Extension Factory Builder

Tunc Basegmez : "Renault Tanger a donné du travail à la France"

05/03/2012 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunc Basegmez, directeur de l'usine Renault de Tanger. Tunc Basegmez, directeur de l'usine Renault de Tanger. © Renault

L'inauguration de l'usine marocaine a provoqué des remous à Paris, où des politiciens ont crié à la "délocalisation". Réponse du directeur de l'usine, Tunc Basegmez, qui détaille les prochaines étapes du projet.

Inaugurée le 9 février par le roi du Maroc Mohammed VI et le PDG de Renault, Carlos Ghosn, l'usine de Tanger est en plein rodage. Aux manettes : le Turc Tunc Basegmez, 56 ans. À partir de 2014, 340 000 véhicules sortiront chaque année des chaînes de l'usine... qui sera alors la plus grande d'Afrique.

Jeune Afrique : Des politiciens français ont tiré à boulets rouges sur l'ouverture d'une usine Renault au Maroc. Quelle est votre réaction ?

Tunc Basegmez : Je sais bien que la France entre en période électorale, mais certaines déclarations m'ont fait mal au coeur. Pour Renault, il n'était pas envisageable de fabriquer un véhicule low cost en France. En outre, Renault Tanger a donné du travail à la France. Dire le contraire, c'est manquer de respect aux ingénieurs français qui participent depuis trois ans au projet !

À quelle étape du lancement de la production en êtes-vous ?

Le 27 janvier, la direction de la qualité nous a donné l'accord de fabrication pour le Dacia Lodgy. Un jalon qui nous a permis de fabriquer nos premières voitures. Aujourd'hui, nous avons fabriqué environ 600 véhicules, avec un rythme de 50 par jour, mais nous devons atteindre 30 véhicules par heure en avril.

À la fin de l'année nous devrions être 4 500 salariés.

Quand sera commercialisé le monospace compact Lodgy ?

Le modèle sera officiellement lancé au salon de Genève [du 8 au 18 mars 2012, NDLR]. D'ici à l'été, les voitures seront commercialisées au Maroc et en Europe. À terme, elles seront vendues dans plus de 100 pays, jusqu'au Mexique !

Vos équipes marocaines sont-elles au complet ?

Fin janvier, nous étions 2 500 salariés. Nous avons une seule équipe de production, mais nous sommes en train d'en recruter une seconde, pour passer en mai à une fabrication en deux fois huit heures. Si les conditions de marché se maintiennent, nous embaucherons une troisième équipe d'ici à novembre. À cette date, nous devrions être 4 500 employés. Tous seront formés selon les standards Renault.

Du coup, combien de voitures allez-vous fabriquer ?

Pour 2012, nous prévoyons 76 000 véhicules, dont une majorité de Lodgy, mais nous commencerons aussi à produire un nouveau petit véhicule utilitaire, lui aussi de la gamme Dacia. En 2013, nous devrions tourner à pleine capacité, soit 170 000 voitures, et nous installerons une seconde ligne de fabrication, identique à la première. Elle nous permettra d'atteindre 340 000 véhicules en 2014.

La logistique suit-elle la cadence ?

Nos sous-traitants, à 50 % locaux, sont eux aussi en phase de rodage. Notre relation avec eux est un point de vigilance. Nous avons quinze grands fournisseurs marocains, dont neuf ont construit de nouvelles usines. Il nous faut améliorer la communication avec eux pour qu'ils aient la bonne réactivité par rapport à nos besoins. Pour l'approvisionnement, des pièces arrivent de Roumanie, de Turquie, d'Espagne et de Tunisie, et les infrastructures portuaires fonctionnent parfaitement.

L'installation de Nissan à Tanger est-elle encore d'actualité ?

Pour le moment, Tanger est une usine Renault. Mais notre partenaire n'a pas abandonné l'idée de venir. Un emplacement lui est réservé. À titre personnel, je préférerais qu'il attende 2014, que nos propres installations soient rodées... Cela dit, nous collaborons avec l'usine de Nissan à Chennai [Inde] sur la formation et la qualité. 

___

Propos recueillis par Christophe Le Bec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex