Extension Factory Builder

Tunc Basegmez : "Renault Tanger a donné du travail à la France"

05/03/2012 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunc Basegmez, directeur de l'usine Renault de Tanger. Tunc Basegmez, directeur de l'usine Renault de Tanger. © Renault

L'inauguration de l'usine marocaine a provoqué des remous à Paris, où des politiciens ont crié à la "délocalisation". Réponse du directeur de l'usine, Tunc Basegmez, qui détaille les prochaines étapes du projet.

Inaugurée le 9 février par le roi du Maroc Mohammed VI et le PDG de Renault, Carlos Ghosn, l'usine de Tanger est en plein rodage. Aux manettes : le Turc Tunc Basegmez, 56 ans. À partir de 2014, 340 000 véhicules sortiront chaque année des chaînes de l'usine... qui sera alors la plus grande d'Afrique.

Jeune Afrique : Des politiciens français ont tiré à boulets rouges sur l'ouverture d'une usine Renault au Maroc. Quelle est votre réaction ?

Tunc Basegmez : Je sais bien que la France entre en période électorale, mais certaines déclarations m'ont fait mal au coeur. Pour Renault, il n'était pas envisageable de fabriquer un véhicule low cost en France. En outre, Renault Tanger a donné du travail à la France. Dire le contraire, c'est manquer de respect aux ingénieurs français qui participent depuis trois ans au projet !

À quelle étape du lancement de la production en êtes-vous ?

Le 27 janvier, la direction de la qualité nous a donné l'accord de fabrication pour le Dacia Lodgy. Un jalon qui nous a permis de fabriquer nos premières voitures. Aujourd'hui, nous avons fabriqué environ 600 véhicules, avec un rythme de 50 par jour, mais nous devons atteindre 30 véhicules par heure en avril.

À la fin de l'année nous devrions être 4 500 salariés.

Quand sera commercialisé le monospace compact Lodgy ?

Le modèle sera officiellement lancé au salon de Genève [du 8 au 18 mars 2012, NDLR]. D'ici à l'été, les voitures seront commercialisées au Maroc et en Europe. À terme, elles seront vendues dans plus de 100 pays, jusqu'au Mexique !

Vos équipes marocaines sont-elles au complet ?

Fin janvier, nous étions 2 500 salariés. Nous avons une seule équipe de production, mais nous sommes en train d'en recruter une seconde, pour passer en mai à une fabrication en deux fois huit heures. Si les conditions de marché se maintiennent, nous embaucherons une troisième équipe d'ici à novembre. À cette date, nous devrions être 4 500 employés. Tous seront formés selon les standards Renault.

Du coup, combien de voitures allez-vous fabriquer ?

Pour 2012, nous prévoyons 76 000 véhicules, dont une majorité de Lodgy, mais nous commencerons aussi à produire un nouveau petit véhicule utilitaire, lui aussi de la gamme Dacia. En 2013, nous devrions tourner à pleine capacité, soit 170 000 voitures, et nous installerons une seconde ligne de fabrication, identique à la première. Elle nous permettra d'atteindre 340 000 véhicules en 2014.

La logistique suit-elle la cadence ?

Nos sous-traitants, à 50 % locaux, sont eux aussi en phase de rodage. Notre relation avec eux est un point de vigilance. Nous avons quinze grands fournisseurs marocains, dont neuf ont construit de nouvelles usines. Il nous faut améliorer la communication avec eux pour qu'ils aient la bonne réactivité par rapport à nos besoins. Pour l'approvisionnement, des pièces arrivent de Roumanie, de Turquie, d'Espagne et de Tunisie, et les infrastructures portuaires fonctionnent parfaitement.

L'installation de Nissan à Tanger est-elle encore d'actualité ?

Pour le moment, Tanger est une usine Renault. Mais notre partenaire n'a pas abandonné l'idée de venir. Un emplacement lui est réservé. À titre personnel, je préférerais qu'il attende 2014, que nos propres installations soient rodées... Cela dit, nous collaborons avec l'usine de Nissan à Chennai [Inde] sur la formation et la qualité. 

___

Propos recueillis par Christophe Le Bec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Jumia lève 120 millions d'euros

 En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces