniens[...]

"Menace existentielle"

Ici même, la semaine dernière, j'ai soutenu que, malgré les apparences, notre monde était plus pacifique qu'il ne l'a jamais été. Sauf ce malheureux Moyen-Orient, terre[...]

Irak : Fouad Massoum remplace Jalal Talabani à la présidence

Le Parlement irakien a élu jeudi le politicien kurde Fouad Massoum à la tête de l'État fédéral. Un premier pas qui laisse augurer la formation d'un nouveau gouvernement dans le pays[...]

Gaza : plus de 700 morts palestiniens en 16 jours de bombardements israéliens

Plus de 89 Palestiniens ont été tués mercredi, au seizième jour de l'offensive militaire israélienne contre Gaza. Le bilan total s'élève désormais à 718 victimes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers