Extension Factory Builder

France : Youssoupha, l'intranquille

29/02/2012 à 15:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le père de l'artiste, Tabu Ley Rochereau, est le ponte de la rumba congolaise. Le père de l'artiste, Tabu Ley Rochereau, est le ponte de la rumba congolaise. © Vincent Fournier pour J.A

Arrivé de Kinshasa, en RDC, à l'âge de 10 ans pour suivre des études en France, Youssoupha aurait dû devenir journaliste. Il est finalement rappeur.

Le rap français est rempli de racontars au sujet de l'Afrique ; de rimes radieuses qui mythifient la vie paisible sur les rives du fleuve Congo, dans le creux des dunes maliennes ou les banlieues d'Alger. Les disques de Youssoupha, valeur montante du rap français, racontent une autre histoire. Dans son dernier album, Noir Désir, l'Afrique ne ressemble pas à ces clichés : « Ceux qui l'ont visitée à l'occasion de vacances sont peut-être dans ce fantasme de l'eldorado. Le fait d'y être né, d'y avoir vécu et d'y retourner souvent m'empêche de tomber dans une catégorisation simpliste du type : la France, c'est Babylone, et l'Afrique, c'est la terre mère, le berceau des ancêtres. » Ce genre de nuances différencie Youssoupha du commun des rappeurs. C'est le résultat d'un parcours baigné de contrastes entre l'Afrique et la France, les cités de Cergy et les bancs de la Sorbonne, le parler des rappeurs et celui des poètes classiques. L'histoire d'une tension constante entre rêve et réalité : « La France que j'imaginais à mon arrivée ressemblait à la série Maguy, que je regardais au Congo. Je suis donc venu, comme beaucoup, avec des idées reçues. Mais ma tante, chez qui je vivais, habitait un foyer à Osny [dans le Val-d'Oise, NDLR], un endroit particulièrement délabré, et ça a été un choc. »

Arrivé en région parisienne au début des années 1990, Youssoupha découvre un pays qui devient vite le théâtre de ses premières déconvenues. « Je n'avais qu'une idée en tête : les études. Je me suis battu, j'ai avancé, je me destinais au journalisme ou à la communication. Mais après ma maîtrise à la Sorbonne, pendant deux longues années j'étais surtout au chômage et je l'ai très mal vécu. » Le rap, qui n'était qu'un passe-temps, prend alors le dessus, engageant le jeune homme sur une voie imprévue, sans pour autant résoudre le problème : « Le rap a marché pour moi à ce moment-là, mais le fait de n'avoir pu récolter le fruit de mes diplômes m'a frustré. J'en ai gardé une certaine amertume, car c'est comme ça qu'on m'avait vendu la France. »

Une amertume qui ne semble pas l'avoir quitté, malgré les disques et le succès. Derrière son calme apparent, ses diplômes et son élocution claire qui plaisent aux journalistes, c'est cette colère rentrée qui se signale. « En apparence, il a effectivement les atouts du gentil rappeur, commente Olivier Cachin, spécialiste du rap. On pourrait presque le comparer à MC Solaar. Mais la vraie différence, c'est qu'il est hanté par une réalité sociale qu'il a très mal vécue. Il y a une humeur pesante dans ses textes, quelque chose qui fait qu'il n'est pas du tout le rappeur béat et intello qui a fait des études. »

À 32 ans, Youssoupha est un paradoxe vivant. Africain de naissance, Français d'adoption, étudiant par inclination puis rappeur par défaut, son parcours illustre un chemin qu'ont emprunté des milliers d'Africains. « Je suis venu avec l'idée de repartir un jour au pays. Cette idée ne m'a jamais totalement quitté, mais j'ai composé avec la réalité. Et, comme beaucoup, je suis resté en France. » S'il avoue ne s'être jamais totalement accoutumé à cet état de fait, il porte pourtant un oeil lucide sur son parcours : « Finalement, je ne suis pas si blédard que ça, même si mon rap fait souvent référence à mes racines, parce que je ne veux rien en oublier. En réalité, je suis beaucoup plus d'ici que de là-bas. J'ai passé mon adolescence en France, j'y ai terminé mes études... » D'autant qu'aujourd'hui la France est aussi le pays de son fils, un môme hexagonal étranger à l'Afrique et qui remet en question le retour. « C'est amusant, parce que je n'ai jamais pensé à acheter une maison en France ; mais désormais, il y a mon fils, et cela change tout. Il est français, il ne connaît pas l'Afrique et pourrait très bien me dire : "Je ne veux pas aller là-bas." Et je ne peux pas lui ôter le droit de choisir. »

La vie de Youssoupha est ainsi devenue plus complexe que son rêve d'origine. Celui qui se voyait journaliste de retour au pays est resté en France, où il est devenu un artiste dont la carrière est source de questionnements imprévus. Lorsque l'on aborde le sujet, il évoque immédiatement son père, Tabu Ley Rochereau, un ponte de la rumba congolaise, avec lequel il n'a pas grandi. « Mon père a passé sa vie à tourner dans le monde entier. Il a eu de nombreux enfants, et on a pu lui reprocher d'être absent. C'est quelque chose que je comprends, parce que je mène à mon tour cette vie, mais que j'ai peur de reproduire. J'y pense énormément quand je suis en tournée loin de mon fils. » Dans un sourire, il ajoute : « D'autant qu'il ne se passe pas un concert sans que quelqu'un vienne me voir en disant : "Hé, mec, je suis aussi le fils de Tabu, tu es mon frère !" »

Le jeune rappeur est loin d'être arrivé au bout de son chemin, maintes fois modifié. Après avoir rêvé de la France, puis d'un retour en Afrique, il ne s'interdit désormais pas de regarder ailleurs : « Je ne crois plus, comme j'ai pu le croire à une époque, que nous sommes des Africains finis, des Français finis, des Américains finis... Il est important de comprendre qu'il n'y a pas de règles, que nous avons le choix. Sarcelles n'est pas une fin en soi, Kinshasa ou Cotonou non plus. Et New York pas plus. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces