Extension Factory Builder
20/02/2012 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Disons-le tout net : l'Afrique - du nord au sud et spécialement l'Afrique francophone - n'a rien à attendre de l'élection présidentielle française, si ce n'est d'en suivre les péripéties et le dénouement à la manière d'une sitcom. Certes, avec un peu de chance et si le scénario est bon, la série « Ils veulent tous le fauteuil de Sarkozy » sera presque autant commentée que les épisodes de Marimar, Paloma, Egoli, Ma famille ou Ma tnsanich (« Ne m'oublie pas ! »), navet turc pour shampouineuses qui cartonne au Maghreb. Mais, en cinquante ans de pratique, les Africains ont appris que quelle que soit l'identité de celui qui dirige la France, seuls comptent les intérêts de celle-ci et pas les leurs. Après comme avant le 6 mai 2012, les visas seront toujours aussi rares et les consulats toujours aussi revêches, les ambassadeurs auront toujours comme priorité de faire en sorte que les sociétés françaises emportent le maximum de marchés, et les opposants qui rêvent de grand soir - si tant est qu'il en existe encore - auront vite fait de déchanter.

Avec Nicolas Sarkozy, il est vrai, la messe est déjà dite. Il y a eu le discours de Cotonou et le bref intermède Jean-Marie Bockel, puis le retour au galop de la realpolitik : fermez le ban, la rupture à la trappe. Avec François Hollande, dira-t-on, un certain espoir est permis, celui d'une relation enfin différente avec le continent. Mais, là encore, le doute est de mise. Souvenez-vous de Mitterrand : d'un côté le discours de La Baule, de l'autre Jean-Pierre Cot, lointain prédécesseur de Bockel au ministère de la Coopération, qui, comme lui, eut la naïveté de croire que les promesses engageaient ceux qui les émettaient, avant de connaître le même destin de mouchoir jetable. Lorsque l'on voit Laurent Fabius, donné probable futur ministre des Affaires étrangères socialiste, reçu et ravi de l'être par Ali Bongo Ondimba au moment où le Parti socialiste publie un communiqué sur l'affaire des « biens mal acquis », on reste songeur sur l'amplitude du grand écart qui s'annonce. Pot de terre militant contre pot de fer réaliste : l'issue est connue.

Sur l'Afrique, ni Sarkozy ni Hollande n'ont en réalité de projet audible, tant leurs politiques étrangères se ressemblent. Les contraintes de l'Union européenne et le fardeau de la crise ont eu raison de tout clivage significatif, et ce n'est pas sur ce terrain-là que se joue une élection. En revanche, Africains et Français d'origine africaine suivent avec attention et inquiétude les dérives xénophobes du débat identitaire porté par une partie de la classe politique.

Slameur engagé aux racines congolaises mâtinées d'islam soufi, Abd al Malik, dont Le Dernier Français vient de paraître aux éditions du Cherche Midi, a dit à ce sujet ce qu'il fallait dire : « Le nationalisme est une chose mortifère, c'est la peur, le repli, la France blanche et chrétienne, fantasme du passé qui n'existe plus. Le patriotisme, c'est dire que quelque chose dépasse la couleur de peau et la religion. Quelque chose qui ramène vers la vie et parle de la diversité comme richesse. » Cela, aucun candidat n'aura le courage de le proclamer. Votez Abd al Malik ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers