Extension Factory Builder

Les trois Tunisie

28/03/2012 à 11:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Tunis, fin mars. Le pays semble coupé en deux. D'un côté, ceux qui voient en l'islam politique la solution à tous les maux, le saint pilier d'une nation qui cherche son identité, le fanal qui leur évitera écueils et tempêtes dans cette traversée à hauts risques qu'est l'après-révolution. De l'autre, ceux qui se dénomment eux-mêmes les « progressistes », attachés à un État séculier, sinon laïque, que les discours religieux et le rigorisme moral en vogue inquiètent et que les multiples dérapages de quelques fous d'Allah, qui ont oublié que la tolérance est une vertu cardinale de l'islam, effraient.

Une bipolarisation de la société tunisienne chaque jour plus marquée, sur fond de défiance réciproque et de démonstrations de force savamment organisées. Un jour, par exemple le 8 mars, date de la célébration de la Journée de la femme, les anti-islamistes défilent, nombreux, pour mettre leurs concitoyens en garde, dénoncer la dérive que connaît leur pays, refuser que leur Constitution future évoque la charia comme source de droit et défendre les acquis des femmes et le code du statut personnel. Quelques jours plus tard, sur l'avenue Habib-Bourguiba, près de 4 000 salafistes leur répondent. L'agressivité est palpable. Chaque camp tente de tester les limites de l'autre. Heureusement, le chef de l'État, Moncef Marzouki, dans un discours poignant prononcé à l'occasion de la fête de l'indépendance, le 20 mars, a tenu à rappeler que « la nation ne saurait se construire d'une seule couleur ni d'une seule matière, elle est diverse et plurielle par essence ». Sera-t-il entendu ?

Un récent sondage (institut Sigma Conseil, étude de mars 2012) vient confirmer cette fracture : 50,9 % des personnes interrogées craignent l'extrémisme religieux. Et, plus surprenant mais tout aussi significatif, apparaît un troisième camp, silencieux mais réel : celui des citoyens qui ne se reconnaissent ni dans les uns ni dans les autres - ni dans aucun parti politique, d'ailleurs. Ils représentent, tenez-vous bien, 48,8 % des sondés, soit quasiment la même proportion que celle des électeurs qui ne se sont pas rendus aux urnes le 23 octobre dernier. Ceux que personne au sein de l'échiquier politique pléthorique né après le 14 janvier ne songe à séduire ou à convaincre. Ceux qui n'ont qu'un souci en tête : leur bien-être dans une Tunisie réconciliée qui offre des perspectives à ses enfants, de l'emploi, du développement, améliorera leur pouvoir d'achat, rongé par la flambée des prix, et cessera de mettre sur le tapis ce débat sans fin sur l'identité tunisienne.

Ils ne s'intéressent plus au passé, ni à « qui a fait quoi » sous Ben Ali, ni aux querelles de leadership. Ils veulent qu'on leur parle d'avenir, de projets, de leur place dans le monde, de ce qui forgera la Tunisie de demain. Ils ne supportent plus ce dialogue de sourds et les provocations de tous bords. Mais cette troisième Tunisie qu'ils incarnent est superbement ignorée par les deux premières. Jusqu'à quand ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

CAN 2015 : 'C'est un exploit pour la nation', disent les Congolais

CAN 2015 : "C'est un exploit pour la nation", disent les Congolais

L'émotion était très forte dans le vestiaire congolais dimanche après la victoire face au Burkina Faso (2-1), synonyme de qualification pour les quarts de finale de la CAN. Une première depuis[...]

C'est la CAN des surprises, le Congo et la Guinée équatoriale en quarts !

Le Congo, vainqueur du Burkina Faso (2-1), et la Guinée équatoriale, tombeur du Gabon (2-0), sont tous les deux qualifiés pour les quarts de finale dans le groupe A. Les Diables rouges terminent à la pr[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui pourra[...]

RCA : le ministre de la Jeunesse et des Sports, Armel Ningatoloum Sayo, a été kidnappé à Bangui

Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, a été enlevé dimanche à Bangui par des hommes armés.[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée. To[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Nigeria: Boko Haram s'empare de Monguno et attaque Maiduguri

De violents combats opposaient dimanche l'armée nigériane à des combattants de Boko Haram dans la ville de Maiduguri, fief historique des islamistes dans le nord-est du Nigeria, ainsi qu'à Monguno, pl[...]

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

La loi électorale à l'origine de violences meurtrières en République démocratique du Congo devait être adoptée dimanche par le Parlement, où le camp du président Jose[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours ap[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième a[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4è anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdelfatah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n'est plus qu'à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers