Extension Factory Builder
20/02/2012 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Disons-le tout net : l'Afrique - du nord au sud et spécialement l'Afrique francophone - n'a rien à attendre de l'élection présidentielle française, si ce n'est d'en suivre les péripéties et le dénouement à la manière d'une sitcom. Certes, avec un peu de chance et si le scénario est bon, la série « Ils veulent tous le fauteuil de Sarkozy » sera presque autant commentée que les épisodes de Marimar, Paloma, Egoli, Ma famille ou Ma tnsanich (« Ne m'oublie pas ! »), navet turc pour shampouineuses qui cartonne au Maghreb. Mais, en cinquante ans de pratique, les Africains ont appris que quelle que soit l'identité de celui qui dirige la France, seuls comptent les intérêts de celle-ci et pas les leurs. Après comme avant le 6 mai 2012, les visas seront toujours aussi rares et les consulats toujours aussi revêches, les ambassadeurs auront toujours comme priorité de faire en sorte que les sociétés françaises emportent le maximum de marchés, et les opposants qui rêvent de grand soir - si tant est qu'il en existe encore - auront vite fait de déchanter.

Avec Nicolas Sarkozy, il est vrai, la messe est déjà dite. Il y a eu le discours de Cotonou et le bref intermède Jean-Marie Bockel, puis le retour au galop de la realpolitik : fermez le ban, la rupture à la trappe. Avec François Hollande, dira-t-on, un certain espoir est permis, celui d'une relation enfin différente avec le continent. Mais, là encore, le doute est de mise. Souvenez-vous de Mitterrand : d'un côté le discours de La Baule, de l'autre Jean-Pierre Cot, lointain prédécesseur de Bockel au ministère de la Coopération, qui, comme lui, eut la naïveté de croire que les promesses engageaient ceux qui les émettaient, avant de connaître le même destin de mouchoir jetable. Lorsque l'on voit Laurent Fabius, donné probable futur ministre des Affaires étrangères socialiste, reçu et ravi de l'être par Ali Bongo Ondimba au moment où le Parti socialiste publie un communiqué sur l'affaire des « biens mal acquis », on reste songeur sur l'amplitude du grand écart qui s'annonce. Pot de terre militant contre pot de fer réaliste : l'issue est connue.

Sur l'Afrique, ni Sarkozy ni Hollande n'ont en réalité de projet audible, tant leurs politiques étrangères se ressemblent. Les contraintes de l'Union européenne et le fardeau de la crise ont eu raison de tout clivage significatif, et ce n'est pas sur ce terrain-là que se joue une élection. En revanche, Africains et Français d'origine africaine suivent avec attention et inquiétude les dérives xénophobes du débat identitaire porté par une partie de la classe politique.

Slameur engagé aux racines congolaises mâtinées d'islam soufi, Abd al Malik, dont Le Dernier Français vient de paraître aux éditions du Cherche Midi, a dit à ce sujet ce qu'il fallait dire : « Le nationalisme est une chose mortifère, c'est la peur, le repli, la France blanche et chrétienne, fantasme du passé qui n'existe plus. Le patriotisme, c'est dire que quelque chose dépasse la couleur de peau et la religion. Quelque chose qui ramène vers la vie et parle de la diversité comme richesse. » Cela, aucun candidat n'aura le courage de le proclamer. Votez Abd al Malik ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande, l&[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2 h 03 ' 23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 ans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers