Extension Factory Builder

Accords d'Évian : les raisons du désamour algérien

26/03/2012 à 08:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Daho Djerbal est historien, maître de conférences à l'université Alger-2.

Les accords d'Évian ont-ils été, et sont-ils restés, une grande date pour les Algériens ? Même si on ne peut généraliser, la réponse est plutôt négative.

Pour les autorités, tout d'abord, c'est une vieille histoire, d'autant qu'ils ont ensuite donné lieu à des renégociations et à des changements de position. S'ils ont en effet permis une continuité des services publics et une coopération française fort utile à l'indépendance, des événements importants les ont en grande partie remis en question. Dès mars 1963, il y a eu les décrets sur les biens vacants et les récupérations des terres des colons, qui ont été en quelque sorte nationalisés. Puis, après 1965 et l'arrivée au pouvoir de Houari Boumédiène, diverses crises entre les deux pays ont finalement conduit à la nationalisation des ressources du sol et du sous-sol. Il n'est alors plus resté grand-chose d'Évian, sinon des accords consulaires concernant les biens et les personnes.

Pour la société algérienne, ensuite, Évian est très loin. Trois Algériens sur quatre sont nés après 1962, et il n'y a eu, depuis, quasiment aucune transmission de ce moment de l'Histoire, non seulement pour faire connaître les clauses des accords, mais encore moins sur les conditions dans lesquelles ils ont été signés. Pas très loin de là où j'habite à Alger, juste en face du lycée français, un petit monument pour commémorer le 19 mars 1962, « le jour de la victoire », a été construit dans les années 1990. Il est rapidement devenu « une sorte de dépotoir ». C'est significatif. Pour comprendre cette situation, il faut également rappeler que les accords d'Évian, négociés par les émissaires du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), n'ont pas mis fin aux hostilités, du fait de l'OAS [Organisation de l'armée secrète, NDLR]. Mais surtout, ils n'ont pas fait l'unanimité du côté algérien.

Néanmoins, cela ne veut pas dire qu'ils auraient pu être négociés autrement, qu'on aurait pu aboutir à autre chose. Non, toutes les archives que l'on peut consulter incitent à penser qu'ils ont surtout été instrumentalisés, qu'ils ont servi d'arme politique dans une lutte pour le pouvoir. Une anecdote résume parfaitement cette confrontation. Lors d'examens universitaires, il y a près d'une dizaine d'années, l'intitulé d'un sujet d'histoire était le suivant : « Les accords d'Évian sont pour certains le couronnement de la révolution et pour d'autres une remise en question de la proclamation de novembre 1954. Commentez. » Ceux qui ont retenu et argumenté la deuxième option ont eu les meilleures notes...

Rien d'étonnant, dans ces conditions, à ce que l'on fête si peu aujourd'hui ce cinquantième anniversaire. Pour ne pas replonger dans la narration des affrontements fratricides de 1962 ? Sans doute. Pour ne pas évoquer, même indirectement, le début d'un divorce entre les autorités du pays et la société qui remonte à cette période ? Probable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Ramtane Lamamra : 'Un accord dans cent jours' sur le Nord-Mali

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première im[...]

Algérie : les Fennecs envoient 100 000 dollars "aux enfants de Gaza"

Selon un communiqué officiel publié dimanche, les Fennecs ont décidé d'octroyer un don de 10 millions de dinars, soit 100 000 dollars, aux enfants de Gaza. Le même texte a également[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Algérie : onze femmes et un ballon

À l'heure où la planète foot salue le parcours des Fennecs au Mondial 2014, l'équipe féminine de la ville de Relizane poursuit son règne sans partage. Récit d'une saga[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Algérie : 7 membres des forces de sécurité tués dans un attentat à la bombe

Trois soldats et quatre gardes communaux ont été tués samedi soir dans l'explosion d'une bombe dans la région de Sidi Bel-Abbès, dans l'ouest de l'Algérie, a annoncé dimanche le[...]

Tibéhirine : Alger réclame l'audition d'ex-membres des services secrets français

Alger a demandé l'audition de deux anciens membres des services secrets français dans l'enquête sur l'assassinat des moines de Tibéhirine, retardant d'autant une visite prévue depuis des mois en[...]

Algérie : Juifs, chrétiens... Comment le pays encadre les religions minoritaires

Réouverture annoncée des synagogues et célébration de la diversité culturelle de l'Algérie, l'actuel ministre algérien des Affaires religieuses se veut le ministre de "toutes[...]

Mondial 2014 : l'Algérie en petite finale... grâce à son arbitre

L'Algérie sera représentée dans le dernier carré de la Coupe du monde au Brésil grâce à son arbitre Djamel Haimoudi, qui officiera dans le match pour la troisième place, entre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers