Extension Factory Builder

Côte d'Ivoire - Kablan Duncan : "Il faut revenir à la philosophie d'Houphouët"

16/02/2012 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Danie Kablan Duncan a été chef du gouvernement sous Henri Konan Bédié (1993-1999). Danie Kablan Duncan a été chef du gouvernement sous Henri Konan Bédié (1993-1999). © Kambou Sia/AFP

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Danie Kablan Duncan, veut une diplomatie ivoirienne modernisée, pluridisciplinaire, avec une forte composante économique. Interview.

En neuf mois, DKD (68 ans) a multiplié les déplacements en Afrique de l'Ouest et dans les pays occidentaux. Ses objectifs : améliorer la sécurité et la coopération régionales, rassurer les bailleurs de fonds et développer la diplomatie économique.

Jeune Afrique : Quelle est la nouvelle philosophie de la diplomatie ivoirienne ?

Daniel Kablan Duncan : Après plus de dix ans de crise politico-militaire, l'image de la Côte d'Ivoire est écornée. Il faut rassurer les partenaires traditionnels, qui ont eu l'impression que le pays s'était replié sur lui-même, et revenir à la philosophie du père de la nation, Félix Houphouët-Boigny. Il disait : « La Côte d'Ivoire est l'amie de tous et n'est l'ennemie de personne » et prônait la paix à l'intérieur des frontières, avec les pays limitrophes et le reste du monde. On a donc redynamisé les relations bilatérales avec nos voisins et avec les organisations régionales : UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine, NDLR], Cedeao [Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest], Conseil de l'entente, Union du fleuve Mano.

La sécurité régionale est un réel souci...

C'est une priorité. C'est pourquoi nous relançons le Conseil de l'entente et sommes pour que la Cedeao ait sa propre force d'intervention. Cela explique notre volonté de coopérer dans les domaines de la défense et de la sécurité (trafics de drogue, pierres et métaux précieux, terrorisme) avec les grandes armées modernes, comme celles de la France et des États-Unis. Des accords tripartites ont également été signés avec le Liberia, le Ghana, le Togo, la Guinée et le Haut-Commissariat aux réfugiés [HCR] pour le retour des réfugiés ivoiriens. Ce qui permettra de ramener la sécurité dans les zones les plus sensibles, notamment à l'est et à l'ouest du territoire.

On resserre les liens avec les États occidentaux, tout en s'ouvrant aux nations émergentes comme la Chine, la Corée du Sud, le Brésil et l'Inde.

Quels sont vos objectifs et priorités en matière de diplomatie économique ?

Autrefois, on faisait surtout de la politique. La diplomatie moderne est pluridisciplinaire avec une forte composante économique. C'est l'ambition d'un pays qui veut faire partie des pays émergents d'ici à 2025. On resserre les liens avec les États occidentaux, naturellement avec la France et toute l'Europe, mais aussi avec les États-Unis, tout en s'ouvrant aux nations émergentes comme la Chine, la Corée du Sud, le Brésil et l'Inde. Les possibilités de coopération sont multiples dans l'exploitation des minerais, l'industrialisation, le transport, les logements sociaux...

On étend notre réseau de consuls honoraires et on donne de nouveaux moyens aux missions économiques à Bruxelles, Paris et Washington. Un bureau devrait bientôt ouvrir en Afrique du Sud. L'objectif est d'attirer les capitaux étrangers. On postule aussi à de nouveaux guichets comme les fonds carbone ou les fonds pour le développement durable. D'autres initiatives sont en cours : une politique de retour des cerveaux, le recensement des Ivoiriens de la diaspora, appelés à devenir des relais de la politique étrangère, ainsi que la création d'un Institut de la diplomatie.

Et concernant les chantiers d'intégration régionale ?

Nous souhaitons redevenir une locomotive régionale et doper les chantiers d'intégration comme les autoroutes reliant Abidjan à Accra et à Ouagadougou, les projets de production énergétique, ou encore le développement ferroviaire. Nous avons relancé les commissions bilatérales avec des pays comme le Nigeria et le Burkina Faso, avec lequel nous organisons même des Conseils des ministres conjoints. L'Afrique de l'Ouest est la vingtième puissance économique mondiale. Si nous réussissons l'intégration, les investisseurs se bousculeront dans nos pays.

_____

Propos recueillis à Abidjan par Pascal Airault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : retour sur l'affaire Youssoufou Bamba

Côte d'Ivoire : retour sur l'affaire Youssoufou Bamba

Retour sur le limogeage de l'ambassadeur de Côte d'Ivoire auprès des Nations unies à la suite d'un couac diplomatique entre Abidjan et Rabat.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Côte d'Ivoire : Bernard Kieffer, à la recherche du frère perdu

Dans le "Frère perdu", le frère de Guy-André Kieffer, disparu en Côte d'Ivoire en 2004, relate sa quête de vérité au coeur de la Françafrique.[...]

Côte d'Ivoire - Kolo Touré : "Gagner un titre avec son pays, il n'y a rien de plus fort"

À 34 ans, Kolo Touré est un jeune retraité international heureux. Pour "Jeune Afrique" il revient sur sa carrière en Premier League, parle de son avenir et de sa joie d'avoir remporté[...]

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d'Ivoire

D'ici à 2018, la Côte d'Ivoire devrait s'être dotée de 175 représentations diplomatiques. Résultat d'une réforme de la diplomatie à la fois ambitieuse et... économe.[...]

Livres : Houphouët par son docteur

Le médecin Edmond Bertrand publie ses carnets de souvenirs avec l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny.[...]

NSIA-Banque nationale du Canada, "une alliance de long terme"

La Banque Nationale du Canada a confirmé le 25 mars l'information publiée une dizaine de jours plus tôt par Jeune Afrique. Elle entre au capital de l'ivoirien NSIA, prenant 20,9% des parts.[...]

Msgr Paul Siméon Ahouanan : "Les Ivoiriens doivent apprendre à se pardonner pour avancer"

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a nommé le 24 mars l'archevêque métropolitain de Bouaké à la présidence de la nouvelle Commission nationale de réconciliation[...]

Côte d'Ivoire : investi par le RDR, Alassane Ouattara est officiellement candidat à sa réélection

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement désigné dimanche candidat du Rassemblement des républicains (RDR) à l'élection présidentielle d'octobre[...]

Côte d'Ivoire : le président Ouattara désigné dimanche candidat à sa succession

Le président ivoirien Alassane Ouattara sera investi dimanche par son parti comme candidat à la présidentielle d'octobre, une élection cruciale pour ce pays qui sort d'une décennie de crise [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers