Extension Factory Builder

Burkina Faso : Georges Ouédraogo, hommage au Gandaogo national

09/03/2012 à 12:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le percussionniste et chanteur est décédé le 2 février, à 65 ans. Héros de l'âge d'or de l'afro-funk, il était l'un des plus grands batteurs du continent.

Le concert accompagnant, le 26 janvier, la sortie de Burkina Faso : musiques modernes voltaïques, le livre du français Florent Mazzoleni, aura été sa dernière scène. Auteur, compositeur, batteur et arrangeur, Georges Ouédraogo s'est éteint le 2 février à la clinique du coeur à Ouagadougou. Surnommé le Gandaogo national (« celui qui ose », en mooré), il accordait tout son temps à son amour pour la musique depuis sa plus tendre enfance - au point qu'il arrêta l'école, au grand dam de sa mère.

Né en 1947 dans le village de Gogo, proche de la capitale, il fréquente à la fin des années 1950 le Tiko-Tiko Bar de Ouaga, où se produisent l'Ivoirien Antonio et ses Tcha Tcha Tcha Boys. En 1965, il intègre le Volta Jazz, à Bobo-Dioulasso. Deux ans plus tard, il sort son premier titre en mooré, Mam kamisoye. Il va ensuite tenter sa chance à Abidjan, à partir de 1969, où il évolue au sein du New System Pop, avant de rejoindre l'orchestre du trompettiste ivoirien Fax Clark au club Quartier latin.

Il sort ses plus grands succès dans les années 1970 avec son groupe, Bozambo.

En 1973, un autre musicien ivoirien, Jimmy Hyacinthe, l'invite à se joindre à lui et à Rato Venance pour créer le groupe Bozambo (« diminuer la tricherie », en mooré). Pendant trois ans, les compères feront le bonheur des meilleurs clubs d'Europe et sortiront plusieurs albums.

En 1978, Ouédraogo rentre au Burkina et poursuit sa carrière en solo. Il sort notamment Gnanfou Gnanfou et, en 1982, publiera un ultime album dans lequel il chantera OUA, en duo avec la jeune star ivoirienne Aïcha Koné. Depuis, avec les rééditions de sa douzaine d'albums - Gnou Zemes en 2000, Rosalie en 2003, Tingré (« Souvenir », en mooré) fin 2007 -, ses concerts et Le Bozambo, le maquis qu'il avait ouvert en 2004 près de chez lui, à Ouagadougou, pour promouvoir les jeunes artistes, il restait et restera le pionnier et porte-étendard de la musique burkinabè.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers