Extension Factory Builder

Tunisie : l'impossible dialogue avec les salafistes de La Manouba

22/02/2012 à 12:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Titulaire de la chaire des études islamiques à l'Université de la Manouba en Tunisie, Amel Grami livre son témoignage sur les revendications parfois violentes des salafistes dans son établissement.

Tout a commencé en septembre 2011. C'était la première rentrée universitaire depuis la fuite de Ben Ali. Inscrite au département arabe, une Tunisienne s'est présentée dans l'amphi en niqab. Son professeur lui a demandé de se découvrir le visage en cours. Elle s'est exécutée. Le 28 octobre, elle a changé d'attitude : « Plus question d'enlever mon niqab, désormais nous sommes au pouvoir ! »

Il est vrai que le parti religieux Ennahdha avait remporté les élections quelques jours auparavant. Refus du corps professoral. Elle s'est absentée des cours durant une semaine, puis elle est revenue accompagnée d'une cinquantaine de salafistes en tenue afghane, la plupart étrangers à l'institution. Au début, ils ont été plutôt mielleux avec les professeurs et les étudiants, arguant des « libertés individuelles » pour les filles ayant choisi de porter le voile intégral. Mais très vite, la tension est montée.

D'auguste institution du savoir et du débat contradictoire, l'université de la Manouba est devenue une curiosité pour les badauds et un fonds de commerce pour les politiques.

D'auguste institution du savoir et du débat contradictoire, l'université de la Manouba est devenue une curiosité pour les badauds et un fonds de commerce pour les politiques. Les professeurs sont pris à partie par les « envahisseurs », qui se sont installés, avec armes (sabres en tous genres) et bagages (matelas pour dormir et sono pour diffuser du Coran). Le doyen a amorcé un dialogue avec eux.

En voyant la liste des revendications, il a compris qu'il ne s'agissait plus du droit de porter le niqab mais d'un choix de société : séparation des étudiants et des étudiantes, professeur exclusivement masculin pour les étudiants. En cas d'impossibilité, prévoir un paravent entre la professeure et ses étudiants. Le dialogue n'était plus possible. Les salafistes sont passés de la violence verbale (j'ai entendu plus de « sale pute » que de « dégage » !) à la violence physique. J'ai alors compris que nous étions en train de perdre notre espace pédagogique. Ils ont reçu les encouragements de Sadok Chourou, élu d'Ennahdha, et des deux fils d'Ali Larayedh, ministre de l'Intérieur. Mais pas question de leur laisser la Manouba. Nous nous battrons jusqu'au bout.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Côte d'Ivoire : SOS investissements

Forum-Tribunes Article précédent :
Avec l'Afrique du Sud à sa tête, l'Union africaine sera plus forte

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

François Hollande : nous allons "marcher pour les valeurs que la Tunisie représente"

Après avoir voté pour le second tour des départementales, le président français s'est envolé dimanche matin pour Tunis, où il participera à la marche contre le terrorisme.[...]

Tunisie : neuf hommes du principal groupe jihadiste tunisien tués

Neuf hommes armés appartenant au principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée par les autorités de l'attentat du musée du Bardo, ont été tués par les[...]

Tunisie : marche contre le terrorisme avec des responsables étrangers

La Tunisie organise dimanche une marche contre le terrorisme à laquelle des dizaines de milliers de personnes et des personnalités étrangères, dont le président français François[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces