Extension Factory Builder
20/02/2012 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Disons-le tout net : l'Afrique - du nord au sud et spécialement l'Afrique francophone - n'a rien à attendre de l'élection présidentielle française, si ce n'est d'en suivre les péripéties et le dénouement à la manière d'une sitcom. Certes, avec un peu de chance et si le scénario est bon, la série « Ils veulent tous le fauteuil de Sarkozy » sera presque autant commentée que les épisodes de Marimar, Paloma, Egoli, Ma famille ou Ma tnsanich (« Ne m'oublie pas ! »), navet turc pour shampouineuses qui cartonne au Maghreb. Mais, en cinquante ans de pratique, les Africains ont appris que quelle que soit l'identité de celui qui dirige la France, seuls comptent les intérêts de celle-ci et pas les leurs. Après comme avant le 6 mai 2012, les visas seront toujours aussi rares et les consulats toujours aussi revêches, les ambassadeurs auront toujours comme priorité de faire en sorte que les sociétés françaises emportent le maximum de marchés, et les opposants qui rêvent de grand soir - si tant est qu'il en existe encore - auront vite fait de déchanter.

Avec Nicolas Sarkozy, il est vrai, la messe est déjà dite. Il y a eu le discours de Cotonou et le bref intermède Jean-Marie Bockel, puis le retour au galop de la realpolitik : fermez le ban, la rupture à la trappe. Avec François Hollande, dira-t-on, un certain espoir est permis, celui d'une relation enfin différente avec le continent. Mais, là encore, le doute est de mise. Souvenez-vous de Mitterrand : d'un côté le discours de La Baule, de l'autre Jean-Pierre Cot, lointain prédécesseur de Bockel au ministère de la Coopération, qui, comme lui, eut la naïveté de croire que les promesses engageaient ceux qui les émettaient, avant de connaître le même destin de mouchoir jetable. Lorsque l'on voit Laurent Fabius, donné probable futur ministre des Affaires étrangères socialiste, reçu et ravi de l'être par Ali Bongo Ondimba au moment où le Parti socialiste publie un communiqué sur l'affaire des « biens mal acquis », on reste songeur sur l'amplitude du grand écart qui s'annonce. Pot de terre militant contre pot de fer réaliste : l'issue est connue.

Sur l'Afrique, ni Sarkozy ni Hollande n'ont en réalité de projet audible, tant leurs politiques étrangères se ressemblent. Les contraintes de l'Union européenne et le fardeau de la crise ont eu raison de tout clivage significatif, et ce n'est pas sur ce terrain-là que se joue une élection. En revanche, Africains et Français d'origine africaine suivent avec attention et inquiétude les dérives xénophobes du débat identitaire porté par une partie de la classe politique.

Slameur engagé aux racines congolaises mâtinées d'islam soufi, Abd al Malik, dont Le Dernier Français vient de paraître aux éditions du Cherche Midi, a dit à ce sujet ce qu'il fallait dire : « Le nationalisme est une chose mortifère, c'est la peur, le repli, la France blanche et chrétienne, fantasme du passé qui n'existe plus. Le patriotisme, c'est dire que quelque chose dépasse la couleur de peau et la religion. Quelque chose qui ramène vers la vie et parle de la diversité comme richesse. » Cela, aucun candidat n'aura le courage de le proclamer. Votez Abd al Malik ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jean-Luc Parodi : 'Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !'

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

France : Sarkozy peut-il réussir son retour ?

Rien ni personne n'empêchera l'ancien chef de l'État français, Nicolas Sarkozy, de reprendre la présidence de l'UMP, en novembre. Simple hors-d'oeuvre. Primaire de la droite en 2016, puis[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

"Gotha noir de France" : Le gotha, noir sur blanc

Quel est le point commun entre le communicant Youssouf Ammin, l'architecte Mahmoud Keldi et l'ingénieure en génie atomique Sandra Métho ? Ils font tous trois leur entrée dans l'édition[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Les États-Unis reconnaissent avoir "sous-estimé" l'État islamique

La Syrie est "Ground Zero pour les jihadistes à travers le monde", a déclaré dimanche le président américain, Barack Obama. Une situation que les États-Unis reconnaissent avoir[...]

Marathon : record du monde historique pour le Kényan Dennis Kimetto à Berlin

Le Kenya a encore frappé dimanche à Berlin. En bouclant son marathon en 2 heures, 2 minutes et 57 secondes, Dennis Kimetto a amélioré le record du monde de la discipline de près de 30 secondes.[...]

Marina Silva : et si c'était elle, la future présidente du Brésil ?

Pour certains, elle est une "Obama brésilienne". Pour d'autres, une "Lula en jupon". À l'issue du scrutin du 5 octobre, Marina Silva, désormais en tête dans les sondages,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers