Extension Factory Builder
19/03/2012 à 12:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le rôle d'un journal d'information n'est pas seulement de faire éclater, quand il le peut et parce qu'il le doit, tel ou tel scandale forcément médiatique, mais aussi et surtout de suivre jusque dans la chambre les pas de ceux qui cherchent à en étouffer les conséquences. D'où cette question : que s'est-il passé, sur le plan judiciaire et financier, pour les principaux auteurs et bénéficiaires des détournements massifs - plus de 30 milliards de F CFA - opérés au sein de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac) ? Deux ans et demi après la révélation de ce fric-frac par Jeune Afrique, la réponse est consternante : rien. Aucun jugement n'a eu lieu, aucune condamnation n'a été prononcée, la Beac n'a jamais cherché sérieusement à récupérer l'argent volé et les protagonistes de cette affaire sont tous en liberté, à l'exception d'un seul, un simple lampiste, oublié au fond d'une geôle centrafricaine.

Tous, donc, vaquent tranquillement à leurs occupations. L'un s'est fait élire député chez lui avec l'appui de son président, point de départ, on l'imagine, d'une nouvelle carrière et d'une nouvelle virginité. Un autre jouit paisiblement de sa retraite et compte bien, toute honte bue, obtenir de son ex-employeur qu'il lui offre un parachute doré. Un troisième dirige sans sourciller le cabinet d'un grand chef de la région. Un quatrième continue de jouer dans son pays à l'opposant pourfendeur de mauvaise gouvernance... Quant au mécano du hold-up, relâché en catimini après quelques semaines de prison, il a été signalé tout récemment à Paris en train de procéder à de discrètes opérations immobilières pour le compte de... la Beac.

L'impunité étant la règle et aucune leçon n'ayant apparemment été tirée du scandale, rien d'étonnant à ce que la gestion actuelle de la Banque centrale paraisse toujours aussi opaque, ni à ce que demain les mêmes causes reproduisent les mêmes effets. Pourquoi d'ailleurs en serait-il autrement, quand on sait que le patron de l'une des plus grandes institutions régionales, après avoir encaissé ses vertigineuses indemnités de départ, continue de toucher son très confortable salaire et de diriger ladite institution, non pas depuis le siège de cette dernière, mais depuis son domicile, où il est officiellement en mission - c'est-à-dire entièrement pris en charge ? Cela fait un an que ça dure, et, manifestement, nul ne songe à s'en plaindre.

Soyons lucides, quitte à choquer : ce type d'aberration ne se rencontre plus guère, sur le continent, qu'en Afrique centrale, et il serait temps que les dirigeants de cette région se penchent sérieusement sur ce qui apparaît comme une spécificité aussi malsaine qu'inexplicable. Les hommes n'y sont pas plus corruptibles qu'ailleurs, le pétrole qui y coule n'est pas en soi une malédiction et les chefs d'État n'y ont pas moins, a priori, le souci de l'intérêt public. En Afrique centrale, comme partout, l'argent n'a pas d'odeur. Mais pour beaucoup de responsables politiques et économiques de la région, il n'a pas non plus d'honneur. Serait-ce là l'explication ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Centrale

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Le conseil d’administration de l'assureur camerounais Chanas Assurances vient de relever Henri Ewelé de son poste de directeur général. Il a été remplacé par Albert Pamsy, sept mois [...]

Pour redorer son blason, Dan Gertler s'adjoint les services d'un aristocrate britannique

Pour se refaire une respectabilité, le controversé Dan Gertler, qui a fait fortune dans les mines congolaises, a fait appel à Lord Mancroft, membre de la Chambre des lords et dirigeant d'une[...]

Cinq opérateurs présélectionnés pour le port polyvalent de Kribi

La liste des cinq entreprises pré-qualifiées pour l'exploitation et la maintenance des installations et équipements du futur terminal polyvalent de Kribi est désormais connue. Parmi[...]

Inga 3 : la Banque mondiale donne 73,1 millions de dollars

Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé le 20 mars un don de 73,1 millions de dollars en faveur de la RD Congo. Les fonds serviront à l'assistance technique pour le[...]

Cameroun : tour de chauffe au Gicam

André Fotso tentera le 26 mars d'allonger le mandat du conseil exécutif du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam). L'occasion pour les partisans et les adversaires du patron des patrons de se compter avant[...]

Gabon : accord de 2,3 milliards de dollars avec le Maroc pour la production d'engrais

Le Gabon et le Maroc ont conclu deux accords de partenariat pour la production d’engrais phosphatés. Ce projet prévoit la construction de deux complexes industriels dans les deux pays pour un investissement de[...]

Société générale coincée en Guinée équatoriale

Société générale ne parvient pas à se défaire de sa filiale équato-guinéenne qu'il cherche à revendre depuis 2010. Le candidat le plus sérieux, Bank of Africa,[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza réclame un "soutien massif" de la communauté internationale

La présidente de transition de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a affirmé lundi à Kinshasa que la stabilisation de son pays ne pourrait se faire dans les délais prévus[...]

Les actionnaires de Viettel Cameroun trouvent un compromis

Un compromis a été trouvé entre Bestinver Cameroon et le vietnamien Viettel, les actionnaires principaux de Viettel Cameroun. BestCam conserve ses parts du capital (30%) et l'opérateur[...]

Gicam : le jeu trouble d'André Fotso

La démission de Marème Malong du conseil exécutif du Groupement interpatronal du Cameroun relance la controverse sur les ambitions d'André Fotso, le patron du Gicam.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces