Extension Factory Builder

Gabon : Ndong Sima, un Premier ministre qu'on n'attendait pas

07/03/2012 à 20:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'économiste Ndong Sima est un pur produit de la technocratie gabonaise. L'économiste Ndong Sima est un pur produit de la technocratie gabonaise. © Gouvernement du Gabon

Nommé Premier ministre, l'économiste gabonais Ndong Sima est loin d'être un poids lourd en politique. Mais c'est peut-être justement ce qui fait sa force.

Dans la bataille secrète qui s'est livrée pour la primature, Raymond Ndong Sima n'était pas en position de force. Le 27 février, pourtant, au bout de quatorze jours d'attente après la démission réglementaire du gouvernement, il a été nommé Premier ministre. La concurrence nombreuse à laquelle il a dû faire face semblait, mieux que lui, taillée pour le poste. Discret ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de son prédécesseur, il n'est pas un poids lourd du sérail. Fang natif d'Oyem (Nord), il n'était même pas sûr d'être pris au sérieux en tant que candidat. Personne ne pouvait en effet prédire avec certitude qu'Ali Bongo Ondimba (ABO) s'écarterait de la règle « géopolitique », vieille de quarante ans, qui réservait à un Fang de l'Estuaire le poste de chef du gouvernement gabonais...

Paradoxalement, les faiblesses de cet économiste de 57 ans ont constitué sa force dans cette bataille. Ainsi, élu pour la première fois député dans son canton de Kyé (Woleu-Ntem) aux législatives du 17 décembre 2011, il est loin d'être un cacique local. Ça tombe bien : échaudé par les querelles de leadership qui ont miné la fin de la présidence d'Omar Bongo Ondimba, son fils ne veut plus entendre parler de fortes têtes au sein du gouvernement. D'ailleurs, les derniers « barons », tels que Paul Toungui (Affaires étrangères), René Ndémezo Obiang (Jeunesse et Sports) ou - dans une moindre mesure - Alexandre Barro Chambrier (Mines), ont été remerciés le 28 février, lors de la formation de l'équipe que devra diriger Ndong Sima.

L'étiquette d'un Fang du Nord

De même, l'étiquette de Fang du Nord aurait pu le disqualifier, tant cette région confirme à chaque scrutin qu'elle vote contre le système... L'opposant et ennemi intime d'ABO, André Mba Obame, et l'activiste poil à gratter du régime, Marc Ona Essangui, notamment, y bénéficient d'une grande popularité. Là encore, face à un électorat hostile, les espoirs de reconquête ont poussé ABO à choisir l'enfant d'Oyem qui, lors de la présidentielle de 2005, a soutenu l'ex-Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), fondée par Zacharie Myboto et absorbée en 2010 par l'Union nationale (UN, dissoute aujourd'hui). Dans tous les cas, il ne pourra compter sur son neveu Désiré Ename, patron du quotidien privé proche de l'opposition Échos du Nord, pour tisser un lien entre le président et les populations du septentrion gabonais

Sa relative inexpérience politique s'est également transformée en atout. ABO semble avoir choisi de travailler avec de purs produits de la technocratie pour réaliser ses projets d'émergence. Ainsi en est-il de Ndong Sima, titulaire d'un DEA d'économétrie à l'université Paris-IX-Dauphine, qui fut président-directeur général de la Compagnie forestière du Gabon (CFG), directeur général d'Hévégab, patron de la Compagnie d'exploitation du chemin de fer transgabonais... Ainsi en est-il aussi de Magloire Ngambia, nommé au superministère de la Promotion des investissements, des Transports, des Travaux Publics, de l'Habitat, du Tourisme et de l'Aménagement du territoire.

Passion des arts martiaux

Drôle de parcours, donc, pour ce petit dernier d'une fratrie de cinq enfants qui se destinait à une carrière de pilote. Sa mère s'y était opposée, décision sans appel, d'autant que son père, mort trois mois après sa naissance, n'était plus là pour arbitrer. Devenu Premier ministre, il n'est certes pas plus franc-maçon que ses deux derniers prédécesseurs, Paul Biyoghé Mba et Jean Eyéghé Ndong. Mais il partage avec le chef de l'État la passion des arts martiaux. Ceinture noire de karaté, il va lui falloir très vite apprendre à se battre dans le marigot politique gabonais contre des crocodiles toujours prêts à mordre et qui ne lui feront pas de cadeaux. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers