Extension Factory Builder

Raffinage : la lune de miel avec la Chine est-elle terminée ?

04/04/2012 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mark Elliott est le président de Citac Africa.

On a beaucoup glosé sur les relations sino-africaines en matière d'investissement. Les Chinois, sans se soucier des subtilités politiques, et animés par une soif inextinguible de matières premières, ont osé s'engager dans des accords commerciaux impensables pour les entreprises et surtout pour les banques occidentales. Ainsi, en 2010, le commerce de la Chine avec l'Afrique a enregistré une hausse de 45 %, établissant un record de 115 milliards de dollars (près de 87 milliards d'euros).

Cela ne signifie pas pour autant que chaque projet est validé par Pékin sans être passé au crible, comme en témoignent certaines décisions de retrait ou d'annulation d'investissement. Voilà qui apparaît potentiellement comme une mauvaise nouvelle pour l'industrie africaine du raffinage pétrolier. En effet, jusqu'à récemment, China National Petroleum Corporation (CNPC) semblait être le seul investisseur disposé à prendre des risques dans ce secteur sur le continent. Mais certains des accords qu'il a signés au Tchad, au Niger et en Algérie traversent aujourd'hui une zone de turbulences.

En Afrique, la hausse de la demande de produits pétroliers devrait atteindre 35 % au cours de la prochaine décennie, selon nos prévisions. Pourtant, alors que des investissements dans de meilleures et nouvelles capacités sont plus que jamais nécessaires, l'avenir des raffineries sur le continent semble sombre. Sur les 56 unités de ce type qui y sont construites, quatorze ont fermé et deux ont fusionné, ramenant la capacité à 3,2 millions de barils par jour et la production réelle à seulement 2,4 millions de barils par jour en 2010. Cela constitue un problème, puisque la demande est de 3,3 millions de barils par jour.

Parmi les nouvelles raffineries annoncées depuis 2000, quatre ont été achevées, et toutes par CNPC. On lui doit celles de Khartoum au Soudan (110 000 b/j), d'Adrar en Algérie (12 500 b/j), de N'Djamena au Tchad (20 000 b/j) et de Zinder au Niger (20 000 b/j). La Chine est aussi impliquée dans des projets d'agrandissement à Khartoum et de création d'installations en Ouganda et en Guinée équatoriale.

Certains des accords signés par CNPC au Tchad, au Niger et en Algérie traversent aujourd'hui une zone de turbulences.

CNPC devait également agrandir la raffinerie du Tchad pour porter sa capacité à 60 000 b/j, mais la polémique sur les prix des carburants a conduit le gouvernement à suspendre temporairement son accord avec la société chinoise. Selon cette dernière, le désir populiste de N'Djamena de réduire les prix à la pompe après l'ouverture de la raffinerie était un désastre pour la rentabilité du site, tandis que les Tchadiens estiment qu'ils n'ont pas à se faire forcer la main par Pékin. Une situation semblable à Adrar, ayant entraîné l'arrêt de la raffinerie pendant plusieurs mois, a récemment été réglée par la négociation.

Cela va-t-il se traduire par un ralentissement des investissements chinois dans le secteur ? Il y a quatre ans, Pékin a abandonné le projet de construction d'une raffinerie de 2 milliards de dollars à Lobito, en Angola, apparemment en raison de l'impossibilité de s'accorder avec le gouvernement du pays. Plus récemment, la partition du Soudan a fait planer de grandes incertitudes sur le projet d'agrandissement de la raffinerie de Khartoum.

Il est trop tôt pour dire si la lune de miel entre la Chine et l'Afrique est terminée. L'engagement de la première sur le continent ne fait aucun doute. Les sociétés chinoises y ont mené à bien plus de 500 projets d'infrastructures. Ces expériences récentes semblent toutefois souligner le besoin, pour Pékin, de prendre des précautions supplémentaires lors de l'appréciation du risque pays. Il est bien possible que l'on revienne à des accords plus stricts, de type « façonnage » par exemple [ensemble des opérations à forfait effectuées pour le compte d'une société pétrolière, NDLR], permettant ainsi d'éviter les problèmes, politiquement complexes, de tarification des produits pétroliers. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

BAD : un tiers des Africains font-ils réellement partie de la classe moyenne ?

BAD : un tiers des Africains font-ils réellement partie de la classe moyenne ?

L'Afrique avance, bien sûr, et se consolide de l'intérieur. Mais de là à affirmer qu'une personne sur trois appartient désormais à la classe moyenne, il y a un pas... que la BAD fra[...]

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est[...]

Développement : pourquoi l'Afrique doit réussir sa transition démographique

L'Afrique subsaharienne va-t-elle enfin entrer dans une ère de transition démographique ? Selon le rapport du Fonds des Nations unies pour la population, publié ce 18 novembre, sa population commence[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Santé : le manque de toilettes en Afrique, une "pandémie" orpheline ?

Nous sommes environ 7 milliards sur la planète. Quelque 6 milliards d'entre nous ont un téléphone portable, mais seulement 4,5 milliards d'être humains disposent de toilettes. Une situation dont plus[...]

Militaires, coups d'État et paradoxes démocratiques

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun.[...]

African Petroleum : l'encombrant Frank Timis

Stuart Lake, directeur général d'African Petroleum depuis février, tient à garder ses distances avec le fondateur du groupe, l'homme d'affaires Frank Timis australo-roumain. Au sens figuré : dans[...]

CAN 2015 : la Tunisie qualifiée, la Côte d'Ivoire se relance

La Tunisie, en faisant match nul contre le Botswana (0-0) à Gaborone, s'est qualifiée vendredi pour la CAN-2015, rejoignant ainsi l'Algérie et le Cap-Vert qui avaient obtenu leurs billets le mois dernier.[...]

Art africain : décembre tribal à Paris

Le 10 décembre, la maison de ventes aux enchères Sotheby's organise une vente d'art africain ancien intitulée "Art d'Afrique et d'Océanie".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers