Extension Factory Builder
20/03/2012 à 07:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mamadou Diouf est professeur d'histoire à l'université Columbia (New York).

Difficile de ne pas être saisi par le contraste entre la campagne électorale et le scrutin. La campagne fut rythmée par les déclarations belliqueuses du camp présidentiel et par les déclarations arrogantes d'un chef d'État qui s'adjugeait la victoire avant la bataille. Face à lui, le premier pôle de l'opposition sénégalaise, qui avait décidé d'aller à l'élection, s'est présenté en ordre dispersé. Après avoir entretenu l'illusion d'une candidature unique, cette désunion a eu un impact négatif sur les scores de Moustapha Niasse et d'Ousmane Tanor Dieng. En revanche, elle a favorisé le second pôle de l'opposition, qui réunissait les « héritiers » d'Abdoulaye Wade : Macky Sall, Idrissa Seck et Cheikh Tidiane Gadio. Mais le traitement auquel les électeurs les ont soumis n'est pas uniforme.

Le premier semble avoir été récompensé par la constance dans son opposition au Parti démocratique sénégalais (PDS) et à son leader après sa défenestration politique. Même s'il n'a pas toujours été facile d'identifier les contours de son programme, Macky Sall avait une certitude. Il était possible de battre Wade dans les urnes si on ne parvenait pas à invalider sa candidature. Il a maintenu le cap, refusant de suivre les nouvelles propositions de ceux qui exigeaient le report des élections.

Idrissa Seck s'est pour sa part accroché à cette solution probablement parce qu'il avait compris que son étoile avait fortement pâli. On trouve aussi les leaders du troisième pôle, dominé par des individualités comme Ibrahima Fall et Cheikh Bamba Dièye. Même s'ils n'ont pas obtenu des résultats significatifs, ils ont mené avec courage et détermination le combat pour la non-participation du candidat du PDS à l'élection présidentielle. En faisant le choix de ne pas faire campagne, ils ont comme beaucoup d'observateurs (moi y compris) sous-estimé trois éléments : le désir d'élections ; la détermination des Sénégalais à voter sans violence ; la capacité des trois principaux partenaires économiques et politiques du Sénégal (France, États-Unis et Union européenne) à tenir la bride au régime libéral sénégalais et à déjouer les manoeuvres de dernière minute des faucons, Farba Senghor et Serigne Mbacké Ndiaye, prêts à proclamer une victoire de leur candidat au premier tour.

En cas de victoire, Macky Sall doit mettre fin aux liaisons dangereuses entre élites maraboutiques et politiques.

Les élections se sont passées dans le calme. En démentant les prédictions les plus pessimistes, la tenue d'une élection sans incident a départagé ceux qui ne pouvaient pas envisager un scrutin sans violence avec Wade et ceux qui misaient sur la maturité citoyenne du peuple sénégalais. Avec beaucoup d'assurance, il s'est progressivement libéré de la contrainte religieuse et des achats d'allégeance. De cette trajectoire, il en ressort une dissociation entre le politique et le religieux, et une « démonétisation » des marabouts mondains connus pour leurs alignements partisans qui ont fini d'écorner leur légitimité.

Le premier enseignement du premier tour du 26 février est ainsi l'expression d'une capacité citoyenne à faire respecter la loi et à défaire le président sortant, quand bien même sa candidature a été validée par la Cour constitutionnelle. Le deuxième enseignement est la leçon infligée à Idrissa Seck, dont les volte-face ont fini par donner le tournis aux citoyens sénégalais. Le troisième enseignement est la manifestation des premiers signes d'épuisement du modèle islamo-wolof, et ce plus tôt que prévu. Je lui avais pourtant prédit une belle carrière pour les deux décennies à venir. Même s'il s'y réfère et y participe activement - ne dit-on pas qu'il est talibé mouride -, Macky Sall s'octroie des périphéries sérères et halpulaar (toucouleurs). Le vote ethnique, qui serait, selon certains, la raison principale de sa qualification pour le second tour, devrait plutôt être interprété comme l'esquisse d'une nouvelle alliance aux contours plus conformes au pluralisme ethnique et confrérique caractéristique de la société sénégalaise. Un pluralisme malmené par l'opportunisme de l'actuel président, qui a tenté, heureusement sans succès, de se présenter comme le candidat d'une confrérie, la Mouridiya.

En cas de victoire, l'ancien Premier ministre de Wade aura l'extraordinaire opportunité de mettre fin aux liaisons dangereuses entre les élites maraboutiques et politiques. C'est une opération essentielle à la refondation de la démocratie sénégalaise. Sera-t-il à la hauteur de cette mission historique ? C'est en tout cas une condition indispensable à la négociation d'un nouveau contrat social, après et sans Wade.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Burkina Faso : le potentiel est là

Forum-Tribunes Article précédent :
France - Algérie : les accords d'Évian, d'hier à aujourd'hui

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais[...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex