Extension Factory Builder

Accords d'Évian : les raisons du désamour algérien

26/03/2012 à 08:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Daho Djerbal est historien, maître de conférences à l'université Alger-2.

Les accords d'Évian ont-ils été, et sont-ils restés, une grande date pour les Algériens ? Même si on ne peut généraliser, la réponse est plutôt négative.

Pour les autorités, tout d'abord, c'est une vieille histoire, d'autant qu'ils ont ensuite donné lieu à des renégociations et à des changements de position. S'ils ont en effet permis une continuité des services publics et une coopération française fort utile à l'indépendance, des événements importants les ont en grande partie remis en question. Dès mars 1963, il y a eu les décrets sur les biens vacants et les récupérations des terres des colons, qui ont été en quelque sorte nationalisés. Puis, après 1965 et l'arrivée au pouvoir de Houari Boumédiène, diverses crises entre les deux pays ont finalement conduit à la nationalisation des ressources du sol et du sous-sol. Il n'est alors plus resté grand-chose d'Évian, sinon des accords consulaires concernant les biens et les personnes.

Pour la société algérienne, ensuite, Évian est très loin. Trois Algériens sur quatre sont nés après 1962, et il n'y a eu, depuis, quasiment aucune transmission de ce moment de l'Histoire, non seulement pour faire connaître les clauses des accords, mais encore moins sur les conditions dans lesquelles ils ont été signés. Pas très loin de là où j'habite à Alger, juste en face du lycée français, un petit monument pour commémorer le 19 mars 1962, « le jour de la victoire », a été construit dans les années 1990. Il est rapidement devenu « une sorte de dépotoir ». C'est significatif. Pour comprendre cette situation, il faut également rappeler que les accords d'Évian, négociés par les émissaires du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), n'ont pas mis fin aux hostilités, du fait de l'OAS [Organisation de l'armée secrète, NDLR]. Mais surtout, ils n'ont pas fait l'unanimité du côté algérien.

Néanmoins, cela ne veut pas dire qu'ils auraient pu être négociés autrement, qu'on aurait pu aboutir à autre chose. Non, toutes les archives que l'on peut consulter incitent à penser qu'ils ont surtout été instrumentalisés, qu'ils ont servi d'arme politique dans une lutte pour le pouvoir. Une anecdote résume parfaitement cette confrontation. Lors d'examens universitaires, il y a près d'une dizaine d'années, l'intitulé d'un sujet d'histoire était le suivant : « Les accords d'Évian sont pour certains le couronnement de la révolution et pour d'autres une remise en question de la proclamation de novembre 1954. Commentez. » Ceux qui ont retenu et argumenté la deuxième option ont eu les meilleures notes...

Rien d'étonnant, dans ces conditions, à ce que l'on fête si peu aujourd'hui ce cinquantième anniversaire. Pour ne pas replonger dans la narration des affrontements fratricides de 1962 ? Sans doute. Pour ne pas évoquer, même indirectement, le début d'un divorce entre les autorités du pays et la société qui remonte à cette période ? Probable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté [...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

L'algérien Cevital va racheter le numéro deux italien de l'acier

Cevital a été retenu pour la reprise des aciéries Lucchini de Piombino, n° 2 en Italie.  Le groupe algérien a présenté un programme d'investissements de l'ordre de 400 millions[...]

Carrefour fait son retour en Algérie

 Cinq ans après l'échec d'une précédente implantation, la marque Carrefour fait son retour en Algérie et prépare l'ouverture d'un hypermarché en mars prochain à Alger,[...]

Algérie : un des assassins du Français Hervé Gourdel a été tué par l'armée

Le ministre algérien de la Justice a annoncé mercredi qu'un des assassins d'Hervé Gourdel avait été tué dans une opération de l'armée. Le touriste français avait[...]

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces