Extension Factory Builder

Banque mondiale : avec Ngozi Okonjo-Iweala, les pays émergents ont leur championne

28/03/2012 à 15:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ngozi Okonjo-Iweala a déjà une expérience de plus de vingt ans au sein de la Banque mondiale. Ngozi Okonjo-Iweala a déjà une expérience de plus de vingt ans au sein de la Banque mondiale. © Nicky Loh/Reuters

Très appréciée à l'international pour sa rigueur et sa détermination, la ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, figure parmi les favoris pour succéder à Robert Zoellick à la présidence de la Banque mondiale.

Tous derrière... et elle devant ? La ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, bénéficie d'un très large soutien pour succéder à l'Américain Robert Zoellick, qui quittera la présidence de la Banque mondiale le 30 juin. La preuve ? C'est son homologue sud-africain Pravin Gordhan qui a annoncé, le 22 mars, la candidature de celle dont les pays émergents ont fait leur championne. Les prétendants avaient jusqu'au 23 mars au soir pour se déclarer. Les 25 membres du conseil d'administration de l'institution désigneront ensuite le nouveau président, sans doute en mai. José Antonio Ocampo, ex-ministre colombien des Finances, a lui aussi confirmé sa candidature.

Ngozi Okonjo-Iweala présidente de la Banque mondiale ? Sa nomination à ce poste prestigieux traduirait (enfin !) la reconnaissance par la communauté internationale de la capacité des Africains à diriger l'une des plus puissantes organisations mondiales. Première personnalité du continent, première Noire et première femme à diriger l'institution de Bretton Woods... L'Afrique en rêve. Et les pays émergents, qui font le forcing pour imposer l'un des leurs à ce poste prestigieux, pourraient contribuer à faire de ce rêve une réalité. Sous leur pression, les 187 pays membres de la Banque mondiale se sont entendus en 2011 pour que le mérite soit l'unique critère de sélection du successeur de Robert Zoellick. Une manière de modifier en douceur la règle tacite qui veut que la présidence de la banque revienne à un Américain.

Selon plusieurs sources, Renosi Mokate, qui représente l'Afrique du Sud et les pays subsahariens anglophones au conseil d'administration de la Banque mondiale, s'est rendue à Abuja pour s'entretenir avec Ngozi Okonjo-Iweala. D'autres administrateurs (celui du Brésil par exemple) ont fait étape à Aso Rock, la résidence présidentielle à Abuja, pour convaincre le chef de l'État, Goodluck Jonathan, de rendre sa liberté à sa ministre. Selon le quotidien nigérian Vanguard, les présidents sud-africain Jacob Zuma et ivoirien Alassane Ouattara ont fait la même démarche.

Dame de fer

Il faut dire que la candidature de la Nigériane a du caractère. Diplômée de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux États-Unis, Ngozi Okonjo-Iweala, 57 ans, a passé plus de vingt ans dans les couloirs de la Banque mondiale et jouit d'une solide réputation internationale. Un crédit qu'elle a renforcé comme ministre des Finances de son pays, déjà, de 2003 à 2006, sous Olusegun Obasanjo. Avec une grande fermeté - d'où son surnom de « dame de fer » -, elle a restauré les comptes de l'État, relancé la croissance et renégocié la dette du pays. Abonnée aux allers-retours Abuja-Washington, elle a réintégré la Banque mondiale comme directrice générale en 2007, appelée par Robert Zoellick, dont elle est proche. Puis, nouveau renversement en juillet 2011, lorsque Jonathan, élu président le 16 avril, la sollicite pour diriger une fois encore les Finances du Nigeria.

Et demain ? Retour à Washington, dans le fauteuil de Zoellick ? C'est compter sans la résistance des Américains, qui ont le plus grand nombre de droits de vote et n'ont pas dit leur dernier mot. À quelques mois de la présidentielle, Barack Obama ne peut abandonner la présidence de la Banque mondiale sans que les républicains le torpillent. Pour contrer la Nigériane, il a dévoilé son candidat-surprise le 23 mars : il s'agit du médecin d'origine sud-coréenne Jim Yong Kim, 52 ans, ancien directeur chargé du sida à l'Organisation mondiale de la santé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Nigeria : cinq choses à savoir sur le nouveau président Muhammadu Buhari

Nigeria : cinq choses à savoir sur le nouveau président Muhammadu Buhari

La commission électorale nigériane a annoncé mardi que le succcesseur du président sortant Goodluck Jonathan serait le principal candidat de l'opposition, Muhammadu Buhari. Retour en cinq points sur le [...]

Niger : nouvelle attaque de Boko Haram refoulée par les armées nigériennes et tchadiennes

Une nouvelle attaque de Boko Haram dans le sud-est du Niger s'est terminée comme les précédentes, selon un communiqué officiel : par de nombreuses pertes dans les rangs de la secte islamiste.[...]

Présidentielle au Nigeria : Buhari devant Jonathan, selon des résultats provisoires

La Commission électorale nigériane poursuit ce mardi l’annonce des résultats partiels des élections générales. Si Goodluck Jonathan, le président sortant, rafle la mise dans[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Présidentielle nigériane : Buhari en tête dans le Nord, suspense avant la proclamation des résultats

Les résultats complets, et toujours provisoires, ne seront annoncés, au mieux, que dans le courant de la journée. Mais d'ores et déjà, les premières annonces font état d'une[...]

Muhammadu Buhari élu président du Nigeria, selon les résultats officiels

Les résultats de l'élection présidentielle nigériane ont été publiés mardi après-midi par la commission électorale indépendante. Ils placent le candidat de[...]

Nigeria : vote jugé "démocratique" par l'UA, mais le dépouillement reste sujet à caution

Les premières tendances de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendues dans la journée. Un scrutin d'ores et déjà jugé démocratique par l'Union africaine et[...]

Boko Haram : les soldats nigérians introuvables

Les États-Unis, le Cameroun, le Tchad mais aussi désormais le Niger, s'irritent de la passivité de l'armée nigériane face à Boko Haram.[...]

Présidentielle nigériane : dépouillement sous haute tension, résultats attendus lundi

Les premiers résultats de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendus lundi. Bien que les opérations de vote aient été jugées satisfaisantes, la tension est encore palpable[...]

Nigeria : le vote se poursuit dimanche dans 300 bureaux pour une présidentielle serrée

Quelque 300 bureaux de vote ont rouvert dimanche au Nigeria, au lendemain d'une première journée marquée par de nombreux problèmes techniques, mais aussi par une forte participation à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces