Extension Factory Builder

Amar Drissi : "L'avenir est dans l'engrais sur mesure"

16/03/2012 à 15:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amar Drissi, directeur exécutif chargé des opérations industrielles d'OCP. Amar Drissi, directeur exécutif chargé des opérations industrielles d'OCP. © Hassan Ouazzani pour J.A.

Le groupe marocain OCP va tripler sa production de fertilisants d'ici à 2020. Un développement qui renforce son poids et son engagement en matière de sécurité alimentaire, comme le souligne son directeur exécutif chargé des opérations industrielles Amar Drissi.

Jeune Afrique : Quel rôle peut jouer la filière phosphates dans l'amélioration de la sécurité alimentaire ?

Amar Drissi : Avec l'accroissement de la population, la demande alimentaire augmente. Y répondre nécessite une meilleure productivité agricole. Sachant que la surface de terres cultivables par habitant a diminué de moitié par rapport aux années 1950, la seule façon d'accroître les rendements est de recourir aux engrais, en l'occurrence ceux issus du phosphate, un élément nutritif essentiel qui ne peut être obtenu par synthèse.

Crédité de 85 % des réserves mondiales de phosphates - 51 milliards de tonnes sur les 60 milliards répertoriées dans le monde -, assurant 30 % des échanges mondiaux en produits phosphatés, l'OCP a un rôle stratégique et proactif à jouer pour améliorer la sécurité alimentaire. Pour cela, nous sommes engagés dans une stratégie de développement afin d'augmenter nos capacités, de réduire les coûts, d'assurer la flexibilité (c'est-à-dire la capacité de répondre aux aléas du marché) et de développer l'innovation pour produire davantage et mieux.

L'Afrique pourrait se nourrir et nourrir une bonne partie du monde.

Comment cela se traduit-il ?

Par un programme d'investissement de 115 milliards de dirhams [plus de 10 milliards d'euros, de 2010 à 2020, NDLR], engagé à plus du tiers. Il vise à doubler la production minière et à tripler la production d'engrais. Nous sommes en train de créer à Jorf Lasfar la plus grande plateforme chimique au monde, avec la construction de dix nouvelles unités de fabrication d'engrais d'une capacité de 1 million de tonnes par an chacune. Ce qui aura pour effet d'accroître les capacités et de contribuer à réduire les coûts. L'OCP a également entrepris d'optimiser la chaîne logistique, par exemple en construisant un pipeline destiné à transporter le phosphate sur 200 km entre la ville minière de Khouribga et le site de Jorf Lasfar, sur la côte atlantique.

Les engrais phosphatés restent-ils trop chers pour l'Afrique ?

Leur consommation est très inégale de par le monde et ne dépend pas uniquement des coûts de production, mais largement des problèmes de transport, de distribution et de financement. Elle est en moyenne de 100 kg/ha à l'échelle mondiale, voire 200 kg/ha dans les pays développés, mais est limitée à 9 kg/ha en Afrique, continent qui offre pourtant un fort potentiel de développement agricole grâce notamment à l'étendue de ses terres arables. En augmentant significativement sa production agricole, l'Afrique pourrait se nourrir et nourrir une bonne partie du monde. L'idée, c'est d'y faire émerger une révolution « doublement verte », c'est-à-dire une agriculture raisonnée et rationnelle : conciliant productivité accrue, respect de l'environnement et équité entre les hommes.

La capacité d'innovation est un enjeu essentiel. Quelles sont vos priorités de recherche et développement ?

Les travaux en cours portent notamment sur le développement d'engrais solides, d'engrais low cost, ou encore sur l'enrichissement des phosphates pauvres ou stériles. En partenariat avec l'Institut national de la recherche agronomique [Inra] et le ministère marocain de l'Agriculture, l'OCP a développé une carte de fertilité des sols. En cours d'élaboration pour le Mali, cette carte sera étendue à d'autres pays d'Afrique subsaharienne dans le cadre d'un partenariat Sud-Sud. Elle permettra de créer des engrais sur mesure, adaptés à la nature des sols, pour une utilisation plus performante.

Enfin, l'innovation, ce n'est pas simplement développer de nouveaux produits, mais aussi mettre en place des modèles de distribution alternatifs. Nous y travaillons dans le cadre de partenariats public-privé. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex