Extension Factory Builder

Gaza, la cocotte-minute

02/04/2012 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ils étaient cinq coiffeurs de Gaza - trois femmes et deux barbiers -, tous réputés pour leur agilité à manier les ciseaux. Cinq figaros qui voulaient se rendre cette semaine à Tulkarem, en Cisjordanie, où se tient un concours de printemps consacré à la beauté palestinienne. On peut s'entasser à quatre mille par kilomètre carré dans un camp à ciel ouvert et avoir des rêves de capilliculteur. Ils étaient sept étudiants en informatique vivant dans la même enclave, tous experts du clavier et de la souris, sept Steve Jobs en herbe qui voulaient se rendre la semaine dernière à l'université Al-Qods de Jérusalem, où se tenait une compétition organisée par Microsoft. On peut survivre sous l'embargo et de temps à autre sous les bombes, et avoir des rêves de Silicon Valley. Seulement voilà : pour accéder au Graal, il faut traverser une partie du territoire israélien, ce qui pour les Gazaouis est aussi aisé que de poser le pied sur la Lune. Rendus au poste-frontière d'Erez, coiffeurs et étudiants ont été promptement priés de faire demi-tour avec leurs espoirs de médailles. Motif : seuls les « cas humanitaires exceptionnels » sont autorisés à fouler la terre du peuple juif.

Des scènes de ce type n'intéressent ni n'émeuvent personne, tant elles sont quotidiennes aux frontières de ce territoire bouclé depuis près de sept ans par l'armée israélienne. Le taux de frustration, de haine, de violence engendré par cette spirale infernale y est devenu incalculable et ingérable. Gaza est une cocotte-minute, la matrice idéologique de tous les terroristes et l'exutoire commode d'une stratégie paranoïaque qui se nourrit du ressentiment qu'elle suscite. On ne compte plus les rapports d'ONG ou d'organisations spécialisées des Nations unies, les commissions d'enquête indépendantes, les témoignages d'observateurs ou de diplomates dénonçant la politique de l'État hébreu tant vis-à-vis de Gaza que des colonies de peuplement, ouvertement encouragées par la quasi-totalité des Premiers ministres israéliens. Une bibliothèque entière n'y suffirait pas, qui mériterait pourtant que les robes noires du tribunal de La Haye s'y arrêtent, ne serait-ce qu'un instant.

Mais Israël, qui n'est pas signataire du traité instaurant la Cour pénale internationale (CPI), n'en a cure. Mieux : le 26 mars, le gouvernement Netanyahou a décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce dernier ayant eu l'insolence de prétendre enquêter sur les conséquences de la colonisation en Cisjordanie. « Vous ne devez plus répondre à aucun membre de ce conseil, pas même au téléphone », a martelé le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, tsar de l'extrême droite ultrasioniste, avocat d'un État « ethniquement homogène » et auteur récent de cet aphorisme définitif : « Israël est le pays le plus moral au monde. » Ce faisant, Israël rejoint le club fermé et éminemment « moral » des États ayant, comme lui, claqué la porte du conseil de Genève : Iran, Syrie, Russie, Chine, Sri Lanka... Mais Israël s'en moque. Pas plus que le refoulement des coiffeurs et des informaticiens de Gaza son refus n'aura de conséquence. Car Israël, on le sait depuis soixante-quatre ans, est exceptionnel. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Les trois Tunisie

Editorial précédent :
Présidentielle française : vues d'Afrique

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien isra&eacu[...]

Le convoi braqué à Paris était celui du fils "favori" de feu le roi Fahd d'Arabie saoudite

Le prince saoudien dont le convoi a été attaqué dimanche soir à Paris n’est autre que Abdelaziz ben Fahd, richissime playboy de 41 ans et "fils favori" du roi défunt. Les[...]

Gaza : les frappes israéliennes se poursuivent, le bilan s'alourdit

L'espoir d'une trêve durable entre l'armée israélienne et le Hamas s'est à nouveau brisé mardi avec la reprise des hostilités de part et d'autre de la bande de Gaza. Au total dix[...]

Reprise des hostilités à Gaza entre Israël et le Hamas

Trois roquettes ont explosé dans le sud d’Israël, malgré le cessez-le-feu qui devait courir jusqu'à minuit. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a aussitôt ordonné[...]

Arabie Saoudite : pour le grand mufti, l'État islamique et Al-Qaïda sont les ennemis n°1 de l'islam

Les jihadistes de l'État islamique et d'Al-Qaïda sont "l'ennemi numéro un de l'islam". Mardi, le grand mufti d'Arabie saoudite, Abdel Aziz Al-Cheikh, a pris position contre les idées[...]

Arabie saoudite : quatre hommes décapités pour trafic de haschich

Quatre Saoudiens condamnés à mort pour trafic de haschich ont été décapités lundi dans le sud-ouest du royaume. Le bilan s'alourdit à 32 exécutions depuis le début de[...]

Irak : les combattants kurdes poursuivent leur offensive face à l'État islamique

Les combats continuent de faire rage dans le nord de l'Irak. Après avoir repris le contrôle du plus grand barrage du pays, les combattants kurdes ont poursuivi lundi leur offensive, appuyés par des raids [...]

Gaza : pessimisme sur la signature d'un accord de cessez-le-feu au Caire

Les négociations entre Israël et l'Autorité palestinienne se poursuivaient lundi au Caire, mais les deux camps se montraient fermes sur leurs exigences, compromettant ainsi les chances d'aboutir à un[...]

Gaza : l'Afrique du Nord solidaire avec les Palestiniens... mais de loin

Malgré l'indignation populaire, le soutien témoigné aux habitants de Gaza semble bien superficiel en Afrique du Nord. Entre instabilité politique et crise économique, les chefs[...]

Le convoi d'un mystérieux prince saoudien braqué à Paris, 250 000 euros dérobés

Le convoi d'un prince saoudien a été attaqué dimanche soir à Paris par un commando armé très bien renseigné. Les malfaiteurs ont dérobé 250 000 euros ainsi que des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers