Extension Factory Builder

Maroc : Ramsès Arroub, reparti pour un tour avec Wafa Assurance ?

29/03/2012 à 17:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ramsès Arroub, patron de Wafa assurance. Ramsès Arroub, patron de Wafa assurance. © Wafa Assurance

Sous la tutelle d'Attijariwafa Bank, le patron marocain de Wafa Assurance a dopé les performances du numéro un du secteur. À 46 ans, il entame la dernière année de son mandat... avant un probable renouvellement.

L'année 2012 sera importante pour Ramsès Arroub. Dans un an, le PDG de Wafa Assurance verra son mandat arriver à échéance. Il aura alors présidé pendant plus de cinq ans aux destinées du numéro un de l'assurance au Maroc, filiale d'Attijariwafa Bank (79 % du capital). A priori, la probabilité qu'il ne soit pas reconduit à son poste semble infime, car les résultats sont là : un chiffre d'affaires en hausse de 49 % en quatre exercices, des bénéfices en progression de 34 % et une place de numéro un affirmée, puis confirmée.

En 2007, lorsqu'il embarque sur le navire Attijariwafa, la société d'assurances a déjà rattrapé celle qui l'avait dépassée quelques années plus tôt, RMA Watanya, filiale du groupe FinanceCom (BMCE Bank). Mais elle ne l'a pas encore doublée. C'est sous la houlette de Ramsès Arroub que l'objectif est atteint, dès 2008. Le numéro trois, Axa Assurance Maroc, pourtant filiale du groupe français leader mondial du secteur, est définitivement distancé.

Profil

-46 ans

-Diplômé de Polytechnique et de l'École des mines de Paris

-Début de carrière au sein du cabinet d'audit Arthur Andersen

-Passage par l'enseignement supérieur, en France

-Ancien de CFG Group et de Saham

Si Wafa en est arrivé là, c'est notamment parce que, depuis l'arrivée de Ramsès Arroub, quelque chose a changé. Lorsque ce diplômé des meilleures écoles françaises (Polytechnique et Mines de Paris) rejoint le premier groupe bancaire du pays, il a certes déjà acquis une solide expérience au sein de la banque d'affaires CFG Group et du holding Saham, où il a occupé différentes fonctions - notamment au sein de CNIA Assurance -, participant largement au plan de redressement d'Essaada, un assureur repris par le groupe. Mais - et c'est peut-être le plus important - il arrive aussi dans les bagages du nouveau patron d'Attijariwafa.

Dans le cadre d'une réorganisation de la banque, Mohamed El Kettani décide de prendre directement sous son aile Wafa et son dirigeant. « La compagnie a fait de la bancassurance son fer de lance au cours des dernières années, bénéficiant des synergies développées avec le réseau de sa maison mère », souligne-t-on à BMCE Capital Bourse. La société d'assurances est aujourd'hui le deuxième contributeur aux bénéfices du groupe bancaire, après l'activité de banque de détail au Maroc.

Une réussite flagrante

Conséquence logique : en épargne et prévoyance, Wafa écrase le marché, avec, en 2010, une part de 34 % sur l'assurance vie. En parallèle, l'entreprise est également parvenue à doper sa position dans l'assurance automobile, principal créneau pour les assureurs marocains. Et en 2011, Ramsès Arroub a frappé fort en finalisant un partenariat entre Attijariwafa et le leader français de l'assistance, Inter Mutuelles Assistance (IMA). Wafa IMA Assistance, qui propose des produits de droit européen aux Africains installés à l'étranger, devrait constituer un important réservoir de croissance pour l'assureur marocain.

En 2011 il a frappé fort en finalisant un partenariat avec IMA, leader français de l'assistance.

Des grands patrons des assurances au Maroc, Ramsès Arroub est, avec Moulay Hafid Elalamy (PDG de Saham et actionnaire de CNIA Saada), l'un de ceux dont la réussite est la plus flagrante.

Le troisième big boss du secteur, Fouad Douiri, a décidé tout récemment de tirer - provisoirement ? - sa révérence en quittant la direction de RMA Watanya pour entrer dans le gouvernement Benkirane. Moulay Hafid Elalamy, de son côté, a mis le cap sur l'Afrique en reprenant fin 2010 l'ivoirien Colina. FinanceCom lui a emboîté le pas, en officialisant un an plus tard sa décision de créer une nouvelle société d'assurances consacrée à l'Afrique, accompagnant notamment le réseau bancaire Bank of Africa. Ramsès Arroub sera-t-il également de cette partie ? Alors qu'Attijariwafa ne cache plus ses intentions de compléter son dispositif bancaire panafricain par une palette de services financiers, la réponse semble positive.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi : inn[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers