Extension Factory Builder

Nicky Newton-King : "Le JSE, un tremplin pour les sociétés africaines"

11/04/2012 à 18:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Son objectif ? Attirer de nouvelles cotations d'entreprises locales et internationales. Son objectif ? Attirer de nouvelles cotations d'entreprises locales et internationales. © JSE

Outils de transaction innovants, évolutions réglementaires, impact de la conjoncture mondiale... La nouvelle patronne de la Bourse de Johannesburg revient sur les principaux changements qui attendent en 2012 les sociétés cotées sur la place sud-africaine.

Le 2 janvier, Nicky Newton-King, 45 ans, a remplacé Russell Loubser à la tête du Johannesburg Stock Exchange (JSE, Bourse de Johannesburg). Elle avait auparavant passé seize ans au sein de la place qui, forte d'une capitalisation de 741 milliards d'euros en février 2012, concentre plus des deux tiers des opérations en Afrique. Cette Sud-Africaine diplômée de Cambridge a notamment été directrice exécutive du JSE en 2000, puis vice-présidente en 2003. Ses objectifs ? Renforcer les infrastructures informatiques et de communication, afin de favoriser la sécurisation des transactions ; attirer de nouvelles cotations d'entreprises locales et internationales ; et se rapprocher des Bourses des Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine) en développant des indices communs puis, à terme, des produits financiers agrégeant des valeurs de ces places émergentes.

Jeune Afrique : Quels changements attendent les sociétés cotées à Johannesburg en 2012 ?

Nicky Newton-King : L'une de nos forces est de revoir en permanence nos fondamentaux et de nous adapter pour satisfaire les besoins de nos clients, en constante évolution. En 2012, la mise en place d'un nouveau système de transactions boursières augmentera la rapidité d'exécution des ordres [les transactions seront 400 fois plus rapides, NDLR]. Ce nouvel outil sera mis en place par l'intermédiaire de la filiale technologique du London Stock Exchange, MillenniumIT. Il sera exploité par le JSE, ce qui nous permettra de réduire les charges d'exploitation, mais surtout de limiter le temps d'exécution des ordres.

L'environnement réglementaire mondial, notamment pour les investissements, est en pleine évolution. Quels sont les effets pour le JSE ?

La tendance réglementaire qui se fait le plus sentir au niveau des échanges mondiaux est un contrôle accru de la solidité - et notamment de la réalité des fonds propres - des entreprises offrant des services financiers. L'Afrique du Sud n'a pas encore établi de réglementation en la matière, mais le JSE s'efforce de faire de cette tendance une opportunité. En novembre, Pravin Gordhan, le ministre sud-africain des Finances, a annoncé que les sociétés étrangères cotées à Johannesburg seraient traitées comme les investisseurs nationaux. Cela confirme le rôle de tremplin du JSE pour le développement de sociétés étrangères en Afrique, et cela signifie aussi que les investisseurs institutionnels ont davantage la possibilité d'investir dans d'autres pays. Cette évolution nous permet de développer de façon plus offensive une offre accrue de possibilités d'investissement et renforce l'intérêt des indices de référence de la Bourse, qui peuvent désormais inclure les sociétés étrangères.

Dans quelle mesure la crise de la zone euro affecte-t-elle les sociétés sud-africaines ?

Un environnement financier difficile remet forcément en question la façon dont les entreprises opèrent. Nous avons constaté un ralentissement des cotations sur la plupart des marchés mondiaux, et l'Afrique du Sud ne fait pas exception. Mais nous avons aussi observé davantage d'opportunités pour des produits et des services permettant aux investisseurs de mieux gérer leurs risques.

Le JSE a proposé de travailler avec les autres places africaines et veut encourager les doubles cotations des entreprises du continent...

Même si nous avons fait un effort significatif pour améliorer notre offre africaine et renforcer nos relations avec les autres places boursières d'Afrique, nous n'avons pas suffisamment progressé sur ce terrain. Cela dit, nous avons quatorze sociétés cotées provenant du reste du continent, et nous considérons toujours notre offre africaine comme l'un des facteurs durables de notre croissance. Nous demeurons focalisés sur le développement du continent et de ses marchés de capitaux, et nous continuons d'explorer les opportunités en Afrique.

Où en est votre rapprochement avec les Bourses des Bric, annoncé en 2011 ?

Ces Bourses, qui en juin 2011 représentaient 18 % des échanges financiers dans le monde, vont créer des indices incluant des valeurs des différents pays des Brics [les Bric plus l'Afrique du Sud]. Par la suite, les pays concernés développeront des produits innovants incluant des valeurs de ces cinq pays. Nous pensons que les économies des Brics vont jouer un rôle de plus en plus important sur la scène internationale, et le JSE doit profiter des investissements dont ces marchés vont bénéficier dans le futur. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

À quoi sert Mme Zuma ?

Si Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), était japonaise, elle se confondrait en kokaishiteimass (excuses publiques) et courbettes contrites, avant de pr&[...]

Afrique du Sud : une ministre espère que Pistorius sera rejugé

La ministre sud-africaine de l'Éducation et présidente de la Ligue des femmes du parti au pouvoir, Angie Motshegka, a déclaré ce week-end qu'elle espérait qu'Oscar Pistorius serait[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius reconnu coupable d'homicide involontaire

Oscar Pistorius a été reconnu vendredi coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013.[...]

Afrique du Sud : la juge va prononcer la fin du verdict du procès Pistorius

Oscar Pistorius saura vendredi s'il est reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013. La juge sud-africaine Masipa a écarté, jeudi, la préméditation[...]

Procès Pistorius : la juge écarte la thèse du meurtre avec préméditation

La dernière étape du procès du champion sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, en février 2013, a débuté jeudi avec la lecture du[...]

Afrique du Sud : des quotas de joueurs noirs pour sauver un rugby en péril ?

En Afrique du Sud, la fédération de rugby a choisi de mettre en place une politique de quotas afin de favoriser l'intégration des joueurs et entraîneurs noirs dans les effectifs. Une question de[...]

Livres : un long chemin vers la liberté

Dans un roman saisissant, André Brink se penche sur son histoire familiale. Et narre l'horreur de l'esclavage tel qu'il se pratiquait au XIXe siècle en Afrique du Sud. Un système qu'ont combattu[...]

Afrique du Sud : le dalaï-lama, persona non grata ?

Le dalaï-lama est-il toujours persona non grata en Afrique du Sud ? Pour la troisième fois en seulement cinq ans, le leader tibétain se serait vu refuser un visa d'entrée alors qu'il devait participer[...]

Dossier : comment vivent les riches en Afrique

C'est l'histoire d'une élite pour laquelle l'argent n'est pas un problème. Une histoire faite de virées en bateau, de fêtes somptueuses, de greens où pas un brin d'herbe ne dépasse.[...]

Le golf en Afrique : une petite balle qui monte, qui monte...

Avec quelque 400 clubs, le continent gagne le coeur des amateurs de golf. Parmi les nations les plus cotées, l'Afrique du Sud, le Maroc et l'île Maurice, qui proposent des parcours à couper le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex