Extension Factory Builder

Gaza, la cocotte-minute

02/04/2012 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ils étaient cinq coiffeurs de Gaza - trois femmes et deux barbiers -, tous réputés pour leur agilité à manier les ciseaux. Cinq figaros qui voulaient se rendre cette semaine à Tulkarem, en Cisjordanie, où se tient un concours de printemps consacré à la beauté palestinienne. On peut s'entasser à quatre mille par kilomètre carré dans un camp à ciel ouvert et avoir des rêves de capilliculteur. Ils étaient sept étudiants en informatique vivant dans la même enclave, tous experts du clavier et de la souris, sept Steve Jobs en herbe qui voulaient se rendre la semaine dernière à l'université Al-Qods de Jérusalem, où se tenait une compétition organisée par Microsoft. On peut survivre sous l'embargo et de temps à autre sous les bombes, et avoir des rêves de Silicon Valley. Seulement voilà : pour accéder au Graal, il faut traverser une partie du territoire israélien, ce qui pour les Gazaouis est aussi aisé que de poser le pied sur la Lune. Rendus au poste-frontière d'Erez, coiffeurs et étudiants ont été promptement priés de faire demi-tour avec leurs espoirs de médailles. Motif : seuls les « cas humanitaires exceptionnels » sont autorisés à fouler la terre du peuple juif.

Des scènes de ce type n'intéressent ni n'émeuvent personne, tant elles sont quotidiennes aux frontières de ce territoire bouclé depuis près de sept ans par l'armée israélienne. Le taux de frustration, de haine, de violence engendré par cette spirale infernale y est devenu incalculable et ingérable. Gaza est une cocotte-minute, la matrice idéologique de tous les terroristes et l'exutoire commode d'une stratégie paranoïaque qui se nourrit du ressentiment qu'elle suscite. On ne compte plus les rapports d'ONG ou d'organisations spécialisées des Nations unies, les commissions d'enquête indépendantes, les témoignages d'observateurs ou de diplomates dénonçant la politique de l'État hébreu tant vis-à-vis de Gaza que des colonies de peuplement, ouvertement encouragées par la quasi-totalité des Premiers ministres israéliens. Une bibliothèque entière n'y suffirait pas, qui mériterait pourtant que les robes noires du tribunal de La Haye s'y arrêtent, ne serait-ce qu'un instant.

Mais Israël, qui n'est pas signataire du traité instaurant la Cour pénale internationale (CPI), n'en a cure. Mieux : le 26 mars, le gouvernement Netanyahou a décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce dernier ayant eu l'insolence de prétendre enquêter sur les conséquences de la colonisation en Cisjordanie. « Vous ne devez plus répondre à aucun membre de ce conseil, pas même au téléphone », a martelé le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, tsar de l'extrême droite ultrasioniste, avocat d'un État « ethniquement homogène » et auteur récent de cet aphorisme définitif : « Israël est le pays le plus moral au monde. » Ce faisant, Israël rejoint le club fermé et éminemment « moral » des États ayant, comme lui, claqué la porte du conseil de Genève : Iran, Syrie, Russie, Chine, Sri Lanka... Mais Israël s'en moque. Pas plus que le refoulement des coiffeurs et des informaticiens de Gaza son refus n'aura de conséquence. Car Israël, on le sait depuis soixante-quatre ans, est exceptionnel. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Les trois Tunisie

Editorial précédent :
Présidentielle française : vues d'Afrique

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : ces femmes juives en burqa

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Une histoire du jihad, l'épisode afghan et la théorie du "jihad total" (#2)

Dans une série d'articles consacrés à l'histoire du jihad, Laurent Touchard revient, pour son deuxième billet, sur l'épisode afghan et la naissance du concept de "jihad total".[...]

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à[...]

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de [...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

L'Occident et "les autres"

La croissance économique y est désormais plus faible que dans le reste du monde et il peine à sortir de la crise qui l'a frappé en 2008. Mais il continue de tenir le volant et de diriger la[...]

Kurdistan Irakien : Daesh, l'ennemi utile

Partenaire privilégié des Occidentaux dans leur guerre contre l'État islamique, le gouvernement autonome kurde n'en manoeuvre pas moins habilement pour tirer son épingle du jeu. Reportage.[...]

Finance : Dubaï est de retour !

Cinq ans après avoir frôlé la faillite, le petit émirat enchaîne les opérations boursières. Son ambition : devenir une passerelle vers l'Afrique et les pays émergents.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers