Extension Factory Builder
12/03/2012 à 11:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« L'Algérie n'existe pas ? Nous allons l'inventer », disait l'un de ses responsables à l'aube de l'indépendance. Alors que le pays célèbre cette année, sans tambour ni trompette, le cinquantième anniversaire de sa libération, trop rares sont les Algériens qui s'interrogent réellement sur cette nation « inventée ». Les ouvrages ou les publications sur la guerre d'Algérie font actuellement florès. Il ne se passe pas une semaine sans qu'une maison d'édition ou un magazine d'informations publient les travaux d'auteurs, d'historiens, d'essayistes ou de journalistes. La plupart sont français... Mais rien, ou presque, sur ce qu'est devenue aujourd'hui l'Algérie, a fortiori par des auteurs algériens. À l'exception, notable, de l'excellent essai d'Abderrahmane Hadj Nacer, ancien gouverneur de la Banque centrale, La Martingale algérienne*, dont je vous recommande la lecture, passionnante et éclairante. Un portrait sans fard de cette Algérie méconnue, un diagnostic précis, documenté et complet des maux - véritables fers aux pieds - qui l'empêchent d'avancer. Et donc, en creux, ce qu'il convient de faire pour réveiller ce géant endormi du Maghreb...

Le passé, même douloureux, n'explique pas tout, mais il est un refuge bien commode pour la génération toujours au pouvoir à Alger. Cette génération, celle de l'indépendance, a sacrifié les suivantes sur l'autel de l'Histoire, de ses rêves égarés, de la gloire oubliée des années 1970, quand Alger suscitait admiration, respect mais aussi crainte. Aujourd'hui, elle arrive au bout de son chemin. Ensuite ? Mystère... Le monde évolue à grande vitesse et, depuis 2011, les Arabes avec. L'Algérie, elle, demeure recroquevillée, comme résignée. Elle donne l'impression d'attendre, inlassablement, sans savoir exactement quoi, d'ailleurs. Peut-être que Dieu ou qu'un homme providentiel décrète le changement... Ce peuple rebelle, réputé colérique, qui n'a jamais, en deux mille ans d'histoire, accepté de se soumettre aux envahisseurs, quels qu'ils soient, fait désormais preuve d'une infinie patience. Marqués par les épreuves, dont l'horreur de la décennie noire, trimballés de promesses en gâchis, de coups d'éclat en occasions manquées, les Algériens éprouvent toutes les peines du monde à faire sauter les nombreux carcans - politiques, culturels et sociaux - qui les contraignent à l'inertie.

Impéritie des élites, multiples clivages (hommes-femmes, jeunes-vieux, Arabes-Berbères, bande côtière-intérieur du pays, etc.), système bloqué, jeunesse sans repères et marginalisée, faiblesse du débat public ou intellectuel, potentiel économique bridé, avenir incertain... L'Algérie dont rêvent ses « enfants » est aux antipodes de ce sombre portrait, un rien caricatural j'en conviens. Mais elle reste, cinquante ans après, toujours à inventer...

___

La Martingale algérienne, réflexions sur une crise, d'Abderrahmane Hadj Nacer, aux éditions Barzakh (Alger).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Femmes de chefs

Editorial précédent :
Beac : retour sur un hold-up

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers