Extension Factory Builder
06/04/2012 à 11:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

On ne juge pas d'un patient en chirurgien myope muni d'instruments de labour, au risque de poser un faux diagnostic. Il faut ouvrir une fiche et consulter ses antécédents. Ainsi en va-t-il du Tchad, dont un ancien président français, Jacques Chirac, croyait avoir découvert la clé de tous les problèmes en expliquant qu'il était « un espace délimité par la frontière de ses voisins ».

Un espace... Autant dire un accident historique, issu d'une diplomatie de la règle et du crayon qui aurait pu tout aussi bien cadastrer la Lune. Le résultat d'un jeu de hasard puisque à Berlin, en 1885, les puissances coloniales se partagèrent des morceaux de territoires dont nul ne savait, souvent, ce qu'ils contenaient.

Suivirent soixante-dix années de colonisation. Soixante-dix années de désintérêt, avec une administration de maintien de l'ordre qui favorisa la seule zone rentable à ses yeux - le Sud cotonnier -, au point d'inverser le déséquilibre précolonial au détriment du Nord. L'indépendance enfin, livrée en 1960 sans mode d'emploi à des cadres inexpérimentés, comme on livre un cadeau empoisonné.

Le puzzle tchadien, longtemps disjoint, commence à prendre les allures d'une mosaîque d'ensemble.

Comment être nationaliste dans un pays défini par des étrangers ? Pendant près d'un demi-siècle, cette question va demeurer, au Tchad, sans réponse. La première rébellion a éclaté cinq ans après l'indépendance, la dernière s'est éteinte il y a à peine quatre ans. Entre-temps, les armées française et libyenne ont fait du Tchad leur bac à sable, des coups d'État ont ensanglanté les murs du Palais, N'Djamena a été ravagé par la guerre civile et un avatar gorane de Pol Pot a fait de la torture un instrument de pouvoir.

Lorsqu'en décembre 1990 Idriss Déby Itno s'empare de la capitale, toutes les causes du mal tchadien, tel qu'il se posait le jour de l'indépendance, sont là, intactes. Absence de conscience nationale et de notion de l'État, tribalisme, extrême dépendance vis-à-vis de l'extérieur, mentalité d'assisté, sous-développement absolu.

Vingt et un ans plus tard, où en est le Tchad ? Jugé à l'aune de 1990, la seule qui vaille, il a incontestablement progressé, même s'il est encore bien loin du Graal de la bonne gouvernance. N'Djamena s'est métamorphosé, les différends politiques ne se règlent plus à coups de kalachnikov ou dans les cellules de la sinistre Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), une opposition désunie mais pugnace fait entendre sa voix et l'argent du pétrole a eu sur les progrès économiques et sociaux du pays des effets collatéraux incontestables.

Surtout, le puzzle que constitue la population tchadienne, longtemps disjoint, commence enfin à prendre les allures d'une mosaïque d'ensemble. Encore faut-il, pour en découvrir le dessin, prendre de la hauteur... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tchad

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Paix et sécurité : à Dakar, Idriss Déby Itno se lâche sur la crise libyenne

Les chefs d’État du Sénégal, du Mali, du Tchad, de la Mauritanie et le ministre français de la Défense ont clôturé mardi le Forum international sur la paix et la[...]

Torture au Tchad : des clés pour comprendre le procès

À procès exceptionnel, lieu exceptionnel. Pour accueillir les 21 accusés, la dizaine d'avocats et les centaines de victimes de la torture sous le régime Habré, le palais du 15-Janvier[...]

Torture au Tchad : un procès pour l'Histoire

Il aura fallu du temps. Vingt-quatre ans après la chute de Habré, ses anciens sbires doivent répondre de leurs crimes à N'Djamena. Plus que la police politique, la tristement[...]

Torture au Tchad - Clément Abaïfouta : "On ne s'attendait pas à un tel déni"

Clément Abaïfouta est le président de l’Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré. Lui-même victime de l'ancien régime, il assiste au procès[...]

Manuel Valls au Tchad parmi les soldats français de Barkhane

Le Premier ministre Manuel Valls entame samedi à N'Djamena une visite de deux jours aux troupes françaises engagées dans le combat contre les groupes jihadistes armés au Sahel, qui le conduira[...]

Tchad : le procès de 29 complices de Hissène Habré s'ouvre sans leurs avocats

Le procès de 29 anciens responsables de la police politique de l’ancien président Hissène Habré s’ouvre vendredi au Tchad. Un événement que les autorités veulent[...]

Tchad : grogne sociale et manifestations à N'Djamena, Moundou et Sarh

Plusieurs manifestations ont eu lieu mardi dans trois grandes villes tchadiennes. À la grève des enseignants s'ajoutent les protestations contre les hausses du prix de l'essence et le mécontentement des[...]

Litige : le Tchad conclut un accord avec le chinois CNPC

 Le Tchad a conclu un accord de 400 millions de dollars avec la compagnie pétrolière chinoise mettant un terme aux poursuites engagées contre celle-ci pour non-respect des règles[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers