Extension Factory Builder

Sécurité alimentaire : une très longue route

06/03/2012 à 15:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Atteindre la sécurité alimentaire pour écarter le spectre de la faim est une entreprise de très longue haleine. Il ne s'est pas encore passé grand-chose en la matière depuis 2007, année où la Banque mondiale a reconnu qu'elle avait délaissé l'agriculture depuis plus de vingt ans, donnant le mauvais exemple aux autres institutions multilatérales et aux gouvernements des pays en développement. Certes, le sommet de Cannes du G20 a promis, en novembre 2011, que priorité serait donnée à l'agriculture. Reste à mettre en oeuvre cette résolution tardive.

Écartons d'abord les bêtises à ne pas commettre. Pas question de viser à l'autosuffisance alimentaire, car aucun pays au monde ne peut produire, et au meilleur prix, tous les produits agricoles dont il a besoin : cultiver du blé ou du maïs au Sahel serait une coûteuse stupidité. Pas question de pratiquer une agriculture intensive de type européen dans les pays d'Afrique : les sols n'y résisteraient pas. Pas question d'établir des barrières protectionnistes pour préserver les cultures locales, sinon le temps qu'elles atteignent le seuil de compétitivité.

Comme le préconise Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale, il convient avant tout d'« investir tout au long de la chaîne de production agricole ». Et la difficulté du processus tient à cette complexité, car s'il manque un maillon, les efforts réalisés ailleurs resteront infructueux.

Cela débute avec le droit de propriété, qui doit être garanti afin que les paysans demeurent maîtres de leur sort et intéressés à produire davantage. On mesurera dans ce « Plus » l'importance des semences, des engrais et, bien sûr, de l'eau, sans laquelle les plantes et les animaux ne grandissent ni ne fructifient. La réussite du Brésil, devenu la ferme du monde, rappelle aussi que l'éducation des agriculteurs est essentielle pour qu'ils tirent le meilleur de leurs outils.

Mais on oublie que la sécurité alimentaire passe également par un stockage de qualité, car on ne peut manger toute une récolte ni sur place ni dans les jours suivant la moisson. Il faut des greniers, des silos et parfois des chambres froides, afin de la garder à l'abri des rats, des insectes et des moisissures, en attendant sa consommation ou sa vente. Or, selon les experts, c'est entre 30 % et 50 % des récoltes qui seraient gaspillés dans certains pays en raison de mauvaises conditions de conservation.

Et puis il y a l'impératif du transport et des infrastructures. Grosso modo, la planète produit suffisamment pour nourrir l'humanité, mais les productions sont mal réparties selon les zones géographiques et climatiques. Il est donc indispensable de redistribuer ces denrées, ne serait-ce que des champs vers les villes. Donc pas d'échanges sans les ports, les ponts, les routes et les pistes qui permettent d'emporter et d'apporter les produits agricoles là où c'est nécessaire.

Enfin, il n'y aura aucune sécurité alimentaire tant que les marchés financiers pourront, comme en 2007, multiplier en Afrique le prix du riz par trois en quelque mois, alors qu'aucune pénurie ne menaçait. C'est dans la maîtrise de cette spéculation, d'autant plus scandaleuse qu'elle porte sur des produits vitaux, que l'on mesurera la fiabilité des promesses du G20. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Jean-Christophe Rufin : "Sarkozy n'a jamais rompu avec la Françafrique"

Forum-Tribunes Article précédent :
Burkina Faso : le potentiel est là

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers