Extension Factory Builder

Gaza, la cocotte-minute

02/04/2012 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ils étaient cinq coiffeurs de Gaza - trois femmes et deux barbiers -, tous réputés pour leur agilité à manier les ciseaux. Cinq figaros qui voulaient se rendre cette semaine à Tulkarem, en Cisjordanie, où se tient un concours de printemps consacré à la beauté palestinienne. On peut s'entasser à quatre mille par kilomètre carré dans un camp à ciel ouvert et avoir des rêves de capilliculteur. Ils étaient sept étudiants en informatique vivant dans la même enclave, tous experts du clavier et de la souris, sept Steve Jobs en herbe qui voulaient se rendre la semaine dernière à l'université Al-Qods de Jérusalem, où se tenait une compétition organisée par Microsoft. On peut survivre sous l'embargo et de temps à autre sous les bombes, et avoir des rêves de Silicon Valley. Seulement voilà : pour accéder au Graal, il faut traverser une partie du territoire israélien, ce qui pour les Gazaouis est aussi aisé que de poser le pied sur la Lune. Rendus au poste-frontière d'Erez, coiffeurs et étudiants ont été promptement priés de faire demi-tour avec leurs espoirs de médailles. Motif : seuls les « cas humanitaires exceptionnels » sont autorisés à fouler la terre du peuple juif.

Des scènes de ce type n'intéressent ni n'émeuvent personne, tant elles sont quotidiennes aux frontières de ce territoire bouclé depuis près de sept ans par l'armée israélienne. Le taux de frustration, de haine, de violence engendré par cette spirale infernale y est devenu incalculable et ingérable. Gaza est une cocotte-minute, la matrice idéologique de tous les terroristes et l'exutoire commode d'une stratégie paranoïaque qui se nourrit du ressentiment qu'elle suscite. On ne compte plus les rapports d'ONG ou d'organisations spécialisées des Nations unies, les commissions d'enquête indépendantes, les témoignages d'observateurs ou de diplomates dénonçant la politique de l'État hébreu tant vis-à-vis de Gaza que des colonies de peuplement, ouvertement encouragées par la quasi-totalité des Premiers ministres israéliens. Une bibliothèque entière n'y suffirait pas, qui mériterait pourtant que les robes noires du tribunal de La Haye s'y arrêtent, ne serait-ce qu'un instant.

Mais Israël, qui n'est pas signataire du traité instaurant la Cour pénale internationale (CPI), n'en a cure. Mieux : le 26 mars, le gouvernement Netanyahou a décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce dernier ayant eu l'insolence de prétendre enquêter sur les conséquences de la colonisation en Cisjordanie. « Vous ne devez plus répondre à aucun membre de ce conseil, pas même au téléphone », a martelé le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, tsar de l'extrême droite ultrasioniste, avocat d'un État « ethniquement homogène » et auteur récent de cet aphorisme définitif : « Israël est le pays le plus moral au monde. » Ce faisant, Israël rejoint le club fermé et éminemment « moral » des États ayant, comme lui, claqué la porte du conseil de Genève : Iran, Syrie, Russie, Chine, Sri Lanka... Mais Israël s'en moque. Pas plus que le refoulement des coiffeurs et des informaticiens de Gaza son refus n'aura de conséquence. Car Israël, on le sait depuis soixante-quatre ans, est exceptionnel. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Les trois Tunisie

Editorial précédent :
Présidentielle française : vues d'Afrique

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers