Extension Factory Builder

Islam : Youssef al-Qaradawi, un cheikh très cathodique

05/04/2012 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
D'origine égyptienne, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, a été déchu de sa nationalité sous Nasser. D'origine égyptienne, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, a été déchu de sa nationalité sous Nasser. © Karim Jaafar/AFP

En pleine campagne présidentielle et après la tuerie de Toulouse, le "télécoraniste" d'Al-Jazira, Youssef al-Qaradawi, a été déclaré persona non grata en France par Nicolas Sarkozy. Mais est-il aussi extrémiste que certains de ses propos le laissent croire ?

Premier acte, le 23 mars. Le Front national demande des explications au ministère français de l'Intérieur à propos de la présence de Youssef al-Qaradawi à la 29e Rencontre annuelle des musulmans de France, prévue du 6 au 9 avril au Bourget. Le parti d'extrême droite cite des déclarations passées du « télécoraniste ». Florilège : « L'homme peut corriger sa femme, mais en évitant de la battre trop fort ou de la frapper au visage », « Allah a toujours imposé des châtiments aux Juifs, la dernière fois par Hitler, même si les Juifs l'ont beaucoup exagéré »... Des extraits qui donnent du cheikh l'image d'un dangereux extrémiste.

Deuxième acte, le 26 mars. « J'ai indiqué à l'émir du Qatar que ce monsieur n'était pas le bienvenu sur le territoire de la République française. » Par ces termes, Nicolas Sarkozy annonce, sur France Info, sa décision de bannir Youssef al-Qaradawi et « un certain nombre de gens qui tiennent, ou qui voulaient tenir, des discours qui ne sont pas compatibles avec l'idéal républicain ». Moins d'une semaine après le drame de Toulouse et son dénouement tragique (Mohamed Merah, auteur de sept meurtres et se réclamant d'Al-Qaïda, a été abattu le 22 mars), le président français veut faire preuve d'autorité.

Troisième acte, le 29 mars. Un communiqué conjoint des ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur, Alain Juppé et Claude Guéant, précise la liste des quatre personnes interdites d'entrée et de séjour pour des propos « qui appellent à la haine et à la violence et portent gravement atteinte aux principes de la République ». On y apprend au détour d'une phrase que Youssef al-Qaradawi, quant à lui, a finalement « renoncé à venir ». Les apparences sont sauves, et l'affront public fait à une personnalité de premier plan, réputée très proche de l'émir Hamad Ibn Khalifa Al Thani et disposant d'un passeport diplomatique qatari, n'ira donc pas jusqu'à la crise avec un pays ami.

"La charia et la vie"

Mais qui est cet homme qui s'invite à son insu dans la campagne présidentielle française ? D'origine égyptienne, déchu de sa nationalité sous Nasser, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, est le présentateur de la célèbre émission « La charia et la vie », diffusée sur Al-Jazira. Une semaine après la chute de Hosni Moubarak, sa harangue, place Al-Tahrir, signalait le retour en force des islamistes parmi les révolutionnaires égyptiens. Qaradawi vient d'ailleurs d'adresser aux Frères musulmans une supplique pour nommer un candidat unique à la prochaine élection présidentielle, signant sa missive d'un « Votre frère » sans appel. Pourtant, s'il est souvent critiqué par les intellectuels laïcs musulmans, il est davantage encore la cible des salafistes, qui jugent ses fatwas trop conciliantes.

Proche conseiller de Cheikha Moza, l'épouse de l'émir du Qatar, l'influent prédicateur télévisuel est en réalité un défenseur emblématique du courant modéré, la Wasatiya, qu'il a théorisée dans une centaine d'ouvrages. Auteur prolifique, à la fois savant et rhéteur, le cheikh d'Al-Jazira est aussi très écouté en Europe. Il ne s'oppose pas à la modernité et ne prône pas la violence terroriste. Sauf en cas de légitime défense, notamment face à l'occupation, israélienne en particulier. Après avoir justifié les attentats-­suicides en Palestine en 2001, il a clairement condamné les attentats du 11-Septembre. Depuis, il a souvent polémiqué avec les théoriciens d'Al-Qaïda, qu'il invite à faire leur autocritique. Une ligne plus politique que théologique, donc, et qui tranche avec les propos accablants dont s'est ému le landerneau français. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, selon Netanyahou

La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, selon Netanyahou

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a affirmé dimanche à des journalistes que la reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, alors que le Parlement fran&cce[...]

Tunisie : faible participation à la présidentielle

À la mi-journée, le taux de participation à la présidentielle tunisienne était de 11,85 %. Un faible intérêt de la population pour le scrutin, qui ne lui enlève pas son[...]

Égypte : Sissi prêt à envoyer des forces pour aider un Etat palestinien

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'est déclaré prêt à envoyer ultérieurement des forces dans un futur Etat palestinien pour l'aider à se stabiliser, en accord avec[...]

Tunisie : ouverture des bureaux de vote pour une présidentielle historique

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche en Tunisie pour la première présidentielle libre de son histoire, près de quatre ans après la révolution de janvier 2011 qui lança le[...]

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le[...]

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

Une informaticienne tunisienne, Fatma Ben Guefrache, a remporté vendredi en Indonésie l'élection de "Miss monde Muslimah", présentée comme une riposte aux concours de beauté[...]

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie organise dimanche sa première élection présidentielle pluraliste et espère franchir sans accroc cette nouvelle étape de sa transition vers la démocratie, jusqu'ici[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Fin de campagne présidentielle tendue en Tunisie

La campagne pour le scrutin présidentiel du dimanche 23 novembre s'est achevée en Tunisie dans un climat délétère. Pourtant, selon la Constitution, les prérogatives du chef de[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers