Extension Factory Builder

Islam : Youssef al-Qaradawi, un cheikh très cathodique

05/04/2012 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
D'origine égyptienne, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, a été déchu de sa nationalité sous Nasser. D'origine égyptienne, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, a été déchu de sa nationalité sous Nasser. © Karim Jaafar/AFP

En pleine campagne présidentielle et après la tuerie de Toulouse, le "télécoraniste" d'Al-Jazira, Youssef al-Qaradawi, a été déclaré persona non grata en France par Nicolas Sarkozy. Mais est-il aussi extrémiste que certains de ses propos le laissent croire ?

Premier acte, le 23 mars. Le Front national demande des explications au ministère français de l'Intérieur à propos de la présence de Youssef al-Qaradawi à la 29e Rencontre annuelle des musulmans de France, prévue du 6 au 9 avril au Bourget. Le parti d'extrême droite cite des déclarations passées du « télécoraniste ». Florilège : « L'homme peut corriger sa femme, mais en évitant de la battre trop fort ou de la frapper au visage », « Allah a toujours imposé des châtiments aux Juifs, la dernière fois par Hitler, même si les Juifs l'ont beaucoup exagéré »... Des extraits qui donnent du cheikh l'image d'un dangereux extrémiste.

Deuxième acte, le 26 mars. « J'ai indiqué à l'émir du Qatar que ce monsieur n'était pas le bienvenu sur le territoire de la République française. » Par ces termes, Nicolas Sarkozy annonce, sur France Info, sa décision de bannir Youssef al-Qaradawi et « un certain nombre de gens qui tiennent, ou qui voulaient tenir, des discours qui ne sont pas compatibles avec l'idéal républicain ». Moins d'une semaine après le drame de Toulouse et son dénouement tragique (Mohamed Merah, auteur de sept meurtres et se réclamant d'Al-Qaïda, a été abattu le 22 mars), le président français veut faire preuve d'autorité.

Troisième acte, le 29 mars. Un communiqué conjoint des ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur, Alain Juppé et Claude Guéant, précise la liste des quatre personnes interdites d'entrée et de séjour pour des propos « qui appellent à la haine et à la violence et portent gravement atteinte aux principes de la République ». On y apprend au détour d'une phrase que Youssef al-Qaradawi, quant à lui, a finalement « renoncé à venir ». Les apparences sont sauves, et l'affront public fait à une personnalité de premier plan, réputée très proche de l'émir Hamad Ibn Khalifa Al Thani et disposant d'un passeport diplomatique qatari, n'ira donc pas jusqu'à la crise avec un pays ami.

"La charia et la vie"

Mais qui est cet homme qui s'invite à son insu dans la campagne présidentielle française ? D'origine égyptienne, déchu de sa nationalité sous Nasser, Youssef al-Qaradawi, 86 ans, est le présentateur de la célèbre émission « La charia et la vie », diffusée sur Al-Jazira. Une semaine après la chute de Hosni Moubarak, sa harangue, place Al-Tahrir, signalait le retour en force des islamistes parmi les révolutionnaires égyptiens. Qaradawi vient d'ailleurs d'adresser aux Frères musulmans une supplique pour nommer un candidat unique à la prochaine élection présidentielle, signant sa missive d'un « Votre frère » sans appel. Pourtant, s'il est souvent critiqué par les intellectuels laïcs musulmans, il est davantage encore la cible des salafistes, qui jugent ses fatwas trop conciliantes.

Proche conseiller de Cheikha Moza, l'épouse de l'émir du Qatar, l'influent prédicateur télévisuel est en réalité un défenseur emblématique du courant modéré, la Wasatiya, qu'il a théorisée dans une centaine d'ouvrages. Auteur prolifique, à la fois savant et rhéteur, le cheikh d'Al-Jazira est aussi très écouté en Europe. Il ne s'oppose pas à la modernité et ne prône pas la violence terroriste. Sauf en cas de légitime défense, notamment face à l'occupation, israélienne en particulier. Après avoir justifié les attentats-­suicides en Palestine en 2001, il a clairement condamné les attentats du 11-Septembre. Depuis, il a souvent polémiqué avec les théoriciens d'Al-Qaïda, qu'il invite à faire leur autocritique. Une ligne plus politique que théologique, donc, et qui tranche avec les propos accablants dont s'est ému le landerneau français. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Pourquoi Mohammed VI snobe-t-il Goodluck Jonathan ?

Pourquoi Mohammed VI snobe-t-il Goodluck Jonathan ?

Le ministère marocain des Affaires étrangères a tenu à faire savoir que le roi Mohammed VI a refusé un entretien téléphonique au président nigérian Goodluck Jonathan. [...]

Algérie : les avancées de la loi contre les violences faites aux femmes - et les regrets

Les députés algériens ont adopté jeudi 3 mars une loi criminalisant les violences faites aux femmes. Les débats parlementaires ont donné lieu à de violents échanges entre[...]

Ces brésiliens qui visent l'Afrique

Embraer, Odebrecht, AGN... Les groupes auriverde partent à l'assaut du continent, et pas seulement en zone lusophone. Alors que le Brésil est confronté à un ralentissement économique[...]

Daesh à Mossoul : "C'est une véritable hécatombe pour les oeuvres du musée"

L'algérien Mounir Bouchenaki dirige aujourd’hui le Centre régional arabe pour le patrimoine mondial. Après les destructions opérées par l'État islamique au musée de Mossoul,[...]

Exposition : "Le Maroc médiéval" s'expose à Rabat

Après un passage remarqué par la capitale française, l'exposition "Le Maroc médiéval" s'installe à Rabat, du 5 mars au 3juin, au musée Mohammed VI d'art moderne et[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Palestine : l'OLP menace de suspendre sa coopération sécuritaire avec Israël

L’organisation de la libération de la Palestine (OLP), un organe-clé de la direction palestinienne, a réclamé jeudi 5 mars la fin de la coopération sécuritaire avec Israël. Mais[...]

Sport : ces femmes qui font briller le continent africain

À l'occasion de la journée de la femme, dimanche 8 mars, "Jeune Afrique" a choisi de rappeler qu'elles sont nombreuses, depuis longtemps, à faire briller l'Afrique dans le monde entier, notamment[...]

France - Maroc : Laurent Fabius attendu à Rabat pour confirmer "le renouveau des relations"

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, sera lundi et mardi au Maroc. Selon son ministère, cette visite a pour objectif de confirmer "le renouveau des relations[...]

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces