Extension Factory Builder

Tunc Basegmez : "Renault Tanger a donné du travail à la France"

05/03/2012 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunc Basegmez, directeur de l'usine Renault de Tanger. Tunc Basegmez, directeur de l'usine Renault de Tanger. © Renault

L'inauguration de l'usine marocaine a provoqué des remous à Paris, où des politiciens ont crié à la "délocalisation". Réponse du directeur de l'usine, Tunc Basegmez, qui détaille les prochaines étapes du projet.

Inaugurée le 9 février par le roi du Maroc Mohammed VI et le PDG de Renault, Carlos Ghosn, l'usine de Tanger est en plein rodage. Aux manettes : le Turc Tunc Basegmez, 56 ans. À partir de 2014, 340 000 véhicules sortiront chaque année des chaînes de l'usine... qui sera alors la plus grande d'Afrique.

Jeune Afrique : Des politiciens français ont tiré à boulets rouges sur l'ouverture d'une usine Renault au Maroc. Quelle est votre réaction ?

Tunc Basegmez : Je sais bien que la France entre en période électorale, mais certaines déclarations m'ont fait mal au coeur. Pour Renault, il n'était pas envisageable de fabriquer un véhicule low cost en France. En outre, Renault Tanger a donné du travail à la France. Dire le contraire, c'est manquer de respect aux ingénieurs français qui participent depuis trois ans au projet !

À quelle étape du lancement de la production en êtes-vous ?

Le 27 janvier, la direction de la qualité nous a donné l'accord de fabrication pour le Dacia Lodgy. Un jalon qui nous a permis de fabriquer nos premières voitures. Aujourd'hui, nous avons fabriqué environ 600 véhicules, avec un rythme de 50 par jour, mais nous devons atteindre 30 véhicules par heure en avril.

À la fin de l'année nous devrions être 4 500 salariés.

Quand sera commercialisé le monospace compact Lodgy ?

Le modèle sera officiellement lancé au salon de Genève [du 8 au 18 mars 2012, NDLR]. D'ici à l'été, les voitures seront commercialisées au Maroc et en Europe. À terme, elles seront vendues dans plus de 100 pays, jusqu'au Mexique !

Vos équipes marocaines sont-elles au complet ?

Fin janvier, nous étions 2 500 salariés. Nous avons une seule équipe de production, mais nous sommes en train d'en recruter une seconde, pour passer en mai à une fabrication en deux fois huit heures. Si les conditions de marché se maintiennent, nous embaucherons une troisième équipe d'ici à novembre. À cette date, nous devrions être 4 500 employés. Tous seront formés selon les standards Renault.

Du coup, combien de voitures allez-vous fabriquer ?

Pour 2012, nous prévoyons 76 000 véhicules, dont une majorité de Lodgy, mais nous commencerons aussi à produire un nouveau petit véhicule utilitaire, lui aussi de la gamme Dacia. En 2013, nous devrions tourner à pleine capacité, soit 170 000 voitures, et nous installerons une seconde ligne de fabrication, identique à la première. Elle nous permettra d'atteindre 340 000 véhicules en 2014.

La logistique suit-elle la cadence ?

Nos sous-traitants, à 50 % locaux, sont eux aussi en phase de rodage. Notre relation avec eux est un point de vigilance. Nous avons quinze grands fournisseurs marocains, dont neuf ont construit de nouvelles usines. Il nous faut améliorer la communication avec eux pour qu'ils aient la bonne réactivité par rapport à nos besoins. Pour l'approvisionnement, des pièces arrivent de Roumanie, de Turquie, d'Espagne et de Tunisie, et les infrastructures portuaires fonctionnent parfaitement.

L'installation de Nissan à Tanger est-elle encore d'actualité ?

Pour le moment, Tanger est une usine Renault. Mais notre partenaire n'a pas abandonné l'idée de venir. Un emplacement lui est réservé. À titre personnel, je préférerais qu'il attende 2014, que nos propres installations soient rodées... Cela dit, nous collaborons avec l'usine de Nissan à Chennai [Inde] sur la formation et la qualité. 

___

Propos recueillis par Christophe Le Bec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces