Extension Factory Builder

Banque mondiale : avec Ngozi Okonjo-Iweala, les pays émergents ont leur championne

28/03/2012 à 15:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ngozi Okonjo-Iweala a déjà une expérience de plus de vingt ans au sein de la Banque mondiale. Ngozi Okonjo-Iweala a déjà une expérience de plus de vingt ans au sein de la Banque mondiale. © Nicky Loh/Reuters

Très appréciée à l'international pour sa rigueur et sa détermination, la ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, figure parmi les favoris pour succéder à Robert Zoellick à la présidence de la Banque mondiale.

Tous derrière... et elle devant ? La ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, bénéficie d'un très large soutien pour succéder à l'Américain Robert Zoellick, qui quittera la présidence de la Banque mondiale le 30 juin. La preuve ? C'est son homologue sud-africain Pravin Gordhan qui a annoncé, le 22 mars, la candidature de celle dont les pays émergents ont fait leur championne. Les prétendants avaient jusqu'au 23 mars au soir pour se déclarer. Les 25 membres du conseil d'administration de l'institution désigneront ensuite le nouveau président, sans doute en mai. José Antonio Ocampo, ex-ministre colombien des Finances, a lui aussi confirmé sa candidature.

Ngozi Okonjo-Iweala présidente de la Banque mondiale ? Sa nomination à ce poste prestigieux traduirait (enfin !) la reconnaissance par la communauté internationale de la capacité des Africains à diriger l'une des plus puissantes organisations mondiales. Première personnalité du continent, première Noire et première femme à diriger l'institution de Bretton Woods... L'Afrique en rêve. Et les pays émergents, qui font le forcing pour imposer l'un des leurs à ce poste prestigieux, pourraient contribuer à faire de ce rêve une réalité. Sous leur pression, les 187 pays membres de la Banque mondiale se sont entendus en 2011 pour que le mérite soit l'unique critère de sélection du successeur de Robert Zoellick. Une manière de modifier en douceur la règle tacite qui veut que la présidence de la banque revienne à un Américain.

Selon plusieurs sources, Renosi Mokate, qui représente l'Afrique du Sud et les pays subsahariens anglophones au conseil d'administration de la Banque mondiale, s'est rendue à Abuja pour s'entretenir avec Ngozi Okonjo-Iweala. D'autres administrateurs (celui du Brésil par exemple) ont fait étape à Aso Rock, la résidence présidentielle à Abuja, pour convaincre le chef de l'État, Goodluck Jonathan, de rendre sa liberté à sa ministre. Selon le quotidien nigérian Vanguard, les présidents sud-africain Jacob Zuma et ivoirien Alassane Ouattara ont fait la même démarche.

Dame de fer

Il faut dire que la candidature de la Nigériane a du caractère. Diplômée de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux États-Unis, Ngozi Okonjo-Iweala, 57 ans, a passé plus de vingt ans dans les couloirs de la Banque mondiale et jouit d'une solide réputation internationale. Un crédit qu'elle a renforcé comme ministre des Finances de son pays, déjà, de 2003 à 2006, sous Olusegun Obasanjo. Avec une grande fermeté - d'où son surnom de « dame de fer » -, elle a restauré les comptes de l'État, relancé la croissance et renégocié la dette du pays. Abonnée aux allers-retours Abuja-Washington, elle a réintégré la Banque mondiale comme directrice générale en 2007, appelée par Robert Zoellick, dont elle est proche. Puis, nouveau renversement en juillet 2011, lorsque Jonathan, élu président le 16 avril, la sollicite pour diriger une fois encore les Finances du Nigeria.

Et demain ? Retour à Washington, dans le fauteuil de Zoellick ? C'est compter sans la résistance des Américains, qui ont le plus grand nombre de droits de vote et n'ont pas dit leur dernier mot. À quelques mois de la présidentielle, Barack Obama ne peut abandonner la présidence de la Banque mondiale sans que les républicains le torpillent. Pour contrer la Nigériane, il a dévoilé son candidat-surprise le 23 mars : il s'agit du médecin d'origine sud-coréenne Jim Yong Kim, 52 ans, ancien directeur chargé du sida à l'Organisation mondiale de la santé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Nigeria : Boko Haram diffuse une vidéo de Shekau pour prouver qu'il est en vie

Nigeria : Boko Haram diffuse une vidéo de Shekau pour prouver qu'il est en vie

Annoncé mort par l'armée nigerianne, le chef de la secte islamique Boko Haram, Abubakar Shekau, est apparu dans un nouvel enregistrement vidéo. Il déclare notamment diriger un califat établi sur [...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Nigeria : T.B. Joshua, prophète de malheur

Sous le feu des critiques après l'effondrement d'un bâtiment abritant son Église, l'évangélique nigérian crie au complot.[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Nigeria : le pétrole, un espoir de développement étouffé par Boko Haram

Le pétrole découvert dans le nord-est du Nigeria pourrait apporter à cette région défavorisée le développement dont elle a un besoin vital, mais la rébellion du groupe[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Nigeria : les États-Unis ne croient pas à la mort de Abubakar Shekau

Un haut diplomate du département d'État américain a affirmé jeudi ne pas croire à la mort du chef du groupe islamiste Boko Haram, annoncée la veille par l'armée nigériane.[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir tué le "défunt Abubakar Shekau", chef de Boko Haram

L'armée nigériane a affirmé mercredi avoir tué le chef islamiste "qui se faisait passer dans des vidéos pour le défunt Abubakar Shekau", le chef de Boko Haram. L'information n'a[...]

Effondrement d'une église à Lagos : 5 questions sur un drame

Un nouveau bilan a porté à 115 le nombre de victimes de l’effondrement d'un immeuble appartenant à l'église évangélique Church of All Nations. La tragédie est entourée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers