Extension Factory Builder

Burkina Faso : Assimi Kouanda, le choix de Compaoré

21/03/2012 à 13:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le nouveau patron du CDP, Assimi Kouanda. Le nouveau patron du CDP, Assimi Kouanda. © D.R.

Le président du Burkina Faso Blaise Compaoré a placé son directeur de cabinet à la tête du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le 4 mars. Signe d'une reprise en main de son parti avant les élections locales, en novembre prochain.

C'est le choix de la confiance et de la fidélité. En plaçant son directeur de cabinet, Assimi Kouanda, à la tête du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, au pouvoir), le 4 mars, le chef de l'État burkinabè reprend en main un parti confronté à de vives dissensions internes à l'approche des élections locales de la fin de l'année et à l'aube d'une éventuelle mais délicate révision constitutionnelle.

Blaise Compaoré manifeste clairement son désir d'injecter du sang neuf à la tête de son parti. Ainsi, le bureau exécutif du CDP compte désormais 14 femmes sur un total de 38 membres, et un bon nombre de quadras. Il y a aussi placé son frère cadet et influent conseiller, François Compaoré, au poste de secrétaire chargé du mouvement associatif. Les traditionnels poids lourds du parti, comme Arsène Bongnessan Yé, ministre des Réformes politiques et des Relations avec le Parlement, Ernest Paramanga Yonli, ancien Premier ministre, et Roch Marc Christian Kaboré, président de l'Assemblée nationale, sont en revanche relégués au rang de conseillers politiques. Les deux premiers avaient pourtant été pressentis pour prendre la direction du parti, jusque-là occupée par Kaboré.

Sentinelle

Homme de l'ombre, Assimi Kouanda, 55 ans, est un vieux compagnon de la révolution burkinabè. Il a fréquenté l'université Panthéon-Sorbonne, à Paris, où il a obtenu un doctorat de troisième cycle en histoire. Quand Thomas Sankara arrive au pouvoir, en août 1983, Assimi Kouanda devient l'un des animateurs de la coordination des Comités de défense de la révolution (inter-CDR). Une sorte de sentinelle face aux courants « déviationnistes et contre-révolutionnaires ».

Un an plus tard, il intègre l'université de Ouagadougou comme assistant au département d'histoire et d'archéologie, dont il devient bientôt le chef, avant d'être nommé vice-doyen des affaires académiques à la faculté des langues, des lettres, des arts, des sciences humaines et sociales. Maire de l'arrondissement de Nongr-Maasom, à Ouagadougou, de 1989 à 1991, il sera conseiller municipal de la ville de Ouagadougou de 1995 à 2000, date à laquelle il est nommé ambassadeur du Burkina à Rabat, au Maroc. En 2004, Compaoré le rappelle auprès de lui et en fait son directeur de cabinet, avec rang de ministre. Il lui confie la direction de sa campagne présidentielle en 2010. Au sein du CDP, il était jusqu'alors secrétaire général adjoint.

Cet homme de l'ombre a été préféré aux traditionnels poids lourds du parti présidentiel.

Islamologue reconnu, Assimi Kouanda a publié des ouvrages et des communications sur l'Afrique et le monde arabe. Musulman lui-même, il a ses entrées auprès des leaders de la communauté religieuse, un atout non négligeable pour le chef de l'État, qui est chrétien.

Le nouveau patron du CDP va devoir redonner confiance aux militants, renforcer la cohésion au sein du parti, et il aura la lourde charge d'élaborer la stratégie pour les élections législatives et municipales, prévues en novembre. Une de ses premières tâches sera de mettre en place un système de nomination des candidats juste et transparent. « Les prétendants sont nombreux et les places malheureusement limitées », confie Roch Marc Christian Kaboré. À Kouanda de réaliser le bon dosage entre vieux cadres et jeunes loups.

Le CDP et ses alliés totalisent aujourd'hui plus de 80 % des sièges à l'Assemblée nationale. Pas sûr que le parti au pouvoir réussisse à conserver une telle suprématie, alors qu'il doit faire face à une opposition revigorée par les troubles politiques et sociaux de 2011.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers