Extension Factory Builder

France - Algérie : les accords d'Évian, d'hier à aujourd'hui

12/03/2012 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Benjamin Stora, historien, spécialiste du Maghreb et Renaud de Rochebrune, journaliste et écrivain.

Que s'est-il vraiment passé le 19 mars 1962, avec l'entrée en vigueur des accords d'Évian ? Pour les pieds-noirs, ils signifient que la France et, surtout, son armée vont se retirer d'Algérie, puisqu'il y aura un référendum, donc l'indépendance. Ainsi s'annonce la fin d'une histoire, celle de l'Algérie française. D'où une très grande inquiétude, une grande angoisse. La seule question qu'ils se posent alors : faut-il partir ? Pour les appelés du contingent, ces accords provoquent en revanche une énorme explosion de joie. Car ils veulent dire tout simplement : c'est fini, on rentre à la maison.

Pour les combattants algériens de l'intérieur, la plupart ne sont tout simplement pas au courant. Ils mettront plusieurs jours, certains plus, à apprendre l'existence du cessez-le-feu. En revanche, du côté de l'« armée de frontières », on apprend instantanément l'issue d'Évian. Les soldats comme tous les réfugiés sont contents. La perspective de la réouverture prochaine de la frontière est ce qui les intéresse le plus : on pourra bientôt rentrer en Algérie.

Du côté des dirigeants militaires, en revanche, tous ne se réjouissent pas. Le chef de l'état-major général (EMG), Houari Boumédiène, se déclare opposé aux accords. Il estime que c'est un mauvais compromis, que l'on ne devait pas négocier de cette façon, qu'il s'agit d'une ruse des Français pour rester en Algérie. L'armée française ne va-t-elle pas continuer de se maintenir dans une partie du Sahara et à Mers el-Kébir ? Mais cette attitude s'explique aussi par le fait que l'EMG n'est alors pas en position de force face au Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et veut gagner du temps. D'autant que les militaires, très nationalistes et très méfiants vis-à-vis de la France, n'ont pas été associés directement aux négociations et ne peuvent alors se prévaloir de la victoire.

La plupart des politiques algériens, en particulier Krim Belkacem et Benyoucef Benkhedda, sont pour leur part favorables à ces accords. On a obtenu ce qu'on voulait, disent-ils, avec ce référendum d'autodétermination qui va amener l'indépendance, d'autant qu'on a évité le risque de la partition puisqu'on garde le Sahara - cette partition étant le principal point sur lequel pouvaient achopper les négociations.

Et après ? Au lendemain des accords, il n'y a aucune manifestation de joie dans les rues en Algérie. Tout le monde reste terré chez soi, notamment parce que l'OAS [Organisation de l'armée secrète, NDLR], qui pense que le 19 mars a marqué le début d'une autre guerre, contre-révolutionnaire, se déchaîne. Les Algériens se demandent si le référendum aura bien lieu, si ce n'est pas pour Paris surtout un moyen de gagner du temps. La grande majorité des pieds-noirs, après la fusillade la rue d'Isly, le 26 mars 1962, où plusieurs dizaines d'entre eux sont tués par l'armée française, se rend vraiment compte que c'est le début de la fin. Dès avril-mai, les « Européens » prennent d'assaut les bateaux et les avions vers la métropole. L'OAS perd son soutien populaire. Elle continue les attentats, mais la situation lui échappe. Sa tentative de négocier avec le FLN [Front de libération nationale] en juin ne donnera aucun véritable résultat.

Que représentera le 19 mars après la guerre ?

En France, la commémoration sera portée à bout de bras pendant une trentaine d'années par les associations d'anciens combattants. Du côté des Algériens, les négociateurs et le GPRA se félicitent de l'issue des pourparlers. Quant aux militaires, on le sait, ils n'ont aucune raison de célébrer cette date, qui n'est en fin de compte pour aucun Algérien celle de la fin de la guerre.

Aujourd'hui ? En France, la commémoration est très contestée, puisque les accords n'ont pas marqué la fin des violences. En Algérie, la date est encore moins consensuelle. Parce que l'OAS a poursuivi ses actions meurtrières. Mais aussi et surtout parce que les dirigeants, à commencer par Houari Boumédiène, qui ont pris le pouvoir après l'indépendance en l'emportant sur le GPRA, n'ont jamais eu envie que l'on parle d'Évian. Voilà pourquoi, en Algérie, la seule date incontestée à célébrer reste celle de l'indépendance « officielle ». Que l'on commémore, depuis cinquante ans, le 5 juillet.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Burkina Faso : le potentiel est là

Forum-Tribunes Article précédent :
Pour une refondation de la démocratie sénégalaise

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Moi, Fathy le Fou, maître du 'trait pourri'

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec u[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Le crédit à la consommation de retour en Algérie

 Le gouvernement algérien a adopté le décret restaurant le crédit à la consommation, après une suspension de plus de cinq ans. Réservé aux produits nationaux, il devrait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers