Extension Factory Builder
06/04/2012 à 11:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

On ne juge pas d'un patient en chirurgien myope muni d'instruments de labour, au risque de poser un faux diagnostic. Il faut ouvrir une fiche et consulter ses antécédents. Ainsi en va-t-il du Tchad, dont un ancien président français, Jacques Chirac, croyait avoir découvert la clé de tous les problèmes en expliquant qu'il était « un espace délimité par la frontière de ses voisins ».

Un espace... Autant dire un accident historique, issu d'une diplomatie de la règle et du crayon qui aurait pu tout aussi bien cadastrer la Lune. Le résultat d'un jeu de hasard puisque à Berlin, en 1885, les puissances coloniales se partagèrent des morceaux de territoires dont nul ne savait, souvent, ce qu'ils contenaient.

Suivirent soixante-dix années de colonisation. Soixante-dix années de désintérêt, avec une administration de maintien de l'ordre qui favorisa la seule zone rentable à ses yeux - le Sud cotonnier -, au point d'inverser le déséquilibre précolonial au détriment du Nord. L'indépendance enfin, livrée en 1960 sans mode d'emploi à des cadres inexpérimentés, comme on livre un cadeau empoisonné.

Le puzzle tchadien, longtemps disjoint, commence à prendre les allures d'une mosaîque d'ensemble.

Comment être nationaliste dans un pays défini par des étrangers ? Pendant près d'un demi-siècle, cette question va demeurer, au Tchad, sans réponse. La première rébellion a éclaté cinq ans après l'indépendance, la dernière s'est éteinte il y a à peine quatre ans. Entre-temps, les armées française et libyenne ont fait du Tchad leur bac à sable, des coups d'État ont ensanglanté les murs du Palais, N'Djamena a été ravagé par la guerre civile et un avatar gorane de Pol Pot a fait de la torture un instrument de pouvoir.

Lorsqu'en décembre 1990 Idriss Déby Itno s'empare de la capitale, toutes les causes du mal tchadien, tel qu'il se posait le jour de l'indépendance, sont là, intactes. Absence de conscience nationale et de notion de l'État, tribalisme, extrême dépendance vis-à-vis de l'extérieur, mentalité d'assisté, sous-développement absolu.

Vingt et un ans plus tard, où en est le Tchad ? Jugé à l'aune de 1990, la seule qui vaille, il a incontestablement progressé, même s'il est encore bien loin du Graal de la bonne gouvernance. N'Djamena s'est métamorphosé, les différends politiques ne se règlent plus à coups de kalachnikov ou dans les cellules de la sinistre Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), une opposition désunie mais pugnace fait entendre sa voix et l'argent du pétrole a eu sur les progrès économiques et sociaux du pays des effets collatéraux incontestables.

Surtout, le puzzle que constitue la population tchadienne, longtemps disjoint, commence enfin à prendre les allures d'une mosaïque d'ensemble. Encore faut-il, pour en découvrir le dessin, prendre de la hauteur... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tchad

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers