Extension Factory Builder

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara et le défi de la réconciliation

24/02/2012 à 10:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

D'Abidjan à Korhogo, en passant par Gagnoa ou Duékoué, ce « Plus » de Jeune Afrique vous invite à parcourir la nouvelle Côte d'Ivoire. Pas celle des slogans gouvernementaux aux allures d'images d'Épinal ou relevant de la méthode Coué, mais la vraie, celle qui panse ses plaies, se reconstruit jour après jour. Cette Côte d'Ivoire au milieu du gué, volontaire ou dubitative, généreuse ou recroquevillée, selon les perceptions, les camps, les clans. Cette terre d'Éburnie meurtrie par près de deux décennies de conflits, larvés puis bien réels, nés de la bataille pour la succession d'Houphouët entre quatre hommes -  Bédié, Ouattara, Gueï et Gbagbo -, leurs lieutenants, leurs troupes et leurs supplétifs.

Résultat, une nation plus divisée que jamais et les braises de la haine qui ne demandent qu'à être ravivées. De tous les défis qui attendent Alassane Dramane Ouattara (ADO) pour les quatre ans à venir, et ils sont légion, le plus délicat sera la réconciliation.

Nul doute que ce chantre du libéralisme, réputé rigoureux, travailleur et bien entouré, saura soigner le patient ivoirien en termes de développement, d'investissements étrangers ou de relance économique. C'est son métier depuis toujours, il a déjà fait ses preuves, notamment sous Houphouët, alors que le pays, exsangue, était au bord de l'asphyxie et que personne ne se précipitait à son chevet pour le secourir. La réconciliation, en revanche, est une autre affaire...

Coupée physiquement en deux après la tentative de coup d'État de 2002, la Côte d'Ivoire est, aujourd'hui encore, une sorte de Janus d'Afrique de l'Ouest. Pro- et anti-Ouattara (ou Gbagbo, c'est selon), Nordistes et Sudistes, pour schématiser, chrétiens et musulmans, patriotes ou nationalistes sourcilleux contre défenseurs d'une ouverture plus large sur le monde... Les lignes de fractures sont multiples mais se recoupent le plus souvent. Et on en revient toujours à la guerre des chefs, celle de novembre 2010 et de cette présidentielle qui, au lieu de marquer la fin d'une trop longue tragédie, n'a fait que précipiter le pays un peu plus dans l'abîme.

L'abcès n'est pas crevé, et il serait illusoire de considérer que les « perdants », ceux qui ont soutenu le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo ou simplement voté pour lui, n'ont qu'à raser les murs et se taire. Sinon, les mêmes causes produisant les mêmes effets, ils se retrouveront dans le même rôle que ces Ivoiriens du Nord longtemps traités comme des sous-citoyens, voire des « étrangers », harcelés, empêchés de travailler, rejetés ou désignés à la vindicte populaire comme les responsables de tous les maux du pays.

Après la guerre, violente et aberrante, Ouattara n'avait pas d'autre choix que de récompenser ceux qui l'avaient aidé et d'éloigner celui qui aurait mis tout en oeuvre pour obtenir sa chute. Il devait installer son pouvoir, le consolider jour après jour, créer une armée en laquelle il aurait confiance, punir ceux qui étaient allés trop loin. Point n'est question ici de morale ou d'humanisme, mais de realpolitik et de survie. Le chef doit d'abord montrer sa force, rassembler ses troupes. Et personne n'imagine que, si le scénario avait été inverse, le camp Gbagbo aurait fait preuve, lui, de plus de mansuétude...

Le temps est cependant venu de rassembler et de tendre la main. À l'allié décisif qu'a été le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de Bédié, en lui confiant, peut-être, la primature. Au FPI, aussi, en tout cas à ceux qui seront capables de dépasser leur amertume, de se projeter dans l'après-Gbagbo et qui oseront le dire - ce qui semble encore délicat aujourd'hui. À ces Ivoiriens qui ont voté pour le « camarade Laurent » par conviction et qui ne vont pas expier ce choix toute leur vie. Ceux qui ont tant été ostracisés hier ne sont-ils pas les mieux placés pour comprendre cela ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour... Le dernier déplacement aux États-Unis du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers