Extension Factory Builder
13/02/2012 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le Conseil constitutionnel a tranché le 28 janvier : Abdoulaye Wade peut briguer un troisième mandat. La candidature de l'outrecuidant Youssou Ndour, elle, a été invalidée. Allez comprendre... Tour de passe-passe juridique ou non, la question n'est plus de savoir si Wade peut se présenter, mais s'il le doit. Pour un Sénégal au bord de l'abîme, confronté à un choix cornélien : poursuivre l'aventure avec un capitaine de bientôt 86 ans, dont tout le monde connaît les qualités mais aussi les défauts, ou confier les rênes à un homme neuf, plus jeune de vingt ou trente ans.

Il y a véritablement quelque chose de fascinant et de déroutant chez Abdoulaye Wade. « Gorgui », au fond, est un joueur de poker ; il tente des coups en permanence. Mais ceux qui pensent encore qu'il pourrait renoncer à son dernier combat le connaissent mal. Cinquante ans d'engagement politique, dont quarante dans l'opposition, ont fait de ce bretteur parfois emporté et de ce tribun hors pair à l'ego surdéveloppé un chef qui cherche plus souvent les preuves de ses certitudes que les reflets de ses doutes. Nourrie dans son adolescence de catégories mathématiques, de préceptes juridiques et de formules assénées, son action ne souffre aucune contestation. D'autant que l'homme est rancunier : il a ainsi repoussé notre demande d'interview, dans le cadre de l'élection présidentielle - laissant à son Premier minsitre, Souleymane Ndéné Ndiaye, le soin de s'exprimer à sa place (voir l'édition de Jeune Afrique n°2666, du 12 au 18 février 2012, p. 36) -, au motif que « J.A. [l]'a trop malmené »... Son âge avancé lors de son accession au pouvoir fera le reste : il incarnera éternellement l'homme pressé, toujours dans l'urgence, sans cesse en mouvement, jamais à court d'idées, des plus intéressantes aux plus saugrenues. Pour un bilan global contrasté.

À son actif, des routes, des infrastructures - indispensables au développement -, de nouveaux partenaires économiques, un pays qui pèse plus sur la scène africaine et internationale que ce que son potentiel ou sa démographie laissaient présager. Côté passif, des libertés fondamentales trop souvent malmenées, une économie sous perfusion permanente, une gouvernance erratique, des scandales à répétition, de graves problèmes sociaux jamais pris en charge sur le fond, mais traités superficiellement, comme si l'on appliquait de simples bandages sur de profondes blessures. Enfin, comme d'autres opposants au long cours parvenus au pouvoir, Wade a développé une inclination pour l'autocratie. Il est persuadé d'être le seul à savoir, à pouvoir, à vouloir. Il n'écoute plus grand monde en dehors de son cercle très intime, élabore lui-même les règles du jeu et ne s'en cache même plus. Pis, il est dans l'incapacité aujourd'hui, contrairement à 2007, d'expliquer à ses concitoyens pourquoi ils devraient voter pour lui. Comme il a été incapable de préparer sa succession. Autant de signes d'une fin de règne qui, si elle s'éternisait, ne ferait que faire perdre un temps précieux au Sénégal. Un luxe que le pays ne peut s'offrir. Le 1er avril 2000, quand Wade gravit enfin les marches du palais présidentiel pour succéder à son antithèse, le très placide Abdou Diouf, il incarnait l'espoir et la solution. Douze ans plus tard, il est devenu le problème... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Troisième mi-temps

Editorial précédent :
Votez Abd al Malik !

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un c[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers