Extension Factory Builder

Gaza, la cocotte-minute

02/04/2012 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ils étaient cinq coiffeurs de Gaza - trois femmes et deux barbiers -, tous réputés pour leur agilité à manier les ciseaux. Cinq figaros qui voulaient se rendre cette semaine à Tulkarem, en Cisjordanie, où se tient un concours de printemps consacré à la beauté palestinienne. On peut s'entasser à quatre mille par kilomètre carré dans un camp à ciel ouvert et avoir des rêves de capilliculteur. Ils étaient sept étudiants en informatique vivant dans la même enclave, tous experts du clavier et de la souris, sept Steve Jobs en herbe qui voulaient se rendre la semaine dernière à l'université Al-Qods de Jérusalem, où se tenait une compétition organisée par Microsoft. On peut survivre sous l'embargo et de temps à autre sous les bombes, et avoir des rêves de Silicon Valley. Seulement voilà : pour accéder au Graal, il faut traverser une partie du territoire israélien, ce qui pour les Gazaouis est aussi aisé que de poser le pied sur la Lune. Rendus au poste-frontière d'Erez, coiffeurs et étudiants ont été promptement priés de faire demi-tour avec leurs espoirs de médailles. Motif : seuls les « cas humanitaires exceptionnels » sont autorisés à fouler la terre du peuple juif.

Des scènes de ce type n'intéressent ni n'émeuvent personne, tant elles sont quotidiennes aux frontières de ce territoire bouclé depuis près de sept ans par l'armée israélienne. Le taux de frustration, de haine, de violence engendré par cette spirale infernale y est devenu incalculable et ingérable. Gaza est une cocotte-minute, la matrice idéologique de tous les terroristes et l'exutoire commode d'une stratégie paranoïaque qui se nourrit du ressentiment qu'elle suscite. On ne compte plus les rapports d'ONG ou d'organisations spécialisées des Nations unies, les commissions d'enquête indépendantes, les témoignages d'observateurs ou de diplomates dénonçant la politique de l'État hébreu tant vis-à-vis de Gaza que des colonies de peuplement, ouvertement encouragées par la quasi-totalité des Premiers ministres israéliens. Une bibliothèque entière n'y suffirait pas, qui mériterait pourtant que les robes noires du tribunal de La Haye s'y arrêtent, ne serait-ce qu'un instant.

Mais Israël, qui n'est pas signataire du traité instaurant la Cour pénale internationale (CPI), n'en a cure. Mieux : le 26 mars, le gouvernement Netanyahou a décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce dernier ayant eu l'insolence de prétendre enquêter sur les conséquences de la colonisation en Cisjordanie. « Vous ne devez plus répondre à aucun membre de ce conseil, pas même au téléphone », a martelé le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, tsar de l'extrême droite ultrasioniste, avocat d'un État « ethniquement homogène » et auteur récent de cet aphorisme définitif : « Israël est le pays le plus moral au monde. » Ce faisant, Israël rejoint le club fermé et éminemment « moral » des États ayant, comme lui, claqué la porte du conseil de Genève : Iran, Syrie, Russie, Chine, Sri Lanka... Mais Israël s'en moque. Pas plus que le refoulement des coiffeurs et des informaticiens de Gaza son refus n'aura de conséquence. Car Israël, on le sait depuis soixante-quatre ans, est exceptionnel. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Les trois Tunisie

Editorial précédent :
Présidentielle française : vues d'Afrique

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Droit des femmes : le marathon des Saoudiennes

Les jeunes Saoudiennes vont peut-être pouvoir pratiquer du sport à l'école publique. C'est en tout cas la recommandation faite par le Majlis el-Choura au ministère de l'Éducation, le 8 avril.[...]

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Au moment où le processus de paix israélo-palestinien entre dans une phase critique, le fils du président palestinien recommande à son père d'opter pour la création d'un[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Israël impose des sanctions financières à l'Autorité palestinienne

L'État d'Israël a décidé jeudi de geler le transfert des taxes aux Palestiniens. De nouvelles sanctions économiques qui interviennent après la demande de la Palestine[...]

Israël - États-Unis : Jonathan Pollard, sa vie est un thriller

Condamné en 1987 à la réclusion à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël, ce juif américain se retrouve malgré lui au coeur d'un marchandage visant[...]

Football : Mondiaux en Russie et au Qatar, l'ombre de la corruption plane sur la Fifa

Pour obtenir l'organisation de la compétition en 2018 et en 2022, la Russie et le Qatar ont-ils soudoyé des membres du comité exécutif de la Fifa ? Certains l'affirment et réclament des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces