Extension Factory Builder

Accords d'Évian : les raisons du désamour algérien

26/03/2012 à 08:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Daho Djerbal est historien, maître de conférences à l'université Alger-2.

Les accords d'Évian ont-ils été, et sont-ils restés, une grande date pour les Algériens ? Même si on ne peut généraliser, la réponse est plutôt négative.

Pour les autorités, tout d'abord, c'est une vieille histoire, d'autant qu'ils ont ensuite donné lieu à des renégociations et à des changements de position. S'ils ont en effet permis une continuité des services publics et une coopération française fort utile à l'indépendance, des événements importants les ont en grande partie remis en question. Dès mars 1963, il y a eu les décrets sur les biens vacants et les récupérations des terres des colons, qui ont été en quelque sorte nationalisés. Puis, après 1965 et l'arrivée au pouvoir de Houari Boumédiène, diverses crises entre les deux pays ont finalement conduit à la nationalisation des ressources du sol et du sous-sol. Il n'est alors plus resté grand-chose d'Évian, sinon des accords consulaires concernant les biens et les personnes.

Pour la société algérienne, ensuite, Évian est très loin. Trois Algériens sur quatre sont nés après 1962, et il n'y a eu, depuis, quasiment aucune transmission de ce moment de l'Histoire, non seulement pour faire connaître les clauses des accords, mais encore moins sur les conditions dans lesquelles ils ont été signés. Pas très loin de là où j'habite à Alger, juste en face du lycée français, un petit monument pour commémorer le 19 mars 1962, « le jour de la victoire », a été construit dans les années 1990. Il est rapidement devenu « une sorte de dépotoir ». C'est significatif. Pour comprendre cette situation, il faut également rappeler que les accords d'Évian, négociés par les émissaires du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), n'ont pas mis fin aux hostilités, du fait de l'OAS [Organisation de l'armée secrète, NDLR]. Mais surtout, ils n'ont pas fait l'unanimité du côté algérien.

Néanmoins, cela ne veut pas dire qu'ils auraient pu être négociés autrement, qu'on aurait pu aboutir à autre chose. Non, toutes les archives que l'on peut consulter incitent à penser qu'ils ont surtout été instrumentalisés, qu'ils ont servi d'arme politique dans une lutte pour le pouvoir. Une anecdote résume parfaitement cette confrontation. Lors d'examens universitaires, il y a près d'une dizaine d'années, l'intitulé d'un sujet d'histoire était le suivant : « Les accords d'Évian sont pour certains le couronnement de la révolution et pour d'autres une remise en question de la proclamation de novembre 1954. Commentez. » Ceux qui ont retenu et argumenté la deuxième option ont eu les meilleures notes...

Rien d'étonnant, dans ces conditions, à ce que l'on fête si peu aujourd'hui ce cinquantième anniversaire. Pour ne pas replonger dans la narration des affrontements fratricides de 1962 ? Sans doute. Pour ne pas évoquer, même indirectement, le début d'un divorce entre les autorités du pays et la société qui remonte à cette période ? Probable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte[...]

L'Algérie, diplomate au long cours

Principal artisan du dialogue intermalien, Alger a été mandaté pour piloter la médiation entre les belligérants libyens. Un rôle de facilitateur dans lequel le pays a toujours[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Algérie - France : où en est l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Au lendemain de l'opération d'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine, assassinés en 1996 en Algérie, où en est l'enquête ? Décryptage avec notre journaliste[...]

Algérie : l'intouchable Abdelghani Hamel

Ses propres troupes se sont retournées contre lui. Mais le chef de la police nationale Abdelghani Hamel peut compter sur le soutien du président Bouteflika.[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Algérie : l'autoroute sans fin

Censée relier le pays à ses voisins - le Maroc à l'ouest et la Tunisie à l'est -, elle devait être livrée intégralement à la fin de 2009. Mais un scandale de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers