Extension Factory Builder

Amara Benyounes : "Il n'y aura pas de super vainqueur aux législatives algériennes"

17/04/2012 à 18:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien ministre algérien, de passage à Tunis début mars. L'ancien ministre algérien, de passage à Tunis début mars. © Hichem

Pour le secrétaire général du Mouvement populaire algérien, Amara Benyounes, les modernistes doivent travailler ensemble. Il appelle même à la formation d'une alliance démocratique au Maghreb.

Avec l'assurance d'un vieux routier de la politique, Amara Benyounes, 54 ans, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA, ex-Union pour la démocratie et la république, UDR), revient sur le devant de la scène. Cet économiste, ancien membre du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), ex-ministre des Travaux publics, puis de la Santé, a participé à la campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika en 2009. De passage à Tunis début mars pour rencontrer les leaders des partis modernistes et lancer une opération séduction de la diaspora, il a commenté la présence des islamistes en politique au Maghreb.

Jeune Afrique : Comment analysez-vous le relatif revers des modernistes en Tunisie et au Maroc ?

Amara Benyounes : Ils ont fait la même erreur que nous en 1991 lorsque, avec le RCD, nous avions mis la laïcité en avant, sans en évaluer l'impact. Ce concept est mal compris et mal admis dans la région.

Les partis démocrates doivent réajuster leur discours. Certes, on ne peut en évacuer l'idéologie, ce sont les valeurs mêmes d'un parti. En revanche, il faut présenter des propositions concrètes et des solutions aux attentes de la population. Un discours uniquement conceptuel assimile les politiques à une élite détachée des réalités.

Notons tout de même que les moyens des démocrates sont dérisoires par rapport à ceux qui reçoivent des chèques des royaumes pétroliers.

Vous n'employez pas le mot "islamiste" ?

Je n'utilise que le terme « fondamentaliste ». L'islam est à nous autant qu'à eux. Nous sommes de vrais musulmans, nés d'une religion pacifique. Ce sont des politiques qui, sous le voile de la religiosité, veulent le pouvoir.

Quel serait le rempart contre l'intégrisme religieux ?

L'islam. Celui, ouvert et tolérant, des pays maghrébins. La société algérienne est profondément pieuse. Les intégristes ne vivent pas dans leur temps, alors que l'histoire des peuples, elle, va de l'avant. L'autre rempart est la force des femmes, premières concernées par les dégradations sociales induites par l'extrémisme.

Nous ne faisons pas face à des partis religieux, mais à une internationale islamiste

Que proposez-vous pour le Maghreb ?

Nous devons constituer une alliance démocratique et mettre en synergie nos partis et sociétés civiles. Il n'y a pas de solution individuelle, et il faudrait que l'Union du Maghreb arabe (UMA) soit plus qu'un syndicat de chefs d'État. L'Algérie pourrait être un moteur, mais, seule, elle n'aurait aucun effet dynamique.

À la différence du Maroc ou de la Tunisie, elle vit avec l'intégrisme depuis vingt ans. Doha ou Riyad n'amèneront pas la démocratie. Au Maghreb, nous faisons face non pas à des partis religieux, mais à une internationale islamiste qui emploie la même stratégie et les mêmes slogans. Il nous faut adopter une démarche commune et unifier toutes les forces progressistes et modernistes.

Quels sont les dangers pour les législatives algériennes ?

Pour ce scrutin déterminant, le grand ennemi du camp démocratique reste l'abstention, qui pourrait profiter aux partis religieux. En décembre 1991, lors du premier tour des législatives pluralistes [annulées, NDLR], le Front islamique du salut (FIS) avait raflé plus de 80 % des sièges, avec près de 48 % des suffrages et une participation de seulement 38 %. Cette année, le corps électoral algérien compte 21 millions de citoyens, dont une dizaine de millions de jeunes appelés à voter pour la première fois. Ces derniers et les femmes doivent se faire entendre. La participation doit être massive.

Que prévoyez-vous le 10 mai ?

Il n'y aura pas de supervainqueur. Aucun parti n'aura une large avance et ne pourra exercer son hégémonie. Trois options sont possibles : soit une majorité de partis démocratiques, soit une majorité de partis intégristes, ou une totale atomisation. D'où l'absolue nécessité, dès à présent, de se concerter et de composer.

_______

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté [...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

L'algérien Cevital va racheter le numéro deux italien de l'acier

Cevital a été retenu pour la reprise des aciéries Lucchini de Piombino, n° 2 en Italie.  Le groupe algérien a présenté un programme d'investissements de l'ordre de 400 millions[...]

Carrefour fait son retour en Algérie

 Cinq ans après l'échec d'une précédente implantation, la marque Carrefour fait son retour en Algérie et prépare l'ouverture d'un hypermarché en mars prochain à Alger,[...]

Algérie : un des assassins du Français Hervé Gourdel a été tué par l'armée

Le ministre algérien de la Justice a annoncé mercredi qu'un des assassins d'Hervé Gourdel avait été tué dans une opération de l'armée. Le touriste français avait[...]

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces