Extension Factory Builder

Guinée - Cellou Dalein Diallo : "L'Histoire jugera la qualité du scrutin, pas son résultat"

28/03/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UDFG). Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UDFG). © Vincent Fournier/J.A.

Battu au second tour de la présidentielle guinéenne, Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG, est l'un des opposants les plus intransigeants. En particulier pour ce qui a trait à l'organisation des législatives.

Issu d'une grande famille d'imams de l'ethnie peule du village de Dalein (Fouta-Djalon), Cellou Dalein Diallo, 60 ans, économiste de formation, a fait partie du gouvernement pendant dix ans sous Lansana Conté. Succes­sivement ministre des Transports, de l'Équipement, des Travaux publics, de la Pêche, puis Premier ministre de décembre 2004 jusqu'à son limogeage, sur fond de lutte d'influence, en avril 2006. Président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) depuis 2007, il est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, le 27 juin 2010, avant de s'incliner, le 7 novembre, face à Alpha Condé (52,52 % des suffrages exprimés). Alors que le dialogue engagé en décembre dernier entre le pouvoir et l'opposition patine, le leader de l'UFDG a adopté une ligne qualifiée de plus en plus radicale.

Jeune Afrique : Quel bilan faites-vous des quinze premiers mois du mandat du chef de l'État ?

Cellou Dalein Diallo : C'est un bilan plutôt négatif, dans la mesure où Alpha Condé n'a pas comblé les attentes des Guinéens, moins encore celles de la classe politique. Nous nous attendions à ce que son expérience de quarante ans de lutte pour la démocratie favorise l'instauration d'un État de droit. Malheureusement, il semble plus préoccupé par la victoire de son parti, le RPG [Rassemblement du peuple de Guinée, NDLR], aux législatives. À nos yeux, ces élections sont une urgence, mais la majorité présidentielle ne semble pas pressée d'y aller.

Alpha Condé n'a comblé ni les attentes des Guinéens ni celles des politiques.

Il semble qu'elles pourraient se tenir en juillet, pourtant vous menacez de les boycotter si vos revendications, notamment la recomposition de la commission électorale, ne sont pas satisfaites ?

Le boycott sera actif parce qu'on ne peut pas prendre ce pays en otage après tant d'années de combat pour la démocratie. Des dizaines de jeunes ont été tués au pont du 8-Novembre en 2007 ; plus de 150 personnes sont mortes au stade du 28-Septembre en 2009... Cet engagement de la société civile, ce sacrifice en vies humaines, ce n'était pas pour qu'Alpha, Sidya [Touré, le candidat de l'Union des forces républicaines] ou Cellou deviennent présidents. C'était pour que la Guinée soit démocratique et que les droits de l'homme y soient respectés.

Certains font remarquer que des législatives ont été organisées au Gabon et en Côte d'Ivoire sans l'opposition et comptent en faire autant ici. Mais le contexte est différent. Les formations regroupées au sein du Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et de l'Alliance pour la démocratie et le progrès ont représenté 70 % des suffrages exprimés au premier tour de la présidentielle, le 27 juin 2010...

Que répondez-vous à ceux qui vous disent président d'un "parti peul" ?

Mes détracteurs ne manquent pas de rappeler que j'aurais déclaré : « C'est le tour des Peuls. » C'est faux, jamais je n'ai dit cela. Mon parti est un parti national et transversal. Vous pouvez vérifier la composition des structures pour vous en convaincre. Vous pouvez relire tous mes discours et décrypter tous les actes que je pose. Lors de la campagne présidentielle, j'ai visité toutes les circonscriptions et j'ai délivré le même discours d'unité partout. J'ai effectivement fait le plein de voix dans ma région d'origine, mais je suis aussi arrivé en première position à Kindia, en Basse-Guinée, et à Siguiri, en Haute-Guinée, dans la région d'Alpha Condé.

Tout ce que je souhaite, c'est que ce dernier fasse en sorte que soient organisées des élections crédibles, autrement, le chantier de la réconciliation n'avancera pas. Son image de leader historique, combattant pour la démocratie, n'en sera que renforcée. L'Histoire ne le jugera pas sur le score du RPG mais sur la qualité des élections.

___

Propos recueillis à Conakry par André Silver Konan

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600 m[...]

Selon l'OMS, l'épidémie de virus Ebola "peut être stoppée" en Afrique de l'Ouest

Après une accalmie au mois d'avril, la grave épidémie de virus Ebola qui touche l'Afrique de l'Ouest est repartie à la hausse ces derniers jours. Selon des responsables de l'OMS, celle-ci peut encore[...]

Ebola : l'Afrique de l'Ouest réunie à Accra pour riposter à l'épidémie

L'Afrique de l'Ouest, dont onze pays sont réunis à Accra en compagnie d'experts internationaux mercredi et jeudi, tente de riposter à l'épidémie d'Ebola qui a déjà fait 467 morts[...]

Guinée : Ebola, la fièvre monte à Conakry

Ebola tue maintenant au Liberia et en Sierra Leone, mais c'est toujours la Guinée qui paie le plus lourd tribut. Reportage dans un hôpital de Conakry, où l'on se bat pour sauver des vies.[...]

Guinée : polémique entre Alpha Condé et MSF autour de l'épidémie d'Ebola

Le torchon brûle entre le président guinéen, Alpha Condé, et l'organisation Médecins sans frontières (MSF). Lundi 23 juin, celle-ci avait ainsi estimé que l'épidémie[...]

Ebola : l'épidémie est "hors de contrôle" en Afrique de l'Ouest, selon MSF

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a affirmé lundi que la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone comptaient "60 foyers actifs" de fièvre hémorragique, en grande partie due au[...]

Massacre du 28 septembre en Guinée : "Il y a aura une justice nationale", assure Cheick Sako

Une semaine après les déclarations du Général Sékouba Konaté - qui affirme avoir déposé auprès de la Cour pénale internationale (CPI) une liste de noms de[...]

Hausse des cas d'Ebola en Guinée

Une hausse des cas de fièvre hémorragique, essentiellement due au virus Ebola, suscite l'inquiétude des Guinéens, pays le plus affecté par l'épidémie qui affecte aussi la Sierra[...]

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Ebola continue de se propager dans trois pays d'Afrique de l'Ouest. Le bilan s'alourdissant, l'épidémie actuelle est d'ores et déjà la[...]

Massacre du 28 septembre en Guinée : le Tigre, Sékouba Konaté, montre les dents

Le général Sékouba Konaté affirme avoir transmis à la CPI les noms des "véritables commanditaires" du massacre du 28 septembre 2009. La meilleure défense,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers