Extension Factory Builder

Côte d'Ivoire - Kablan Duncan : "Il faut revenir à la philosophie d'Houphouët"

16/02/2012 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Danie Kablan Duncan a été chef du gouvernement sous Henri Konan Bédié (1993-1999). Danie Kablan Duncan a été chef du gouvernement sous Henri Konan Bédié (1993-1999). © Kambou Sia/AFP

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Danie Kablan Duncan, veut une diplomatie ivoirienne modernisée, pluridisciplinaire, avec une forte composante économique. Interview.

En neuf mois, DKD (68 ans) a multiplié les déplacements en Afrique de l'Ouest et dans les pays occidentaux. Ses objectifs : améliorer la sécurité et la coopération régionales, rassurer les bailleurs de fonds et développer la diplomatie économique.

Jeune Afrique : Quelle est la nouvelle philosophie de la diplomatie ivoirienne ?

Daniel Kablan Duncan : Après plus de dix ans de crise politico-militaire, l'image de la Côte d'Ivoire est écornée. Il faut rassurer les partenaires traditionnels, qui ont eu l'impression que le pays s'était replié sur lui-même, et revenir à la philosophie du père de la nation, Félix Houphouët-Boigny. Il disait : « La Côte d'Ivoire est l'amie de tous et n'est l'ennemie de personne » et prônait la paix à l'intérieur des frontières, avec les pays limitrophes et le reste du monde. On a donc redynamisé les relations bilatérales avec nos voisins et avec les organisations régionales : UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine, NDLR], Cedeao [Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest], Conseil de l'entente, Union du fleuve Mano.

La sécurité régionale est un réel souci...

C'est une priorité. C'est pourquoi nous relançons le Conseil de l'entente et sommes pour que la Cedeao ait sa propre force d'intervention. Cela explique notre volonté de coopérer dans les domaines de la défense et de la sécurité (trafics de drogue, pierres et métaux précieux, terrorisme) avec les grandes armées modernes, comme celles de la France et des États-Unis. Des accords tripartites ont également été signés avec le Liberia, le Ghana, le Togo, la Guinée et le Haut-Commissariat aux réfugiés [HCR] pour le retour des réfugiés ivoiriens. Ce qui permettra de ramener la sécurité dans les zones les plus sensibles, notamment à l'est et à l'ouest du territoire.

On resserre les liens avec les États occidentaux, tout en s'ouvrant aux nations émergentes comme la Chine, la Corée du Sud, le Brésil et l'Inde.

Quels sont vos objectifs et priorités en matière de diplomatie économique ?

Autrefois, on faisait surtout de la politique. La diplomatie moderne est pluridisciplinaire avec une forte composante économique. C'est l'ambition d'un pays qui veut faire partie des pays émergents d'ici à 2025. On resserre les liens avec les États occidentaux, naturellement avec la France et toute l'Europe, mais aussi avec les États-Unis, tout en s'ouvrant aux nations émergentes comme la Chine, la Corée du Sud, le Brésil et l'Inde. Les possibilités de coopération sont multiples dans l'exploitation des minerais, l'industrialisation, le transport, les logements sociaux...

On étend notre réseau de consuls honoraires et on donne de nouveaux moyens aux missions économiques à Bruxelles, Paris et Washington. Un bureau devrait bientôt ouvrir en Afrique du Sud. L'objectif est d'attirer les capitaux étrangers. On postule aussi à de nouveaux guichets comme les fonds carbone ou les fonds pour le développement durable. D'autres initiatives sont en cours : une politique de retour des cerveaux, le recensement des Ivoiriens de la diaspora, appelés à devenir des relais de la politique étrangère, ainsi que la création d'un Institut de la diplomatie.

Et concernant les chantiers d'intégration régionale ?

Nous souhaitons redevenir une locomotive régionale et doper les chantiers d'intégration comme les autoroutes reliant Abidjan à Accra et à Ouagadougou, les projets de production énergétique, ou encore le développement ferroviaire. Nous avons relancé les commissions bilatérales avec des pays comme le Nigeria et le Burkina Faso, avec lequel nous organisons même des Conseils des ministres conjoints. L'Afrique de l'Ouest est la vingtième puissance économique mondiale. Si nous réussissons l'intégration, les investisseurs se bousculeront dans nos pays.

_____

Propos recueillis à Abidjan par Pascal Airault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

La nouvelle chaîne satellitaire de Canal+ mise sur les séries africaines. Une bonne nouvelle pour les producteurs d'Abidjan, qui manquent de financements comme de canaux de diffusion.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour tirer la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers