Extension Factory Builder
10/04/2012 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« Lucky Macky », titre, de manière quelque peu réductrice, le très sérieux hebdomadaire britannique The Economist dans son édition du 7 avril. Certes, les circonstances ont été largement favorables à Macky Sall. Mais le tombeur d'Abdoulaye Wade a surtout su incarner l'homme qu'il faut à la place qu'il faut. En moins de quatre ans...

Depuis ce fameux 25 mars, date du second tour de la présidentielle, tout se déroule comme dans un rêve. En moins d'une dizaine de jours, les Sénégalais sont passés de la plus grande inquiétude à un profond soulagement, puis à l'espoir, sentiment qu'ils n'avaient plus goûté de longue date. Car le second mandat de Wade ressemblait trop à une triste fin de règne dans un pays à bout de souffle, déprimé et sans horizon, car réduit à réfléchir à court terme. Crispations et passages en force permanents, pouvoir de plus en plus solitaire, affaires... La chance de « Macky », à vrai dire, ce fut Wade lui-même.

« NTS » : nouveau type de Sénégalais. L'expression, inventée par les jeunes du mouvement Y'en a marre, fait actuellement florès. Elle signifie que tout et tout le monde doit changer. Indéniablement, même si rien ne garantit que les fruits passeront la promesse des fleurs, ce changement, plus radical qu'il n'y paraît, est en marche. Sans bruit ni fureur. Une sorte d'alternance dans l'alternance - ce qui pose la question de l'état réel du Parti socialiste -, tranquille et sereine. À l'image de « Macky », en somme, l'exact contraire de « Gorgui » : moins flamboyant ou charismatique, mais jeune (trente-cinq ans de moins que Wade, ce qui fait de lui le premier président sénégalais né après l'indépendance), relativement neuf (c'est sa première présidentielle), constant, pondéré et aimant travailler en équipe. Il aura surtout été le seul à comprendre qu'une élection, au Sénégal, est avant tout « physique ». Elle se passe sur le terrain, dans les meetings ou les villages, au plus près des électeurs, de Saint-Louis à Kédougou, en passant par Diourbel ou Tambacounda, jusqu'à la dernière minute. Une conquête entamée, discrètement et avec une poignée de fidèles, dès 2008, après son éviction du système Wade.

Investiture sobre, passation respectueuse, premier discours à la nation convaincant et applaudi par la majorité des Sénégalais, gouvernement intelligent, équilibré, mais sans concessions excessives à ses partenaires politiques, promesses de respecter ses engagements : ses premiers pas, très attendus et marqués du sceau de la sagesse, ont rassuré. Il règne même désormais à Dakar une douce euphorie. D'un extrême l'autre... L'avenir ? Si Macky sait rester lui-même, si le panier de crabes auquel nous a habitués la classe politique sénégalaise n'est plus qu'un mauvais souvenir et si les partenaires internationaux accompagnent vraiment ce pays sans grandes ressources, nul doute que ce nouveau départ portera ses fruits. The Economist pourra alors écrire « Lucky Senegal ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Tchad : génèse d'une nation

Editorial précédent :
Le glaive et la balance

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines, dont les douanes, [...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Le Sénégalais Macky Sall élu nouveau président en exercice de la Cedeao

Macky Sall, le chef de l'État sénégalais, a été élu mardi nouveau président en exercice de la Cedeao pour un an, à l'issue du 47e sommet de l'organisation ouest-africaine[...]

Le roi du Maroc entame ce mercredi au Sénégal une nouvelle tournée africaine

Mohammed VI se rend ce mercredi au Sénégal. Son périple l'emmènera ensuite en Côte d'Ivoire, au Gabon et en Guinée-Bissau. Il s'agit de la troisième tournée africaine du roi[...]

Le procès d'Hissène Habré s'ouvrira le 20 juillet à Dakar

L'ex-président tchadien a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar, puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial. [...]

Cairn Energy prévoit un milliard de barils de pétrole au Sénégal

Cairn Energy a dévoilé son programme d'exploration au Sénégal pour les trois années à venir. Selon ses estimations, les réserves de pétrole contenues dans ses blocs au large[...]

Sénégal : Khalifa, l'autre Sall qui entretient le mystère

"Dieu seul le sait..." C'est la réponse que le maire de Dakar, Khalifa Sall, a l'habitude d'adresser à ceux qui l'interpellent sur ses intentions concernant la prochaine présidentielle.[...]

Cameroun, Congo, Gabon, Mali, RDC... : ci-gît la Corsafrique !

De l'île au continent - comme des affaires à la politique -, il n'y a qu'un pas, que les Corses ont très tôt franchi. Mais après s'être taillé un royaume en Afrique,[...]

Sénégal - Arabie Saoudite : donnant-donnant...

Dakar va envoyer 2 100 soldats pour soutenir Riyad dans sa lutte contre les milices chiites à la frontière entre le royaume et le Yémen[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers